18 Juin 2019

En entrevue avec Infopresse, la vice-présidente Talent et culture de la firme, Macha Pohu, aborde la nouvelle dynamique du marché de l’emploi.

Selon elle, « quand nos enfants arriveront sur le marché du travail, 60 % des emplois actuels n’existeront plus, et les autres se redéfiniront ». Tout comme les emplois qui se transforment, les critères d’embauche sont en mutation.

« Il y a quelques années, on écartait d’emblée les candidats qui avaient bougé plus d’une fois en deux ans. Aujourd’hui, au contraire, si quelqu’un est resté trop longtemps au même endroit, on craint qu’il ne survive pas au changement », explique Macha Pohu.

Il arrive aussi fréquemment qu’un candidat au profil atypique soit convoqué en entrevue. Mme Pohu précise que le rôle du gestionnaire est également appelé à évoluer. C’est plus qu’un rôle de dirigeant que les candidats recherchent en leur patron.

« Maintenant, chacun veut s’impliquer, obtenir une liberté d’action, relever des défis avec la confiance de ses supérieurs », souligne la vice-présidente.

Consultez l’article en entier ici.

Article suivant

17 Juin 2019

Avec l’émergence de la technologie de la chaîne de blocs, CPA Canada a mis sur pied un groupe de travail dont le mandat est d’analyser les différentes approches en matière d’audit et les risques liés aux cryptomonnaies et aux chaînes de blocs.

Jean-François Trépanier, directeur principal en recherche en certification chez Raymond Chabot Grant Thornton et conseiller technique en réglementation chez Catallaxy, dirige un des projets de ce groupe de travail. Dans une entrevue accordée à CPA Canada, M. Trépanier brosse un état de la situation des sociétés ouvertes manipulant des cryptomonnaies au Canada. Il identifie les risques qui gravitent autour de la technologie de la chaîne de blocs et des cabinets comptables qui font l’audit des cryptomonnaies.

Également, dans une vidéo traitant des perspectives qui s’offrent aux CPA en matière de chaîne de blocs, Louis Roy, associé en certification et président de Catallaxy, précise que puisqu’il s’agit d’une nouvelle technologie, tout est à bâtir. Il y a donc de très belles occasions pour les CPA de se positionner en tant qu’expert dans le domaine.

Louis Roy y va de quelques conseils aux CPA qui souhaitent s’investir dans l’audit de cryptomonnaies : il souligne qu’il est important de bien comprendre cette technologie, mais également de bien maîtriser les outils d’audit de cryptomonnaies.

 

Article suivant

17 Juin 2019

Conseiller.ca consacre un article aux déductions des dépenses des conseillers en services financiers autonomes.

Bien qu’ils puissent déduire toutes les dépenses relatives à leurs fonctions, « c’est une condition sine qua non. Si on n’est pas capable de faire la démonstration qu’une dépense a été engagée dans le but de gagner un revenu, elle n’est pas déductible », précise Jean-Pierre Poulin, associé en fiscalité chez Raymond Chabot Grant Thornton.

À travers cet article, M. Poulin passe en revue les dépenses admissibles relativement aux dépenses personnelles : frais de kilométrage, intérêts payés sur emprunts, frais de repas et de représentation, bureau à domicile, etc.

Pour en savoir plus sur ces mesures, lisez l’article sur Conseiller.ca.

Demandez conseil à votre fiscaliste ou à votre conseiller financier.

Article suivant

11 Juin 2019

À l’occasion de la publication d’un dossier consacré aux chasseurs de têtes, le journal Les Affaires s’intéresse aux enjeux entourant les ressources humaines.

Au rang de ces enjeux, la rétention des nouveaux employés. La grande majorité des firmes de chasseurs de têtes offrent, au client comme au candidat, une garantie allant de six mois à un an. « Si ça ne fonctionne pas au cours de cette période, on reprend le dossier », explique Louise Martel, associée, services de conseil. Il est donc primordial de trouver le bon candidat pour les bons défis.

Dans cette optique, les professionnels des ressources humaines constatent que les compétences techniques prennent moins d’importance aujourd’hui. « On passe de moins en moins de temps à les évaluer, au profit des compétences comportementales et relationnelles », précise Louise Martel.

Ce dossier comprend également un article traitant de l’intégration de l’intelligence artificielle dans les processus d’embauche. Nos experts en recrutement, les associés Louise Martel et Jean-François Boudreault ont aussi contribué à cet article.

Même si l’intelligence artificielle peut être mise à profit, notamment pour faire une préanalyse des CV de façon automatisée, Jean-Francois Boudreault indique que « nous sommes des artisans; l’aspect émotionnel reste très important. Il y a des choses qui se vivent en entrevue et qui ne se décrivent pas sur papier. C’est là que notre rôle prend tout son sens. »