10 Juin 2015

Le 3 juin dernier, Raymond Chabot Grant Thornton invitait clients et partenaires pour célébrer l’inauguration officielle du nouveau bureau de Saint-Jérôme. Plus de 200 gens d’affaires étaient présents, de même que des représentants du maire de Saint-Jérôme et du député de la circonscription provinciale de la région.

Pour Sylvie Chartrand, associée responsable du bureau de Saint-Jérôme, « notre nouvel environnement de travail, situé au 296, rue De Martigny Ouest, bureau 100 – tout juste à côté de l’ancien –, facilite nos relations avec nos clients. Il est plus grand, moderne et convivial, offrant ainsi un lieu mieux adapté pour la croissance de notre clientèle et plus fonctionnel pour les accompagner dans leurs réussites.

Inauguration du bureau de St-Jérôme (3 juin 2015) | RCGT
Dans l’ordre habituel : Marco Berretta, associé, responsable du bureau de Laval, Nathalie Fagnan, vice-présidente exécutive, Luc Filiatrault, premier directeur principal, bureau de St-Jérôme, Emilio B. Imbriglio, président et chef de la direction, Samuel Havida, vice-président élu, région de Montréal, Sylvie Chartrand, associée, responsable du bureau de St-Jérôme, Guylain Thériault, associé, bureau de St-Jérôme et Sylvain Moreau, associé, bureau de St-Jérôme

Le cocktail a permis à la direction de la firme de remercier ses clients de la région des Laurentides pour leur confiance et de leur réitérer que la plus grande firme comptable du Québec peut les appuyer dans leur croissance, ici et à l’échelle internationale. « Le bureau de Saint-Jérôme, c’est une porte d’entrée sur tous les marchés canadiens et mondiaux, comme tous nos autres bureaux. Ces derniers donnent accès à plus de 2 500 professionnels, 100 établissements et à plus d’une soixantaine de services chez Raymond Chabot Grant Thornton, mais aussi, à plus de 40 000 talentueux professionnels répartis dans plus de 130 pays », indique Emilio B. Imbriglio, président et chef de la direction, qui était présent pour l’occasion.

Rappelons qu’en juillet 2014, le cabinet Rochon Thériault Chartrand de Saint-Jérôme a joint les rangs de Raymond Chabot Grant Thornton. En mars 2015, la grande équipe d’experts a déménagé dans leur nouveau bureau.

10 Juin 2015  |  Écrit par :

Article suivant

09 Juin 2015

Dynamisme-fleches-300pxLe palmarès des 500 plus grandes entreprises du Québec, publié par les affaires dans son numéro hors-série de l’été 2015, confirme la place de choix qu’occupe Raymond Chabot Grant Thornton parmi les grandes entreprises d’ici.

Un saut du 71e au 60rang

Par rapport au classement de 2014, la firme fait, cette année, un saut du 71e au 60rang. Ses 2 513 talents oeuvrent, au quotidien, à offrir aux créateurs de richesse les moyens de leurs ambitions. « Nous sommes fiers de figurer dans le peloton de tête des entreprises québécoises et canadiennes. Ce succès, nous le devons à tous nos professionnels et à tous nos clients et nos partenaires qui, chaque jour, font appel à notre expertise pour les accompagner vers une croissance toujours plus dynamique. Nous continuerons de croître, car nous avons à cœur la réussite des organisations, les moteurs économiques de notre société », indique Emilio B. Imbriglio, président et chef de la direction.

Raymond Chabot Grant Thornton, c’est le premier cabinet comptable au Québec et un leader en services professionnels, tous secteurs confondus!

10 Juin 2015  |  Écrit par :

Article suivant

09 Juin 2015

Dans un article paru dans La Presse, Éric Dufour, vice-président, associé et leader national en transfert d’entreprises, recommande aux entrepreneurs de réaliser un plan de relève lorsqu’ils enclenchent le processus de cession de leur entreprise. « Plus de 92% d’entre eux n’en ont pas » explique-t-il.

Le plan de relève doit découler d’un processus de réflexion qui doit tenir compte des motivations de l’entrepreneur et du côté humain en général. Aux yeux d’Éric Dufour, il faut encadrer les entrepreneurs pour leur permettre de parler de tout ce qui les inquiète.

Pour en savoir plus, consultez l’article : Transferts d’entreprises: sur quoi baser sa réflexion?

 

 

10 Juin 2015  |  Écrit par :

Article suivant

09 Juin 2015

Le printemps 2015 rime avec développement économique pour le Saguenay-Lac-Saint-Jean. Sous le leadership de son vice-président régional, l’associé Éric Dufour, la région a pris deux importantes positions visant à stimuler l’économie et à favoriser la création de richesse.

Sommet économique régional 2015

D’abord, un mémoire a été déposé par la firme dans le cadre des consultations en vue du Sommet économique régional du Saguenay –Lac-Saint-Jean qui aura lieu, à Alma, le 18 juin 2015. Organisé par le gouvernement du Québec, ce Sommet vise un triple objectif :

  • Établir un constat commun sur les défis de développement et de diversification de l’économie régionale et sur ses atouts.
  • Définir des champs d’intervention stratégiques visant à assurer la prospérité de la région pour les dix prochaines années.
  • Mettre en synergie les acteurs régionaux.

Le mémoire présenté par Raymond Chabot Grant Thornton le 2 avril 2015, intitulé Un virage entrepreneurial et générationnel, propose six axes visant à mieux équilibrer la provenance du PIB régional découlant de la PME par rapport à celui généré par la grande entreprise. Cette grande dépendance dure depuis trop longtemps et elle affecte la stimulation de croissance à plusieurs égards, précise le document.

Selon le mémoire, le plan progressif de conversion proposé devrait s’articuler autour des axes suivants :

  1. Maintenir et soutenir les locomotives actuelles autour des trois secteurs traditionnels, soit l’aluminium, la forêt ainsi que l’agroalimentaire.
  2. Soutenir les projets miniers en cours tout en assurant le développement d’une grappe minière solide.
  3. Stimuler la création de richesse autour de la PME.
  4. Adapter la main-d’œuvre développée par rapport à nos besoins en créant de la cohérence autour de l’enseignement primaire et secondaire, des cégeps ainsi que de la formation professionnelle.
  5. Soutenir le réseau universitaire tout en lui attribuant des mandats pour le développement d’une culture
  6. Favoriser l’intégration de notre jeunesse ainsi que des représentants de la PME à travers la démocratie régionale.

Projet de la mine d’apatite du Lac à Paul au Saguenay – Lac-Saint-Jean

Ensuite, Raymond Chabot Grant Thornton a fait de nouveau valoir, le 21 mai 2015, l’importance du projet de la minière Ariane Phosphate lors des consultations du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE). Les faits saillants de ce projet créateur de richesse par l’exploitation responsable des ressources naturelles avaient d’ailleurs été présentés en 2014 par Raymond Chabot Grant Thornton

Ainsi, dans une prise de position récemment transmise au BAPE, la firme réitère l’apport incontournable de ce projet minier pour l’essor économique de la région du Saguenay –Lac-Saint-Jean. Étant le plus important projet d’investissement dans la région au cours des dix dernières années, la mine d’apatite du Lac à Paul devrait générer :

  • 9 G$ de dépenses durant le cycle de vie de la mine;
  • 2 250 emplois créés dans la région durant la construction;
  • 1 000 emplois créés annuellement durant l’exploitation;
  • 4 G $ de retombées fiscales pour les gouvernements;
  • Des opportunités concrètes pour les entreprises régionales qui désirent agir en tant que sous-traitants.

Selon Éric Dufour, « la région n’a pas le droit de passer à côté d’une telle opportunité, et ce, tout en considérant son avantage collectif et son caractère de stabilisation de notre structure économique et sociale pour les générations futures ».

Lire le récent article publié le 28 mai 2015 dans Le Quotidien dans lequel Éric Dufour fait valoir l’importance du projet pour la région.

Raymond Chabot Grant Thornton toujours à l’affût pour défendre les intérêts économiques des régions et de ses créateurs de richesse

Ces deux positions témoignent, une fois de plus, du vif intérêt de Raymond Chabot Grant Thornton envers le développement économique et la réussite des entreprises dynamiques d’ici. La firme a à cœur la croissance de toutes les régions du Québec, et au-delà, de même que la compétitivité des créateurs de richesse. Elle continuera à promouvoir les initiatives structurantes qui permettent à notre société d’innover et de prospérer.

10 Juin 2015  |  Écrit par :