Budget fédéral 2015 : les faits saillants analysés par nos experts dans les médias

  • Imprimer

Cette année encore, des experts de Raymond Chabot Grant Thornton ont partagé leurs observations du budget fédéral 2015 dans plusieurs médias, et ce même avant son dépôt, le 21 avril 2014. À cet égard, les associés en fiscalité Luc Lacombe et Jean-François Thuot ont eu la chance d’échanger, la veille, avec TVA/Argent et Radio-Canada (L’heure du monde de Radio Canada – écoutez à partir de 2 m. 30 sec.) sur leurs attentes face au budget

Dès la levée du huis clos budgétaire, d’autres professionnels se sont mobilisés afin de partager rapidement et efficacement leur analyse avec différents médias. C’est le cas de Real Létourneau, associé et vice-président de la région des Cantons de l’Est, et des associés Sarah Phaneuf et Sylvain Gilbert qui ont aussi commenté le dépôt du budget, à l’instar de Jean-François Thuot et de Luc Lacombe. Ce dernier était d’ailleurs présent toute la journée au huis clos à Ottawa, dans le cadre duquel il a pu analyser les mesures budgétaires en avant-première.

Consultez le communiqué de presse et résumé du budget de Raymond Chabot Grant Thornton publiés à la suite du huis clos.

Un budget qui favorise les aînés 

« Le budget vise un électorat en particulier : celui des aînés », explique l’associé Luc Lacombe sur les ondes de Radio X CHOI 98.1 FM (Québec) ainsi que sur plusieurs autres radio dont Rouge FM 94.7 FM (Mauricie), Roberval Planète radio 99.5 FM (Lac-St-Jean), ainsi qu’aux émissions Les incorrigibles du 101.5 FM (Ste-Marie-de-Beauce), L’Après-midi Express de la radio ethnoculturelle CPAM 1410 et Cet après-midi sur Radio-Canada.

L’expert cite plusieurs mesures dont bénéficieront les personnes âgées : l’assouplissement des règles du FEER, l’augmentation du plafond du CELI, ainsi que de la mise en place d’un crédit d’impôt pour l’accessibilité domiciliaire.

Dans une entrevue accordée à Ici Radio Canada (Estrie), Sarah Phaneuf note aussi l’augmentation de la durée des prestations de compassion de l’assurance-emploi, qui passe de six semaines à six mois et qui permettra de soutenir les Canadiens qui prennent soin d’un membre de la famille gravement malade.

Quoi de neuf pour les familles ?

Au niveau des familles, les experts de Raymond Chabot Grant Thornton s’accordent à dire qu’il n’y a pas grand-chose de neuf. En effet, le fractionnement des revenus entre les conjoints et la bonification de la prestation universelle pour garde d’enfant avaient déjà été annoncés au mois d’octobre par le ministre fédéral des Finances Joe Oliver.

Sylvain Gilbert considère que la prestation universelle pour garde d’enfant sera moins avantageuse que prévu. En effet, dans une entrevue sur les ondes du 107.7 FM (Estrie), l’expert explique que les familles seront imposées au mois d’avril, sur le chèque de 420$ qu’elles recevront au mois de juillet. De plus, elles perdront également en avril, le crédit d’impôt pour les enfants de moins de 18 ans.

Un bon budget pour les entreprises

Sur le plateau de l’émission télévisée Revue Politique de la chaîne d’affaires publiques CPAC (à partir de 22 m 30 sec.), Luc Lacombe, se réjouit de la baisse d’impôts de 11 % à 9 % qui vise les PME, ainsi que des investissements annoncés par le gouvernement en matière d’innovation, de recherche et développement, d’infrastructure et de transport.

Quant à Jean-François Thuot, invité sur le plateau télévisé d’Argent pendant plus d’une heure dans le cadre d’une émission spéciale consacrée au budget (partie 1 et partie 2) et d’un bulletin de nouvelles, il considère également qu’il s’agit d’un « budget intéressant ».

L’expert regrette cependant qu’aucune mesure n’ait été prise en matière de transfert et de relève d’entreprise. « Ça fait des années qu’on demande des modifications à la loi pour permettre le transfert de façon avantageuse à la prochaine génération », a-t-il expliqué.

Un équilibre précaire

Jean-François Thuot fait remarquer que le budget contient des engagements qui auront des répercussions dans le futur et qu’« on ne pourra pas toujours puiser dans les réserves ou vendre les actions de GM pour les financer » dit-il.

Aux yeux de Silvain Gilbert, « cela va beaucoup se jouer sur le prix du pétrole. S’il continue à baisser, la marge de manœuvre de 1,4 milliard de dollars va fondre à vue d’œil et on se trouvera en difficulté pour réaliser le budget ou en déficit », mentionne-t-il.

« Les conservateurs ont opté pour une stratégie à court terme, mais l’absence de vision à long terme est marquante », résume Réal Létourneau, vice-président et associé chez Raymond Chabot Grant Thornton dans une entrevue accordée au journal La Tribune.

Commentez cet article