28 Fév 2013

COMMUNIQUÉ DE PRESSE – Pour diffusion immédiate

Montréal, le 28 février 2013Johanne Gélinas, associée en services-conseils chez Raymond Chabot Grant Thornton dépose aujourd’hui son rapport intitulé « Corporation minière Osisko Comité de suivi — Diagnostic de la situation actuelle et pistes d’intervention ».

Mme Gélinas constate que « malgré la volonté et l’engagement du Comité de suivi, ce dernier ne peut se déployer efficacement dans sa forme actuelle. Une accumulation d’événements a entraîné la détérioration des relations entre le Comité de suivi, Osisko et les parties prenantes et a empêché le Comité de suivi de remplir pleinement son rôle. Osisko et le Comité de suivi se retrouvent aujourd’hui à la croisée des chemins. En collaboration avec les parties prenantes, ils doivent rétablir un climat de confiance. »

Le rapport propose certaines pistes d’intervention quant à la réalisation du mandat du Comité de suivi. Osisko doit développer une plus grande écoute, une sensibilité accrue et de l’empathie. La minière doit aussi structurer les rôles et responsabilités à l’interne afin d’améliorer et de formaliser les échanges avec le Comité de suivi et contribuer à son succès. D’ailleurs, Mme Gélinas suggère qu’Osisko siège de façon statutaire sur le Comité.

Le Comité de suivi, quant à lui, doit revoir sa composition et son fonctionnement, afin de répondre à son mandat. Mme Gélinas considère que le comité dans sa forme actuelle ne bénéficie pas de toutes les compétences et de l’autorité nécessaires pour lui permettre de prendre la place qui lui revient. Le comité de suivi doit se donner les moyens de devenir un lieu d’échange et de dialogue sur les enjeux liés à la mine Canadian Malartic, mais également un lieu où des solutions sont apportées. Il est le lien entre la minière et la population. À cet égard, son rôle est bien défini.

Malgré les efforts combinés d’Osisko et du Comité de suivi, ce dernier ne pourra réaliser son plein potentiel qu’à la condition que d’autres acteurs clés acceptent de siéger sur le comité. Il est donc recommandé que certains ministères, nommément le Ministère de la Santé et des Services sociaux, le Ministère des Ressources naturelles et le Ministère du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs, ainsi que la Ville de Malartic y soient représentés.

Osisko et le Comité de suivi acceptent les pistes d’intervention proposées par Mme Gélinas et travailleront ensemble à consolider la fondation. Un premier jalon est l’appel de candidatures lancé aujourd’hui pour recruter de nouveaux membres sur le Comité.

« Le Comité de suivi a un rôle essentiel à jouer comme lieu d’information, d’échange et de dialogue. Il représente un lieu où des solutions pour permettre une meilleure cohabitation entre la minière et la communauté sont proposées et où une vision ainsi qu’un plan pour l’après Osisko peuvent être explorés et discutés. La remise en question actuelle présente une opportunité de faire les ajustements nécessaires pour revoir la composition du Comité de suivi, de consolider le rôle des divers acteurs et de renouveler son fonctionnement. L’exercice, notamment par le biais des entrevues, aura permis de constater un désir de voir le Comité de suivi réussir », a conclu Johanne Gélinas.

À propos de Mme Johanne Gélinas

Avec plus de 25 ans d’expérience dans le secteur public, Mme Johanne Gélinas a mené de nombreuses missions de consultation, effectué la vérification de l’efficacité des politiques et des programmes portant sur les enjeux environnementaux et de développement durable, dans un contexte national et international. Avant de rejoindre le secteur de la consultation en développement durable, elle fut Commissaire au Bureau d’audience publique du Québec (BAPE) de 1990 à 2000 et Commissaire canadienne à l’environnement et au développement durable de 2000 à 2007. Dorénavant, elle accompagne ses clients du secteur privé et public à intégrer le développement durable au cœur de leurs stratégies d’entreprises et des bonnes pratiques de gouvernance.

À propos de Raymond Chabot Grant Thornton

Fondée en 1948, la société Raymond Chabot Grant Thornton figure aujourd’hui parmi les chefs de file dans les domaines de la certification, de la fiscalité, des services-conseils, du redressement d’entreprises et de l’insolvabilité. Cette force repose sur une équipe de près de 2 300 personnes, dont quelque 230 associés, répartis dans plus de 100 bureaux au Québec, dans l’est de l’Ontario et au Nouveau-Brunswick. Soulignons également que, depuis plus de 30 ans, Raymond Chabot Grant Thornton est membre de Grant Thornton International Ltd, offrant à sa clientèle l’accès à l’expertise de cabinets membres et de cabinets représentants dans plus de 100 pays.

– 30 –

Renseignements :
Marie-Eve Carignan
Directrice, communication
Raymond Chabot Grant Thornton
Téléphone : 514 668-9187
Courriel : [email protected]

Article suivant

27 Fév 2013
Réal Létourneau

Réal Létourneau

C’est le 22 février dernier qu’a eu lieu la 27e édition du Gala Reconnaissance Estrie sous la présidence d’honneur de Réal Létourneau, président et chef de la direction par intérim de Raymond Chabot Grant Thornton.

Ce gala, piloté par la Chambre de commerce de Sherbrooke, a eu lieu au Palais des Sports de Sherbrooke et a rassemblé plus de 700 personnes afin de rendre hommage aux entreprises dynamiques et aux entrepreneurs talentueux. C’est ainsi que sept lauréats se sont distingués dans autant de catégories en présence des gens d’affaires de la région estrienne.

Lors de son allocution d’ouverture, M. Létourneau en a profité pour souligner la passion et la détermination qui animent à la fois les entrepreneurs et les athlètes de la région. Plusieurs de ces derniers étaient d’ailleurs présents, car l’événement avait aussi pour objectif de reconnaître l’apport des athlètes au rayonnement de la région, particulièrement en cette année des Jeux d’été du Canada qui se tiendront à Sherbrooke. M. Létourneau y a notamment affirmé que :

Outre les lauréats, il y a tous les finalistes et chacun d’entre nous qui s’investissent à fond dans leurs projets les tenant à cœur qui méritent toute notre admiration. Dans les Cantons-de-l’Est, nous partageons le désir de nous dépasser, autant en affaires que dans les sports. On se retrousse les manches lorsque nécessaire. On ne se contente pas du statu quo!

Félicitations à tous les finalistes et à tous les lauréats!

Article suivant

26 Fév 2013

Le crédit d’impôt pour la production d’effets visuels est généreux au Québec, comme en fait mention à La Presse l’associé en fiscalité, Éric Julien. En 2009, ce crédit est passé à 45%. Il est plus avantageux que celui de l’Ontario, en raison d’une série de règles. Il s’applique notamment aux employés non-résidents.

Article suivant

26 Fév 2013

Maurice Arsenault, associé en fiscalité, commente à l’égard des achats en ligne et des revenus en taxes avec une journaliste de Québecor.

Lire l’article