24 Mai 2018
Louis Roy
Associé | CPA, CA | Conseils numériques et technologiques

Le 17 mai 2018, Louis Roy, associé en certification et leader en technologie blockchain, s’est entretenu avec La Presse pour discuter de l’implantation de la chaîne de blocs (blockchain) au sein des entreprises.

Cette technologie se veut un registre de transactions décentralisé. L’information cryptée dans un bloc se retrouve au même moment en plusieurs endroits, rendant sa falsification impossible.

« Les données sont stockées de façon très sécuritaire en plus d’être immuables et ancrées dans le temps », explique M. Roy qui a récemment, avec ses collègues de Catallaxy, filiale de Raymond Chabot Grant Thornton, procédé à l’inauguration de BlockHouse, un centre d’excellence international basé à Montréal et consacré à la blockchain, à la cryptographie appliquée et aux technologies distribuées.

Selon lui, la blockchain est susceptible de transformer plusieurs secteurs dont celui de la comptabilité, de l’assurance, de l’immobilier ou de la gestion du droit d’auteur.

Consultez l’article complet.

24 Mai 2018  |  Écrit par :

Louis Roy est associé au sein de Raymond Chabot Grant Thornton. Il est votre expert en...

Voir le profil

Article suivant

24 Mai 2018
Louis Roy
Associé | CPA, CA | Conseils numériques et technologiques

Selon le dossier Les Grands de la comptabilité 2018 publié par Les affaires en mai, Raymond Chabot Grant Thornton se démarque comme la firme ayant embauché le plus de nouveaux employés dans la dernière année.

Ces 213 nouveaux travailleurs représentent une solide hausse de 9,15 % pour l’entreprise qui compte désormais 2 541 employés.

Cette croissance de la firme vient principalement des nouvelles filiales qui ont vu le jour, comme Operio, Impo et Catallaxy, et de nouveaux services, d’où l’objectif de répondre plus efficacement aux besoins croissants et multiples des organisations d’ici.

Dans cet article du dossier, le président et chef de la direction, Emilio B. Imbriglio, explique certains changements qu’a connus la société comptable.

« Au cours des dernières années, nous avons modifié notre gouvernance pour être plus agiles, rappelle M. Imbriglio, dont la firme célèbre ses 70 ans. Nous avons diminué de moitié le nombre de membres du conseil des associés et du comité de gestion. Cela nous a permis de prendre des décisions beaucoup plus rapidement qu’avant et d’amener l’ensemble de l’entreprise à les endosser. »

Près de ses clients, partout au Québec

Raymond Chabot Grant Thornton continue également d’avoir une forte présence en région et à proximité de tous ses clients, comme le montrent notamment les acquisitions récentes des cabinets Jacques Dubé CA inc. à Baie-Comeau et de Richard Dubreuil CPA inc. dans la Côte-du-Sud, sans compter l’aménagement de nouveaux locaux à Val-d’Or et à Chicoutimi.

« Un avantage concurrentiel, c’est quelque chose qui différencie votre entreprise et coûterait trop cher à vos concurrents à reproduire, explique M. Imbriglio. C’est exactement ce que nous avons avec nos 109 places d’affaires partout au Québec. […] C’est un grand avantage pour nous. »

Appuyer ses clients partout dans le monde

Dans un autre article du dossier de Les affaires portant sur l’accompagnement de clients locaux dans les marchés étrangers, le président et chef de la direction mentionne que la firme a positionné certains responsables et associés à l’extérieur du pays pour faciliter les services aux clients, mais aussi pour faire vivre des expériences de travail stimulantes. Il affirme que : « Lorsqu’un besoin se fait sentir, la personne peut communiquer avec un associé qui a une certaine expérience internationale pour se faire conseiller une ressource, ou encore elle peut communiquer avec l’un de nos responsables des affaires internationales ».

Nul doute que Raymond Chabot Grant Thornton évolue pour demeurer un leader, partout au Québec, au service des organisations et de ses dirigeants. Les 2 500 professionnels de la firme ont à cœur le succès des entreprises et continueront à offrir des services de grande qualité pour favoriser l’innovation et la compétitivité des moteurs économiques du Québec et ailleurs au Canada.

Lire tous les articles du dossier dans Les affaires.

24 Mai 2018  |  Écrit par :

Louis Roy est associé au sein de Raymond Chabot Grant Thornton. Il est votre expert en...

Voir le profil

Article suivant

22 Mai 2018
Louis Roy
Associé | CPA, CA | Conseils numériques et technologiques

Un protocole minutieux se cache derrière ces grands rassemblements télévisuels qui font appel à des sociétés comptables indépendantes pour veiller à la crédibilité du vote des concours.

Dans le cahier week-end du Journal de Montréal le 28 avril dernier, la journaliste Emmanuelle Plante s’est entretenue avec Bernard Grandmont, associé et expert-comptable chez Raymond Chabot Grant Thornton, qui répond à ces questions.

S’assurer du bon fonctionnement d’un vote, ça se prépare. M. Grandmont est régulièrement demandé pour veiller au bon fonctionnement d’une émission nécessitant un vote. Le banquier, La Voix, Occupation double, Danser pour gagner, les galas de l’Adisq et Artis ont notamment fait appel à l’expertise de son équipe. Son travail nécessite beaucoup de précautions :

« Une émission dont la résultante entraîne une récompense substantielle prend généralement­­­ quelqu’un d’indépendant et d’impartial pour s’assurer que tout soit fait dans les règles de l’art, explique M. Grandmont. On rencontre les responsables des différentes instances impliquées : les fournisseurs web, SMS et de téléphonie. Tout est minutieusement contrôlé pour qu’il n’y ait aucune faille informatique, pour veiller à l’étanchéité de chaque plateforme, pour qu’il n’y ait aucune intrusion possible. Notre travail est rigoureux pour assurer les paramètres de sécurité. »

Lire le dossier complet.

 

24 Mai 2018  |  Écrit par :

Louis Roy est associé au sein de Raymond Chabot Grant Thornton. Il est votre expert en...

Voir le profil

Article suivant

18 Mai 2018
Louis Roy
Associé | CPA, CA | Conseils numériques et technologiques

Luc Lacombe, associé en fiscalité, jette un oeil averti sur les changements importants et les nouvelles mesures budgétaires 2018-2019 pour Finance et Investissement.

Il commente notamment les mesures sur l’impôt sur le revenu fractionné et la baisse graduelle du taux d’imposition des entreprises :

« Québec baisse le taux d’imposition des sociétés, ce qui est une excellente nouvelle », soutient Luc Lacombe […] . D’ici 2021, Québec baissera de 8 % à 4 % le taux d’imposition des entreprises qui profitent de la déduction pour petite entreprise (DPE) et qui cumulent un total annuel de 5 500 heures rémunérées de leurs employés. Même s’il est d’accord avec la mesure québécoise, Luc Lacombe s’interroge sur la disparité avec la déduction accordée aux petites entreprises (DAPE) au fédéral.

Pour en savoir davantage, consultez l’article de Finance et Investissement publié le 27 avril 2018.

24 Mai 2018  |  Écrit par :

Louis Roy est associé au sein de Raymond Chabot Grant Thornton. Il est votre expert en...

Voir le profil