17 Mar 2016

Québec, le 17 mars 2016 – Raymond Chabot Grant Thornton rend public son résumé fiscal budgétaire, qui contient les principales mesures annoncées aujourd’hui par le ministre des Finances, M. Carlos Leitão. Ce document synthèse est produit par une équipe d’experts de la firme présente au huis clos et peut être consulté à www.rcgt.com/budgetQC2016-2017.

La firme tient également à souligner certaines mesures budgétaires, tout en insistant sur la nécessité d’en mettre en place des nouvelles pour stimuler davantage l’économie.

Oui à l’équilibre budgétaire…

D’entrée de jeu, Raymond Chabot Grant Thornton tient à saluer l’annonce de mesures structurantes pour favoriser la croissance économique. « L’éducation étant la pierre angulaire du développement des sociétés, la firme se réjouit que le gouvernement investisse plus massivement dans les talents en devenir. La bonification de 500 M$ dans les services aux élèves, au cours des trois prochaines années, se révèle un moyen efficace d’assurer la réussite des générations futures et des leaders de demain qui seront à la tête de nos moteurs économiques, les entreprises », a indiqué le président et chef de la direction, Emilio B. Imbriglio.

Force est de reconnaître également l’apport de mesures pour les entreprises. «  Le fardeau fiscal de nos entreprises étant important, les dirigeants de PME seront heureux d’apprendre que leur organisation bénéficiera d’un allègement additionnel de la taxe sur la masse salariale. Dès cette année, cette déduction représentera 94 M$ au total, et 385 M$ d’ici 2021, soit 101,5 M$ de plus que ce qui avait été annoncé. Par ailleurs, la réduction du taux d’imposition sur les revenus attribuables à la commercialisation d’un brevet en sol québécois, qui passe de 11,8 % à 4 %, permettra aux sociétés innovantes de souffler un peu », a ajouté l’associé en fiscalité, Luc Lacombe.

Oui pour stimuler davantage le potentiel de croissance des entreprises!

Selon Raymond Chabot Grant Thornton, l’équilibre recherché entre vivre selon ses moyens et stimuler la croissance économique aurait dû, dans ce budget, favoriser davantage la seconde option, afin de ne pas limiter le potentiel de croissance du Québec et de ses créateurs de richesse.

À cet égard, la firme croit qu’une réduction de l’impôt des sociétés est plus que nécessaire, particulièrement dans un contexte économique difficile pour plusieurs PME.

Ainsi, la firme réitère sa recommandation, selon laquelle la première tranche de 500 000 $ de revenus des PME devrait être exemptée d’impôt. « Si le Manitoba a été capable de le faire en 2010 pour les petites entreprises, le Québec peut aussi légiférer en ce sens. Les sommes ainsi épargnées devraient être réinvesties dans la modernisation d’équipements, l’amélioration de la performance, la création d’emplois ou tout programme d’innovation favorisant la productivité et de meilleures façons de faire. Ce serait une voie structurante pour diminuer le fardeau fiscal des PME et pour leur permettre d’investir là où elles en ont le plus besoin », a souligné l’associé et leader en fiscalité, Jean-François Thuot.

L’instauration d’un crédit d’impôt à l’innovation aurait aussi été bénéfique pour les entreprises qui veulent innover dans leurs façons de faire et moderniser leurs équipements. Rappelons que le crédit d’impôt actuel pour la recherche scientifique et le développement expérimental n’est offert qu’aux entreprises qui font de la recherche. La mise en application d’un tel crédit favoriserait l’essor des entreprises, comme l’a d’ailleurs rappelé récemment la firme au gouvernement.

La relève et le transfert d’entreprise

Raymond Chabot Grant Thornton invite aussi le gouvernement à créer rapidement un fonds pour soutenir les entreprises afin qu’elles aient recours à des professionnels externes pour les accompagner dans leur processus de transfert et le développement d’un plan de relève. « Nos entreprises doivent prospérer à long terme. Il est essentiel de bien accompagner les cédants pour assurer une relève efficace. Une planification de la relève s’échelonne généralement sur plusieurs années et, malheureusement, seuls 9 % des propriétaires d’entreprise ont un plan formel écrit. Le Québec ne peut plus se permettre de perdre des créateurs de richesse », a martelé le vice-président de la région du Saguenay – Lac-Saint-Jean et leader national en transfert d’entreprise, Éric Dufour.

« Au chapitre du transfert d’entreprise intergénérationnel, les gouvernements du Québec et du Canada doivent agir rapidement, en harmonisant leur législation de manière à générer un réel impact pour nos créateurs de richesse. Le gouvernement du Québec doit aller plus loin et modifier l’article 517.1 de la Loi sur les impôts du Québec pour l’ensemble des entreprises de tous les secteurs d’activité. C’est une voie incontournable pour rendre plus performant le transfert d’entreprises », a ajouté M. Imbriglio.

Le président et chef de la direction a conclu en déclarant que : « le gouvernement a pris une excellente décision dans ce budget en mettant en place immédiatement les nouvelles règles liées au transfert d’entreprises familiales pour les secteurs primaire et manufacturier, au lieu d’attendre janvier 2017. Désormais, il doit le faire pour toutes les entreprises de tous les secteurs ».

Pour revoir les mesures proposées au gouvernement du Québec, lire la lettre adressée au ministre Carlos Leitão, disponible à l’adresse suivante : www.rcgt.com/consultation-budgetqc-2016-2017.

À propos de Raymond Chabot Grant Thornton

Fondée en 1948, Raymond Chabot Grant Thornton figure aujourd’hui parmi les chefs de file canadiens dans les domaines de la certification, de la fiscalité, des services-conseils, du redressement d’entreprises et de l’insolvabilité. La force de la firme repose sur une équipe de plus de 2 500 professionnels, dont quelque 230 associés. Ensemble, Raymond Chabot Grant Thornton et Grant Thornton LLP, autre firme canadienne membre de Grant Thornton International Ltd, accompagnent les organisations dynamiques d’ici avec plus de 4 300 professionnels et quelque 140 bureaux au Canada dans l’atteinte de leur plein potentiel de croissance. Grant Thornton International Ltd offre à sa clientèle l’accès à l’expertise de sociétés membres et sociétés représentantes dans plus de 130 pays, comptant au-delà de 40 000 professionnels.

– 30 –

Source :

Francis Letendre
Conseiller principal – Relations publiques
Raymond Chabot Grant Thornton
Tél. : 514 390-4201
letendre.francis@rcgt.com

Article suivant

16 Mar 2016

L’associé en fiscalité Luc Lacombe collabore avec Les affaires pour faire le point sur les rentrées d’argent supplémentaires et l’importance de tout déclarer.

Lire l’article.

Article suivant

16 Mar 2016

Un test offert gratuitement en ligne permet d’avoir l’heure juste sur ses habitudes et ses comportements face à l’argent

Montréal, le 16 mars 2016 – Saviez-vous que plus de deux Québécois sur cinq se disent assez ou très angoissés par leur situation financière? Qu’un tiers de la population a puisé dans ses épargnes pour payer des dépenses courantes au cours des deux dernières années ? Ou encore qu’au Québec, près d’une personne sur quatre n’est pas du tout en mesure d’épargner?

Ce sont quelques-uns des faits saillants dévoilés dans l’étude exclusive sur les habitudes financières des Québécois que la firme Léger a récemment réalisée pour Raymond Chabot, filiale de Raymond Chabot Grant Thornton. Or les résultats indiquent que les finances personnelles demeurent un casse-tête pour une grande partie de la population. « Cette enquête nous montre que de nombreux Québécois ont de la difficulté à faire face à leurs obligations financières » explique Éric Lebel, associé, syndic autorisé en insolvabilité et conseiller en redressement financier chez Raymond Chabot Grant Thornton. « Nous voulons aider les gens à mieux comprendre leurs comportements en matière de finances personnelles pour réduire leur niveau de stress par rapport à leur situation financière. C’est pourquoi nous avons conçu un test qui permet d’amorcer la conversation sur les questions d’argent afin de contribuer à faire tomber les tabous entourant ce sujet. »

Le sondage, qui s’inscrit dans la continuité de la campagne de sensibilisation Ne perdez pas vos moyens lancée en 2015 par Raymond Chabot, brosse un portrait des habitudes financières des Québécois et révèle :

  • leurs habitudes en matière de gestion des finances personnelles
  • leurs attitudes et leurs comportements vis-à-vis de l’argent
  • leurs habitudes en matière d’utilisation du crédit et
  • leurs habitudes d’épargne

Parmi les données de cette vaste étude, certains faits retiennent particulièrement l’attention :

  • Deux personnes sur trois (66 %) se considèrent endettées.
  • Seul un répondant sur cinq parvient à respecter son budget de dépenses mensuel.
  • Près d’un Québécois sur six (14 %) n’est pas toujours en mesure de payer ses factures mensuelles.
  • Plus de deux personnes sur cinq (43 %) ne sont pas toujours en mesure de payer le solde total de leur(s) carte(s) de crédit et une sur six n’y parvient jamais.
  • Près de trois Québécois sur dix (28 %) avouent faire régulièrement des achats compulsifs tandis que le quart regrette fréquemment un achat parce qu’il n’en avait pas les moyens.
  • Près d’une personne sur dix dépenses plus de la moitié de son revenu net mensuel pour payer son loyer ou son hypothèque.
  • Advenant une perte d’emploi, près de la moitié des Québécois (46 %) n’ont pas de coussin financier suffisant pour maintenir leur rythme de vie durant trois mois
  • Au Québec, près d’une personne sur quatre n’est pas du tout en mesure d’épargner.

Les pirouettes financières, une réalité pour beaucoup de Québécois

Le sondage a aussi permis de dégager cinq profils types de Québécois en fonction de leurs habitudes financières : le dompteur, le magicien, le jongleur, le contorsionniste et le cascadeur. On constate que plus d’un tiers (34 %) des répondants sont des magiciens, êtres flamboyants et surprenants, sachant susciter l’intérêt en faisant des achats spontanés, alors que 19 % sont des jongleurs parfois bohèmes, qui aiment s’amuser et, tant que le vent est favorable, sont en équilibre. Une proportion égale (19 %) est composée de contorsionnistes faisant des pieds et des mains pour tenter de boucler leur budget. Les deux autres catégories, soit les dompteurs (16 %) et les cascadeurs (13 %) sont aux antipodes. Les premiers sont des individus en parfait contrôle qui planifient et anticipent soigneusement chaque mouvement, alors que les seconds n’ont pas froid aux yeux, aimant tout essayer…et dépenser.

Raymond Chabot a créé un test disponible gratuitement en ligne au www.raymondchabot.com/test qui permet aux utilisateurs de prendre le pouls de leurs comportements face à l’argent. « Nous encourageons tous les Québécois qui sont stressés par leur situation financière, que ce soit parce qu’ils n’arrivent pas à régler leurs dettes, à boucler leur budget ou simplement à réaliser des projets qui leur tiennent à cœur, à faire ce test », indique Éric Lebel. « Ils pourront ainsi obtenir des conseils personnalisés en fonction de leur profil qui les aideront à adopter de bons comportements en matière de gestion financière, pour qu’ils ne perdent pas leurs moyens. »

Méthodologie

L’enquête « Habitudes financières des Québécois » a été réalisée du 3 au 12 décembre 2015 auprès d’un échantillon représentatif de 1 002 Québécois âgés de 18 ans et plus et pouvant s’exprimer en français ou en anglais. Les résultats ont été pondérés selon le sexe, l’âge, la langue parlée à la maison, la scolarité et la présence d’enfants dans le ménage afin de rendre l’échantillon représentatif de l’ensemble de la population étudiée.

À propos de Raymond Chabot Inc.

Raymond Chabot, filiale de Raymond Chabot Grant Thornton, se spécialise depuis plus de 30 ans dans les domaines de l’insolvabilité et du redressement financier auprès des particuliers et des entreprises. Avec une équipe de 200 professionnels répartis dans 115 bureaux, dont un au Nouveau-Brunswick, six en Ontario et 108 au Québec, il s’agit du plus important réseau québécois de conseillers en redressement financier et syndics. Traitant près de 10 000 dossiers par année, Raymond Chabot se distingue par son expertise ainsi que par son approche humaine et empathique.

À propos de Raymond Chabot Grant Thornton

Fondée en 1948, Raymond Chabot Grant Thornton figure aujourd’hui parmi les chefs de file canadiens dans les domaines de la certification, de la fiscalité, des services-conseils, du redressement d’entreprises et de l’insolvabilité. La force de la firme repose sur une équipe de plus de 2 500 professionnels, dont quelque 230 associés. Ensemble, Raymond Chabot Grant Thornton et Grant Thornton LLP, autre firme canadienne membre de Grant Thornton International Ltd, accompagnent les organisations dynamiques d’ici avec plus de 4 300 professionnels et quelque 140 bureaux au Canada dans l’atteinte de leur plein potentiel de croissance. Grant Thornton International Ltd offre à sa clientèle l’accès à l’expertise de sociétés membres et sociétés représentantes dans plus de 130 pays, comptant au-delà de 40 000 professionnels.

– 30 –

Renseignements, relations médias et entrevues :

Hémisphère relations publiques
Marie-José Bégin
514 994-0802

Article suivant

10 Mar 2016

Éric Morin, associé et syndic chez Raymond Chabot Grant Thornton, fait état de la tendance à la hausse des dossiers d’insolvabilité dans la région, tout en mentionnant des causes inhérentes à cette problématique.

Lire l’article paru dans Le Quotidien.