04 Déc 2013

Réussir l’évaluation uniforme de la profession (EFU) est une étape importante de la vie professionnelle d’un comptable professionnel agréé. Et si le nom de ceux qui réussissent l’évaluation est largement diffusé, nous connaissons peu ceux qui les appuient tout au long de leur période d’études : leurs parrains et marraines ainsi que les animateurs d’atelier.

Chez Raymond Chabot Grant Thornton, plusieurs parrains, marraines et animateurs voient à ce que cette étape charnière se passe rondement pour les stagiaires. Depuis le début de l’été, ils les aident à surmonter les obstacles qui peuvent survenir durant les études menant à l’EFU.

Jean_Patrick_portrait_JP03_HR_nb

Patrick Jean

Parmi eux, Patrick Jean, directeur en certification au bureau de Montréal. « J’aide les stagiaires pour le plaisir de redonner ce que j’ai moi-même reçu », explique celui qui a passé l’EFU il y a trois ans à peine. Dès la fin juillet, il est entré en contact avec sa protégée afin de lui demander où elle en était dans ses études. Au fil de leurs rencontres, Patrick lui a prodigué des conseils, en plus de lui rappeler l’importance de l’équilibre. « Il faut étudier sérieusement, bien sûr, mais aussi prendre le temps de s’amuser », ajoute Patrick.

Maxime Nadeau, responsable de dossiers au bureau de Sherbrooke, a épaulé deux stagiaires. Cette aide s’est traduite par l’élaboration d’un calendrier d’études modulé en fonction des forces et des faiblesses de chacun, par la correction des études de cas ainsi que par un soutien moral. « Parrainer un stagiaire a été une belle expérience qui m’a permis de développer une belle complicité avec eux », déclare celui qui a passé l’EFU en 2012. Il dit avoir apprécié son expérience, à un point tel qu’il aimerait bien la répéter  l’an prochain.

De son côté, Sébastien Paquin, auditeur au bureau de Montréal, a animé des ateliers de gestion du stress. « Les stagiaires sont capables de surmonter l’EFU, ne serait-ce qu’en raison de leur expérience en cabinet. Avec ces ateliers, nous leur apprenons à dégonfler la balloune de l’anticipation », explique celui qui a vécu l’effervescence de l’EFU en 2011.

Morissette_Jean_portrait_MJ29_nb

Jean Morissette

Pour sa part, Jean Morissette, associé au bureau de Québec, anime depuis plusieurs années des ateliers sur les normes comptables. Pourquoi le fait-il? Parce qu’il aime ces normes et l’enseignement… mais pas au point d’en faire une carrière, tient-il à préciser.  Et d’ajouter: « Je trouve très stimulant d’accompagner ces stagiaires à un moment aussi important de leur vie ».

Bref, chez Raymond Chabot Grant Thornton, le succès est une affaire d’équipe, mais aussi de cœur.

Nous tenons à remercier chaleureusement toutes les personnes qui ont parrainé des stagiaires, écouté leurs préoccupations ou animé des ateliers : elles sont nombreuses et ne sont pas toutes nommées dans cet article. Votre contribution a fait toute une différence : les futurs CPA de 2013 peuvent en témoigner.