12 Oct 2017

Félicitations à Emilio B. Imbriglio, président et chef de la direction, pour avoir remporté le prix Grand Ambassadeur 2017 du Premio Venezia remis par la Chambre de commerce italienne du Canada (CCIC)!

Créer de la valeur dans les relations d’affaires Canada-Italie

Le Grand Ambassadeur du Premio Venezia est un membre influent de la communauté d’affaires du Québec qui s’est distingué tout au long de sa carrière pour sa contribution dans la création de la valeur économique et d’affaires entre le Canada et l’Italie, et pour son implication auprès de la communauté italienne au Canada.

La soirée Premio Venezia s’est déroulée en compagnie de l’Honorable Sénatrice Marisa Ferretti Barth, M. Marco Riccardo Rusconi, Consul général d’Italie à Montréal; M. Julien Cormier, Directeur Europe, Afrique et Moyen-Orient au Ministère de l’Économie de l’Innovation et des Exportations du Québec (MESI); M. Frank Trentadue, Directeur régional, région du Québec chez EDC; ainsi qu’avec Ivan Cavallari, directeur artistique des Grands Ballets Canadiens.

Emilio B. Imbriglio a reçu officiellement cette reconnaissance le 5 octobre lors d’une cérémonie qui a eu lieu au Marriott-Château Champlain.

Pour plus de détails, lisez l’article publié le 12 octobre paru dans le Corriere Italiano (article en italien).

Article suivant

11 Oct 2017

Les jeunes nés après 1995 vivent dans un monde mi-réel mi-numérique. Quel sera l’impact de leur arrivée sur le marché du travail? Qui sont-ils vraiment? Quelles sont leurs qualités? Et qu’en est-il de leurs défauts?

La plupart des traits de personnalité des Z (grande autonomie, côté autodidacte, aisance avec les outils technologiques, etc.) rendent ceux-ci très intéressants aux yeux des employeurs prêts à les accueillir. Interrogé par CPA Magazine, Emilio B. Imbriglio, président et chef de la direction de Raymond Chabot Grant Thornton, mentionne que « les employeurs ont appris à s’adapter, car les solutions prennent différentes formes. Si on essaie de les changer, ils iront ailleurs ». Mais le président pousse sa réflexion encore plus loin : « Je me sens plus vivant à leur contact, j’adore leur énergie. Ils sont très motivés. Avec leur profil multitâche, ils apportent une vision globale nouvelle, fondée sur le travail d’équipe, quels que soient le moment, le lieu ou le procédé mis en œuvre. Ils carburent à la passion, peu importe le sujet – intelligence artificielle, chaînes de blocs –, et leur portée s’étend à l’échelle planétaire. »

Pour en savoir plus, lisez l’article publié dans l’édition d’octobre de CPA Magazine!

Article suivant

10 Oct 2017
Éric Julien
Associé | LL.B., LL.M. FISC. | Fiscalité

Le géant américain Netflix s’est engagé auprès du gouvernement fédéral à investir 500 millions de dollars sur cinq ans au Canada, mais sera-t-il admissible aux crédits d’impôt au Canada? Selon nos experts Éric Julien, associé en fiscalité canadienne, et Alexandre Laturaze, directeur en fiscalité, c’est effectivement le cas! Netflix sera admissible, comme tout producteur étranger, aux crédits d’impôt fédéral et provinciaux pour services de production cinématographique.

500 millions ou 320 millions?

Netflix doit-il payer de l’impôt au Canada pour bénéficier de ces crédits d’impôt? Les producteurs de films/séries télé ont-ils tous droit à ces crédits d’impôt? Pour en savoir plus sur le dossier Netflix et les potentiels impacts fiscaux qui y sont reliés, consultez l’article paru dans La Presse+ le 4 octobre!

12 Oct 2017  |  Écrit par :

M. Julien est associé au sein du cabinet RCGT. Il est votre expert en fiscalité pour le bureau de...

Voir le profil

Article suivant

06 Oct 2017

Le 26 septembre 2017, le président et chef de la direction de Raymond Chabot Grant Thornton, Emilio B. Imbriglio, a parcouru certaines villes des Cantons-de-l’Est pour rencontrer d’abord des talents de la région, soit une cinquantaine d’employés des bureaux de Granby, Bromont et de Cowansville. Un petit-déjeuner fort réussi auquel tous les employés de ces bureaux étaient conviés à Granby pour échanger avec le président.

Après avoir eu le plaisir de discuter avec ses collègues réunis à Granby, M. Imbriglio en a profité pour rendre visite à des entreprises performantes (Artopex à Granby et Enviro 5 à Roxton Pond) qui font la fierté de cette belle et grande région.

Des idées pour stimuler l’économie

Le président s’est aussi arrêté à la Chambre de commerce de Brome-Missisquoi pour continuer d’y partager des idées que la firme estime nécessaires pour rendre les entreprises québécoises plus performantes et, conséquemment, le Québec plus prospère. C’est sous le thème Oser : pour un Québec plus compétitif qu’il s’est adressé à une centaine de gens d’affaires et d’élus de la région.

Le président et chef de la direction, Emilio B. Imbriglio, entouré d’élus de la région, de la directrice générale de la Chambre de commerce de Brome-Missisquoi, Mélanie Gobeil, de l’associé et responsable de la coordination des bureaux régionaux de la firme, Marc Legendre (avant-dernier sur la photo) et du vice-président de la région des Cantons-de-l’Est, Guy Fauteux (à droite sur la photo).

 « […] Oui notre économie se porte mieux. Le PIB a crû et le chômage a baissé. Notre défi maintenant, c’est de réussir à  « surfer » sur cette vague de la croissance. Le gouvernail semble pointé dans la bonne direction… mais il nous faut collectivement continuer à oser pour la prospérité du Québec et de ses entreprises créatrices de richesses […] », affirmait M. Imbriglio lors de sa conférence.             

Voici quelques mesures énoncées par M. Imbriglio qui, pour la très grande majorité, font d’ailleurs l’objet de positions publiques depuis quelques années et de plusieurs discours:

  • Abolition de l’impôt des sociétés pour les PME sur la première tranche de 500 000 $ de revenus imposables, à condition qu’elles investissent les sommes épargnées dans la production, l’emploi et l’innovation, et de manière à éviter tout abus. Les investissements seraient sujets à un amortissement accéléré et possiblement bonifiés dans l’année même.
  • Instauration d’un fonds pour soutenir les entreprises afin qu’elles aient recours à des professionnels externes pour les accompagner dans leur processus de transfert et le développement d’un plan de relève.
  • Application de l’équité fiscale en matière de transfert d’entreprises à toutes les entreprises issues de tous les secteurs économiques du Canada. Le gouvernement fédéral doit agir aussi rapidement en ce sens et le gouvernement du Québec devrait, même si l’équité fiscale prévaut désormais, éliminer les conditions contraignantes existantes pour les propriétaires cédants, notamment d’effectuer un transfert complet et non partiel de l’entreprise et de ne plus avoir de participation après la vente.
  • Instaurer un crédit d’impôt à l’innovation, avec une définition moins restrictive que les critères de R et D, pour aider les PME à augmenter leurs investissements en matière de technologie et de mise en marché, et leur permettre de poursuivre leur croissance.
  • Mener des campagnes auprès des consommateurs à l’égard de l’épargne et du crédit, par la publicité télé et radio, par exemple, Don’t Drink and Drive, la cigarette tue et les textos au volant.