La génération Z au travail : un pied dans le réel, l’autre dans le numérique

- 11 octobre 2017
  • Imprimer
Emilio B. Imbriglio

Emilio B. Imbriglio

Les jeunes nés après 1995 vivent dans un monde mi-réel mi-numérique. Quel sera l’impact de leur arrivée sur le marché du travail? Qui sont-ils vraiment? Quelles sont leurs qualités? Et qu’en est-il de leurs défauts?

La plupart des traits de personnalité des Z (grande autonomie, côté autodidacte, aisance avec les outils technologiques, etc.) rendent ceux-ci très intéressants aux yeux des employeurs prêts à les accueillir. Interrogé par CPA Magazine, Emilio B. Imbriglio, président et chef de la direction de Raymond Chabot Grant Thornton, mentionne que « les employeurs ont appris à s’adapter, car les solutions prennent différentes formes. Si on essaie de les changer, ils iront ailleurs ». Mais le président pousse sa réflexion encore plus loin : « Je me sens plus vivant à leur contact, j’adore leur énergie. Ils sont très motivés. Avec leur profil multitâche, ils apportent une vision globale nouvelle, fondée sur le travail d’équipe, quels que soient le moment, le lieu ou le procédé mis en œuvre. Ils carburent à la passion, peu importe le sujet – intelligence artificielle, chaînes de blocs –, et leur portée s’étend à l’échelle planétaire. »

Pour en savoir plus, lisez l’article publié dans l’édition d’octobre de CPA Magazine!

Commentez cet article