Rencontres fructueuses d’Emilio Imbriglio avec l’équipe régionale de la firme et des gens d’affaires à Brome-Missisquoi

  • Imprimer

Le 26 septembre 2017, le président et chef de la direction de Raymond Chabot Grant Thornton, Emilio B. Imbriglio, a parcouru certaines villes des Cantons-de-l’Est pour rencontrer d’abord des talents de la région, soit une cinquantaine d’employés des bureaux de Granby, Bromont et de Cowansville. Un petit-déjeuner fort réussi auquel tous les employés de ces bureaux étaient conviés à Granby pour échanger avec le président.

Après avoir eu le plaisir de discuter avec ses collègues réunis à Granby, M. Imbriglio en a profité pour rendre visite à des entreprises performantes (Artopex à Granby et Enviro 5 à Roxton Pond) qui font la fierté de cette belle et grande région.

Des idées pour stimuler l’économie

Le président s’est aussi arrêté à la Chambre de commerce de Brome-Missisquoi pour continuer d’y partager des idées que la firme estime nécessaires pour rendre les entreprises québécoises plus performantes et, conséquemment, le Québec plus prospère. C’est sous le thème Oser : pour un Québec plus compétitif qu’il s’est adressé à une centaine de gens d’affaires et d’élus de la région.

Le président et chef de la direction, Emilio B. Imbriglio, entouré d’élus de la région, de la directrice générale de la Chambre de commerce de Brome-Missisquoi, Mélanie Gobeil, de l’associé et responsable de la coordination des bureaux régionaux de la firme, Marc Legendre (avant-dernier sur la photo) et du vice-président de la région des Cantons-de-l’Est, Guy Fauteux (à droite sur la photo).

 « […] Oui notre économie se porte mieux. Le PIB a crû et le chômage a baissé. Notre défi maintenant, c’est de réussir à  « surfer » sur cette vague de la croissance. Le gouvernail semble pointé dans la bonne direction… mais il nous faut collectivement continuer à oser pour la prospérité du Québec et de ses entreprises créatrices de richesses […] », affirmait M. Imbriglio lors de sa conférence.             

Voici quelques mesures énoncées par M. Imbriglio qui, pour la très grande majorité, font d’ailleurs l’objet de positions publiques depuis quelques années et de plusieurs discours:

  • Abolition de l’impôt des sociétés pour les PME sur la première tranche de 500 000 $ de revenus imposables, à condition qu’elles investissent les sommes épargnées dans la production, l’emploi et l’innovation, et de manière à éviter tout abus. Les investissements seraient sujets à un amortissement accéléré et possiblement bonifiés dans l’année même.
  • Instauration d’un fonds pour soutenir les entreprises afin qu’elles aient recours à des professionnels externes pour les accompagner dans leur processus de transfert et le développement d’un plan de relève.
  • Application de l’équité fiscale en matière de transfert d’entreprises à toutes les entreprises issues de tous les secteurs économiques du Canada. Le gouvernement fédéral doit agir aussi rapidement en ce sens et le gouvernement du Québec devrait, même si l’équité fiscale prévaut désormais, éliminer les conditions contraignantes existantes pour les propriétaires cédants, notamment d’effectuer un transfert complet et non partiel de l’entreprise et de ne plus avoir de participation après la vente.
  • Instaurer un crédit d’impôt à l’innovation, avec une définition moins restrictive que les critères de R et D, pour aider les PME à augmenter leurs investissements en matière de technologie et de mise en marché, et leur permettre de poursuivre leur croissance.
  • Mener des campagnes auprès des consommateurs à l’égard de l’épargne et du crédit, par la publicité télé et radio, par exemple, Don’t Drink and Drive, la cigarette tue et les textos au volant.
Commentez cet article