Un nouvel emploi? Demeurez vigilant!

- 24 avril 2012
  • Imprimer

De nos jours, la plupart des employeurs reconnaissent l’importance de soigner l’intégration de leurs nouveaux employés en raison des coûts élevés de recrutement et aussi pour pouvoir compter plus rapidement sur des employés performants. Dans le cas des cadres, l’investissement d’argent relié au succès ou à l’échec de leur intégration est tel que plusieurs organisations retiennent les services d’un « coach » externe pour les conseiller lors des premiers mois en poste. Évidemment, la responsabilité de l’intégration incombe aussi à l’employé lui-même qui doit demeurer vigilant dans les premiers mois qui seront déterminants pour sa réussite dans ses nouvelles fonctions. Un plan d’action s’impose donc pour toute personne qui aborde un nouvel emploi.

En premier lieu, vous devez comprendre que vous avez beaucoup de choses à apprendre dans vos nouvelles fonctions et que ce défi vous exigera de l’énergie et du temps supplémentaires. Vous devez être prêt mentalement et physiquement à fournir cet effort. Pour cette raison, vous devriez toujours faire en sorte d’aborder un nouvel emploi en ayant fait le plein d’énergie, quitte à prévoir une ou deux semaines de congé entre la fin d’un poste et le début d’un autre. Vous devez aussi organiser votre vie personnelle de façon à pouvoir disposer de cette énergie supplémentaire requise dans les premiers mois.

Outre vos attitudes de dynamisme, de disponibilité et de professionnalisme, la gestion de vos relations interpersonnelles est sans aucun doute l’aspect que vous devez prioriser dans votre plan d’intégration. À ce sujet, soyez proactifs; faites la tournée de vos nouveaux collègues, présentez-vous, intéressez-vous à leur travail et manifestez votre volonté de collaborer. À travers vos échanges avec eux, tentez de mieux saisir leur rôle, leurs attentes envers vous de même que la culture de l’organisation. Après quelque temps, identifiez un mentor qui connaît l’entreprise depuis longtemps et qui pourra vous guider dans les aspects plus « politiques » de votre travail.

Portez une attention spéciale à votre patron qui demeure votre principal « client »; clarifiez ses objectifs, ses priorités et précisez les critères sur lesquels vous serez évalué. S’il n’est pas du genre à donner de la rétroaction, demandez-lui après quelques semaines son appréciation de votre intégration et les ajustements à apporter au besoin. Apprenez aussi à connaître son style et à vous y adapter car il peut préférer des façons de faire très différentes de ce que préconisait votre ancien supérieur.

L’écoute et l’ouverture d’esprit sont d’autres attitudes cruciales pour le succès de votre intégration; ce qui a fait votre réussite dans votre emploi précédent n’est pas nécessairement ce qui fera votre succès dans votre nouveau poste. Il est tentant de vouloir importer des recettes qui ont fait leurs preuves mais elles peuvent devenir tout à fait inefficaces si elles ne sont pas compatibles avec les systèmes ou la culture de votre nouvel employeur. Même si vous avez été embauchés pour initier des changements, vous aurez généralement plus de succès si vous adaptez vos méthodes en prenant le temps de consulter votre entourage et de comprendre leurs façons de faire. Par-dessus-tout, manifestez du respect pour les compétences en place et ne passez pas votre temps à répéter comment les choses fonctionnaient chez votre ancien employeur.

Commentez cet article