23 Sep 2019

L’engouement pour le bitcoin et l’augmentation fulgurante de sa valeur en 2017 se sont révélés très alléchants pour les cybercriminels, qui ont profité du manque de connaissance des investisseurs pour les pirater.

Les cryptomonnaies ont, en effet, démontré de graves failles de sécurité et de gouvernance. D’autres risques liés aux cryptomonnaies ont également été mis au jour : « La gestion et la manipulation d’une cryptomonnaie sont risquées pour les gens », concède Louis Roy, associé, Certification et président de Catallaxy, filiale de Raymond Chabot Grant Thornton.

« Par exemple, si quelqu’un perd sa clé privée, il n’aura plus accès à ses actifs. Ce n’est pas comme égarer sa carte de guichet, qu’on peut facilement faire remplacer. »

De nombreux investisseurs conservent leurs actifs en cryptomonnaies sur leur téléphone cellulaire. En plus du risque de perdre leur avoir, ils pourraient être la cible de cyberattaques. Les investisseurs doivent donc être encore plus vigilants aux tentatives d’hameçonnage notamment.

Certains investisseurs se fient à un intermédiaire pour la gestion de leurs cryptomonnaies.

« Dans certains cas, la perte d’actifs est liée non pas à une attaque, mais à un problème de gestion ou de fraude », poursuit M. Roy.

Rappelons que, récemment, la mort du fondateur d’une entreprise dans des circonstances nébuleuses a entraîné plus de 250 M$ de pertes pour les investisseurs floués.

« Comment expliquer qu’un dirigeant d’entreprise puisse détenir des millions de dollars de ses clients à lui tout seul, sur son ordinateur personnel? », se désole Louis Roy. « Pour améliorer la cybersécurité dans le secteur des cryptomonnaies, il faudra stimuler les innovations technologiques et mieux informer les utilisateurs, mais des questions d’encadrement réglementaire se posent aussi. »

Pour en savoir plus, consultez l’article en ligne (pour abonnés seulement).

Vous êtes intéressés à comprendre la technologie de la chaîne de blocs et à en faire usage dans votre organisation? Notre équipe d’experts peut vous soutenir.

Article suivant

20 Sep 2019

De nombreux entrepreneurs approchant de la retraite aimeraient voir leurs enfants reprendre les rênes de l’entreprise familiale. Mais voilà, céder l’entreprise à ses enfants peut s’avérer plus compliqué que de la vendre à des étrangers.

En entrevue dans L’Étoile du Lac, Éric Dufour, associé et vice-président, conseil en management, rappelle pourquoi : « La situation a été corrigée au provincial, mais pas au fédéral. Il n’y a pas l’exonération fiscale qui peut atteindre 900 000 $ applicable lors d’une vente à des membres de la famille. Ça rend donc ce type de transaction plus difficile. Il faut être prêt à faire des sacrifices monétaires, car la valeur de l’entreprise, c’est les fonds de pension des propriétaires. C’est un frein et il est temps que le gouvernement change cette fiscalité des années 1980 qui n’est plus à jour. »

M. Dufour tient à rappeler aussi que la clé d’un transfert d’entreprise réussi réside dans sa planification : « Il faut réaliser un plan sur quatre ans. Il y a une cohabitation qui se met en place [entre les générations]. Il y a donc une période d’adaptation, d’où l’importance d’être bien accompagné. »

L’enjeu du transfert d’entreprise intergénérationnel préoccupe toujours notre firme. Au Québec, certaines contraintes subsistent encore à cet égard et, au fédéral, le problème demeure entier. Nous vous invitons à consulter nos recommandations, incluant la recommandation 7 contenue dans la soumission pré-budgétaire présentée au gouvernement du Québec par la firme lors du dépôt du dernier budget du Québec.

Communiquez avec nos experts en relève entrepreneuriale pour vous accompagner dans cette importante démarche.

Article suivant

18 Sep 2019

L’équipe de financement corporatif de Raymond Chabot Grant Thornton est heureuse d’annoncer la conclusion d’une transaction de refinancement et de capital de croissance pour Aliments Pasta Romana et Pizza Romana (ci-après, individuellement, « Pasta Romana » ou « Pizza Romana », et collectivement, la « Société »).

Fondée en 1996 par M. Bernard Filippone et ses fils, Pasta Romana est une entreprise familiale dont le siège social est situé à Montréal, au Québec (Canada).

Depuis plus de 23 ans, Pasta Romana propose une vaste gamme de pâtes fraîches et surgelées de haute qualité. La société approvisionne de grands détaillants en produits de marque Pasta Romana et de marque privée.

Raymond Chabot Grant Thorton tombstone banner

Pasta Romana conclut un refinancement pour soutenir la croissance

Plus récemment, la société, par l’intermédiaire de sa nouvelle entité Pizza Romana, a tiré parti de son expertise éprouvée en matière d’exploitation et d’élaboration de produits pour acquérir une nouvelle installation de fabrication à la fine pointe de la technologie, ce qui lui a permis d’inclure des pizzas surgelées de haute qualité à sa gamme de produits. Cette initiative a bénéficié d’une conjoncture très favorable et est couronnée de succès depuis son lancement.

La société s’efforce de ne jamais déroger aux principes à l’origine de sa réussite : des produits frais préparés comme à la maison et sans compromis sur le plan de la qualité. Pasta Romana et Pizza Romana, qui sont désormais des acteurs importants du secteur de la fabrication de produits alimentaires au Canada, exploitent deux usines de pointe à Montréal Nord et à Lachine, dont la capacité de production horaire s’élève à 2 300 kg de pâtes, 1 000 litres de sauce et 3 000 kg de pizzas.

La société a fait appel à Raymond Chabot Grant Thornton pour examiner et optimiser sa structure financière. L’équipe de financement corporatif de Raymond Chabot Grant Thornton a agi en qualité de conseiller financier exclusif auprès de la société, qui dispose maintenant d’une structure simplifiée, adaptable et souple afin de saisir de nouvelles occasions d’affaires dans un secteur en croissance.

« L’équipe de Raymond Chabot Grant Thornton a grandement simplifié notre processus de refinancement, indique M. Michael Filippone, vice-président à l’exploitation de Pasta Romana. Grâce à leurs connaissances, à leur expertise et à leur vaste réseau dans le secteur bancaire, Mark et les membres de son équipe ont permis à notre société d’obtenir des termes et conditions très favorables, ainsi que la souplesse financière nécessaire à notre croissance. Grâce à leur compréhension approfondie de notre secteur, ils ont géré l’intégralité du processus de manière très professionnelle, tout en veillant à son bon déroulement du début à la fin. Nous ferons assurément appel à eux lors de notre prochaine transaction. »

Pour savoir comment notre firme peut répondre aux besoins de votre entreprise, communiquez avec notre équipe de transaction.

À propos de Raymond Chabot Grant Thornton

Notre équipe de premier ordre de services-conseils en financement d’entreprises axée sur le marché intermédiaire offre des conseils sectoriels sur les fusions, les acquisitions et les dessaisissements, ainsi que les marchés des capitaux propres et les marchés de titres d’emprunt. Grâce à notre connaissance sectorielle approfondie dans le cadre de chaque opération, nous soutenons les stratégies et les priorités de nos clients en matière de financement d’entreprises.

Leader québécois et canadien dans les domaines de la certification, de la fiscalité, des services-conseils, du redressement d’entreprises et de l’insolvabilité, Raymond Chabot Grant Thornton compte sur une équipe de plus de 2 600 professionnels.

Raymond Chabot Grant Thornton est une société membre de Grant Thornton International et l’homologue canadien de Grant Thornton LLP. Raymond Chabot Grant Thornton fait partie de l’organisation mondiale Grant Thornton. Nous avons une présence dans plus de 135 pays et un effectif de plus de 53 000 employés qui offrent une véritable connaissance, une perspective innovante et l’agilité nécessaire afin que les clients continuent d’évoluer.

Équipe de transaction :

Mark Rossi
Simon Marcotte-Légaré
Justine Bergeron

Article suivant

16 Sep 2019

L’expertise de Catallaxy, une filiale de Raymond Chabot Grant Thornton, dans le domaine de la blockchain (chaînes de blocs) et de cryptomonnaies s’étend au-delà des frontières à la suite de l’annonce d’une entente de partenariat signée avec Grant Thornton Suisse/Liechtenstein.

En vertu de cet accord, Catallaxy se chargera de tous leurs projets impliquant un audit de cryptomonnaies durant les deux prochaines années. De plus, la firme suisse/liechtensteinoise souhaiterait utiliser Abacus, la solution logicielle pour les audits de cryptomonnaies développée par Catallaxy. Ce partenariat unique procurera à Grant Thornton une visibilité internationale au potentiel très fort.

« Avec la fondation de Catallaxy en 2017, nous souhaitions que Montréal devienne un centre d’expertise mondial pour le développement de la technologie blockchain au sein du réseau Grant Thornton. La signature de cette entente avec GT Suisse/Liechtenstein représente l’atteinte de cet objectif », souligne Emilio B. Imbriglio, président et chef de la direction de Raymond Chabot Grant Thornton.

GT suisse/Liechtenstein compte dans son portefeuille client plusieurs entreprises en lien avec les cryptomonnaies, ce qui représenterait environ 30 projets pour Catallaxy au cours des prochaines années. Ce premier rapprochement ouvre la voie et devrait en susciter davantage avec d’autres antennes dans le monde au sein des sociétés membres de Grant Thornton.

« Grâce à leur réglementation, plusieurs fondations de cryptomonnaies se sont établies en Suisse et au Liechtenstein, créant un pôle stratégique dans l’univers des cryptomonnaies, dit Michel Besner, directeur général de Catallaxy. Nous sommes heureux de fournir notre expertise, notre soutien et nos outils technologiques afin d’aider GT Suisse/Liechtenstein à devenir un leader sur leur territoire. »

Même son de cloche du côté de la firme suisse/liechtensteinoise : « Avec le développement des cryptomonnaies en Suisse et au Liechtenstein, il est intéressant de pouvoir compter sur les avantages de l’organisation Grant Thornton et de s’appuyer sur nos meilleurs spécialistes, dont Catallaxy. Cette collaboration nous permet de mieux servir les intérêts de nos clients et de nous positionner en tant que leader sur le marché. Ce qui a motivé cette entente est la volonté de devenir plus compétitif dans ce secteur en croissance », se félicite Marco Valenti de GT Suisse/Liechtenstein.

L’audit de cryptomonnaies
Avec l’essor des cryptomonnaies, de plus en plus d’entreprises possèdent des actifs numériques. À la lumière des récentes prises de position du gouvernement quant à la législation de celles-ci, il devient impératif pour les auditeurs d’obtenir une compréhension de cette nouvelle catégorie d’actifs pour pouvoir mettre en place des procédures d’audit suffisantes et appropriées. En pratique, cela se traduit par de nombreux défis. L’absence de réglementation et de maturité des technologies, les difficultés logistiques, l’aspect sécuritaire ainsi que la quantité de données présentent de véritables enjeux pour les auditeurs et les entreprises.

Par la combinaison d’une méthodologie exclusive et de l’utilisation d’une solution en temps réel développée par Catallaxy, Grant Thornton tire son épingle du jeu en ayant une offre de service unique et spécifique aux audits d’actifs numériques, répondant aux besoins des auditeurs.

À propos de Catallaxy
Filiale de Raymond Chabot Grant Thornton, Catallaxy développe des produits et des services dans les domaines de la finance, de la comptabilité, de l’économie numérique et de la numérisation des actifs physiques (biens de consommation, actifs alimentaires, immobiliers et manufacturiers et documents juridiques).

L’entreprise compte dans ses rangs un groupe d’experts en technologies innovantes, telles que l’analyse de données cryptographiques, la chaîne de blocs, la segmentation en unités (tokenization) et l’intelligence artificielle.