10 Avr 2010

_______________________________________________________________

C’est avec tristesse et regret que nous vous annonçons le décès, à l’âge de 90 ans, de monsieur Jacques Raymond, associé fondateur de notre cabinet.

Il laisse pour le regretter son épouse depuis 62 ans, Jacqueline Renaud. Prédécédé par son fils Benoît, il laisse ses enfants, Mireille (John Keyserlingk), Annie (Maurice Gareau), Josée, Adèle et Vincent (Patrice Powers), ses petits-enfants Dominique et Justine Keyserlingk, Sophie (Christophe Majkowski) et Brigitte Gareau, sa soeur Claire, son beau-frère, Pierre Renaud (Monique Plouffe), leur fils Alain ainsi que plusieurs autres parents et de nombreux amis.

La famille recevra les condoléances au : Centre funéraire Côte-des-Neiges 4525, chemin de la Côte-des-Neiges Montréal, Québec 541-342-8000 le mardi 16 mars 2010 de 14 à 17 heures et de 19 à 21 heures.

Les funérailles auront lieu en l’église Saint-Léon de Westmount le mercredi 17 mars 2010 à 12 heures. De préférence à des fleurs, vous pouvez témoigner votre sympathie en versant un don à La Fondation d’Oncologie Ville-Marie, 1538, rue Sherbrooke Ouest, Montréal, Québec, H3G 1L5 ou à Diabète Québec, 8550, boulevard Pie IX, bureau 300, Montréal, Québec, H1Z 4G2.

Une carrière remarquable
Après des études classiques au Collège Jean-de-Brébeuf, M. Jacques Raymond a suivi les cours du soir de l’École des hautes études commerciales puis obtenu son titre de comptable agréé. Associé fondateur du cabinet Raymond Chabot Grant Thornton (alors Raymond, Chabot, Martin, Paré) en 1948, il en a occupé le poste de président et chef de la direction durant plus de 30 ans. Sa rigueur professionnelle et sa recherche constante de l’excellence y ont laissé une empreinte indélébile.

M. Raymond a également été président de l’Ordre des comptables agréés du Québec et de la Société canadienne d’études fiscales. Il était membre à vie de ces deux corporations, ainsi que de l’Institute of Chartered Accountants of Ontario. Il a aussi siégé aux conseils d’administration de plusieurs sociétés.

En plus de l’intérêt intense qu’il a toujours porté à sa profession, il a manifesté sans compter son engagement social et artistique. Ainsi, il a été longtemps trésorier d’Amitié Canada-Orient, de l’Association pour l’éducation des enfants arriérés, de l’Association du diabète du Québec et du Conseil interprofessionnel du Québec, ainsi que président du conseil d’administration de la Fondation d’Oncologie Ville Marie et de la Fondation du Théâtre du Rideau Vert.

Il a été récipiendaire de la médaille du jubilé du règne de la Reine Elizabeth, nommé « Homme du mois » par la revue Commerce et « Bâtisseur du 20e siècle » par la Chambre de Commerce du Grand Montréal et également décoré du Mérite HEC.

Tous les associés et employés du cabinet saluent cet homme d’honneur et lui témoignent aujourd’hui leur reconnaissance pour ce qu’il a apporté. Il restera une source d’inspiration pour tous ceux qui l’ont côtoyé.

Nous tenons également à exprimer nos sincères condoléances à son épouse, aux membres de sa famille et à ses proches, qui l’ont toujours soutenu durant sa longue et fructueuse carrière.

Article suivant

04 Avr 2010

Une expertise d’avant-garde

Notre nouveau service Environnement – Gaz à effet de serre sera dirigé par monsieur Roger Fournier, expert reconnu au Canada en matière de crédits de GES. Notre équipe, enrichie de sa présence, l’accueille avec fierté.

Votre entreprise est appelée à réduire ses émissions et pour y arriver, vous devez les quantifier et les faire certifier. Cela vous apportera des avantages financiers et corporatifs, mais le plus important reste encore d’avoir la certitude d’être accompagné par les meilleurs au pays.

Et RCGT vous certifie l’excellence d’une expertise d’avant-garde.

Avis de nomination de M. Roger Fournier

Article suivant

30 Mar 2010

Le ministre des Finances du Québec, M. Raymond Bachand, a prononcé aujourd’hui son premier discours sur le budget, intitulé: « Des choix pour l’avenir ».

Bien que le taux d’imposition des particuliers ne soit pas augmenté, les contribuables seront encore appelés à mettre les mains dans leurs poches… En effet, le ministre annonce une hausse de la taxe de vente du Québec pour 2012, en plus de la hausse déjà prévue pour le 1er janvier 2011, ainsi qu’une hausse progressive de la taxe sur le carburant. Dans le contexte actuel de l’harmonisation de la TVH en Ontario, ces mesures tendent à démontrer l’importance des taxes à la consommation comme génératrices de revenus. D’autre part, l’instauration de la contribution santé à compter du 1er juillet 2010 vise, selon le ministre, à assurer la pérennité du système de santé québécois.

Par ailleurs, en ce qui concerne les entreprises, une révision en profondeur du régime des droits miniers est proposée et le régime actuel des centres financiers internationaux est remplacé par un crédit d’impôt remboursable.

Quant à l’environnement, et afin de valoriser la perception de nos ressources et l’économie de celles-ci, le gouvernement instaure une redevance sur l’eau et annonce la hausse des tarifs d’Hydro-Québec. Des modifications aux mesures concernant l’amortissement des véhicules de transport de marchandises permettront d’encourager l’achat de véhicules respectant les nouvelles normes sur les émissions polluantes.

Ce budget a donc pour objectifs de relever différents défis : à court terme, consolider la relance en maintenant le Plan québécois des infrastructures et, à moyen terme, équilibrer les finances publiques en instaurant une culture de contrôle des dépenses publiques. L’atteinte de ces deux premiers objectifs permettra à plus long terme, selon le ministre, de construire le Québec des 20 prochaines années.

Article suivant

04 Mar 2010

Croissance, création d’emplois et réduction du déficit : un budget ambitieux…

Le ministre des Finances du Canada, M. James M. Flaherty, a prononcé aujourd’hui son cinquième discours sur le budget, intitulé « Tracer la voie de la croissance et de l’emploi ».

Ce budget prévoit 19 milliards de dollars de nouvelles dépenses afin de protéger les emplois et d’en créer de nouveaux. De plus, des initiatives ciblées visent à favoriser l’emploi et la croissance dans l’économie de demain afin de faire du Canada un pays propice aux nouveaux investissements des entreprises. Enfin, on prévoit que le déficit devrait passer de 27,6 milliards, en 2011-2012, à 17,5 milliards en 2012-2013 et à 1,8 milliard en 2014-2015.

Sur le plan fiscal, le ministre confirme la réduction du taux d’imposition des entreprises, simplifie le calcul du contingent des versements des organismes de bienfaisance et apporte certaines modifications aux régimes d’options d’achat d’actions des employés. Au niveau de la fiscalité internationale, le budget modifie la définition de « biens canadiens imposables » et révise les propositions à l’égard des entités de placement étrangères et des fiducies non résidentes.

Par ailleurs, le gouvernement étudiera la possibilité d’établir un régime officiel de transfert de pertes ou la production de déclarations consolidées pour les sociétés. Avant de mettre en œuvre d’éventuels changements, le gouvernement sollicitera les commentaires de la communauté fiscale.

Enfin, à l’instar du Québec, le gouvernement annonce la tenue de consultations visant la déclaration d’opérations d’évitement fiscal.

Consultez les faits saillant du budget fédéral