La place de l’innovation dans les budgets fédéral et provincial

- 25 avril 2017
  • Imprimer

Même si les gouvernements du Canada et du Québec n’ont apporté aucun changement aux mesures fiscales touchant la recherche et l’innovation, dont le crédit RS-DE, quelques éléments méritent d’être soulignés.

Fédéral

Le fédéral propose un plan pour l’innovation et les compétences comportant quatre axes :

Compétences : Permettre aux jeunes de bien lancer leur carrière, aux travailleurs d’avoir accès à de la formation et aux talents étrangers de venir contribuer à notre économie le plus rapidement grâce à l’accélération des démarches d’immigration.

Recherche, technologie et commercialisation : Accroître les investissements des entreprises dans l’innovation dans six domaines (manufacturier avancé, agroalimentaire, technologies vertes, technologies digitales, sciences de la vie et ressources propres), appuyer quelques supergrappes, favoriser la collaboration entre l’industrie et les établissements postsecondaires et les instituts de recherche, augmenter les forces de recherche dans certains domaines et aider les entreprises à trouver un premier client.

Simplification des programmes : Examiner l’ensemble des programmes pour une approche axée sur le client.

Investissement et envergure : Créer un fonds stratégique pour l’innovation dans le but de regrouper et de simplifier les programmes existants. Un total de 400 M$ sur trois ans sera alloué à la Banque de développement du Canada pour le capital de risque. On veut augmenter la croissance des exportations et le nombre d’entreprises à forte croissance.

Il faudra voir dans les prochains mois comment s’articulera le plan du gouvernement.

Québec

Québec a annoncé des investissements de 830 M$ pour stimuler la recherche et l’innovation :

115 M$ supplémentaires seront injectés dans les Fonds de recherche du Québec. Ces Fonds offrent des bourses aux étudiants et aux chercheurs universitaires.

115 M$ seront ajoutés au budget des organismes suivants :

  • Génome Québec;
  • Institut national d’optique;
  • Neuf regroupements sectoriels de recherche industrielle;
  • Centre de recherche informatique de Montréal.

190 M$ seront versés au ministère de l’Économie, de la Science et de l’Innovation (MESI) pour financer trois axes :

  • Soutenir la relève et enrichir la culture scientifique et d’innovation;
  • Accroître la capacité de recherche de classe mondiale;
  • Accélérer le transfert et la commercialisation des innovations.

100 M$ permettront la création d’une supergrappe en intelligence artificielle à Montréal.

150 M$ seront investis dans le secteur des sciences de la vie. La stratégie sera divulguée par le MESI au printemps 2017.

46 M$ aideront à soutenir l’innovation dans le secteur forestier. Le secteur maritime, pour sa part, bénéficiera d’un appui de 22 M$.

Probablement que l’élément le plus intéressant est l’investissement de 125 M$ pour favoriser le développement du secteur manufacturier innovant. On propose 10 solutions parmi lesquelles la création d’un guichet unique pour toutes les mesures de soutien : le portail Web Entreprises Québec. Il y a aussi la création d’un label « manufacturier innovant » et un appui financier aux entreprises.

Quelques millions de dollars sont prévus pour promouvoir l’entrepreneuriat, particulièrement chez les jeunes et assurer le financement des entreprises en croissance.

Commentez cet article