04 Juin 2018
Bruno Charron
Associé | CPA, CA, M. Fisc. | Fiscalité

Dans un article du journal Le Droit, Bruno Charron, associé en fiscalité, discute des mesures incitatives pour l’acquisition d’œuvres d’art mises à disposition des particuliers en affaires et des sociétés.

Les avantages fiscaux existants viennent également soutenir l’art et la culture au Québec et au Canada.

Selon M. Charron, l’amortissement fiscal en achat ou location d’œuvres d’art demeure toutefois moins avantageux que d’autres dépenses comme les dons de bienfaisance:

« Parmi notre clientèle de PME, rares sont les entrepreneurs ayant recours à ces économies d’impôts. Ceux qui les sollicitent sont d’abord des adeptes d’art et philanthropes mais n’investissent pas dans une œuvre d’art pour des raisons fiscales. Un don de bienfaisance, par exemple, générerait un meilleur remboursement. »

Pour en connaître davantage sur les mesures provinciale et fédérale liées à l’achat d’œuvres d’art, lire l’article intégral publié le 22 mai 2018.

04 Juin 2018  |  Écrit par :

Bruno Charron est associé au sein de Raymond Chabot Grant Thornton. Il est votre expert en...

Voir le profil

Article suivant

01 Juin 2018
Bruno Charron
Associé | CPA, CA, M. Fisc. | Fiscalité

Comment une machine utilise et comprend le langage humain? C’était le sujet d’un atelier sur l’intelligence artificielle donné par Alexandre Nguyen.

Invité à titre de formateur, Alexandre Nguyen, directeur – intelligence artificielle chez Raymond Chabot Grant Thornton, et issu de l’institut des algorithmes d’apprentissage de Montréal (MILA), a donné un atelier sur le traitement du langage naturel (NLP – natural language processing).

L’atelier se déroulait dans le cadre d’un événement organisé par l’institut de valorisation des données (IVADO). La formation a permis aux participants de démystifier comment une machine utilise et comprend le langage humain.

Plusieurs autres ateliers étaient offerts pendant la semaine de formation qui se déroulait du 14 au 19 mai 2018, notamment une introduction aux nouvelles technologies en finance, à l’apprentissage profond et à l’apprentissage par renforcement. L’objectif de cet événement était de faire le pont entre les diverses expertises universitaires et les besoins des entreprises pour amener les acteurs du domaine de la finance et de l’assurance à résoudre des problèmes concrets en intelligence artificielle, et ce, en offrant des ateliers thématiques pratiques et ciblés.

M. Nguyen était aux côtés de sommités du domaine lors de l’événement, comme M. Manuel Morales, chercheur émérite de l’Université de Montréal, récemment nommé Chef, Intelligence artificielle à la Banque Nationale et instigateur de cet atelier thématique fort pertinent pour l’industrie.

04 Juin 2018  |  Écrit par :

Bruno Charron est associé au sein de Raymond Chabot Grant Thornton. Il est votre expert en...

Voir le profil

Article suivant

31 Mai 2018
Bruno Charron
Associé | CPA, CA, M. Fisc. | Fiscalité

Le Forum IA a été présenté dans le cadre de C2 Montréal du 23 au 25 mai dernier sous la thématique « Le prochain grand pas vers un monde AI-first ».

Raymond Chabot Grant Thornton et sa filiale Catallaxy étaient fières de s’associer à ce forum unique où experts et leaders internationaux de renom étaient réunis.

Les défis de l’IA

Éric Nguyen, directeur principal et leader de la pratique d’intelligence artificielle (IA) et d’analytique avancée de Raymond Chabot Grant Thornton, a offert une conférence sur les leçons à tirer d’utilisations moins glorieuses de l’IA aux côtés de Claude Guay, directeur général des services d’affaires mondiaux d’IBM Canada, et de Stephen Piron, PDG de DeepLearni.ng. M. Nguyen a présenté trois cas types dans lesquels l’utilisation de l’IA n’a pas eu les résultats souhaités. Il a conclu sa présentation en expliquant que pour que l’intelligence artificielle ait une plus-value dans la résolution d’un problème d’affaires, le problème doit comporter des éléments incertains et complexes à résoudre dans le cadre d’un processus répétitif qui sera évalué selon des métriques bien définies.

Arrimer blockchain et intelligence artificielle

Vincent Gauthier, cofondateur de Catallaxy, et Alexandre Nguyen, directeur en intelligence artificielle chez Raymond Chabot Grant Thornton, ont animé un atelier explorant les liens entre la blockchain et l’IA. En allant au-delà de l’engouement, après avoir décrit les réelles possibilités et limites de ces technologies, ils ont réfléchi avec les participants à des cas réalistes sur leur éventuelle complémentarité.

Pour le moment, il n’est pas forcément réaliste de dire que ces deux technologies s’arriment ensemble ni que la maturité technologique ou le marché est prêt pour les utiliser en concordance. Cependant, Catallaxy a déjà entrepris un travail d’étude et de recherche pour continuer d’explorer ces possibilités. Il est fortement conseillé aux entreprises de continuer d’explorer et de bien comprendre ces deux technologies, leurs possibilités et limites dans le contexte de leur entreprise.

04 Juin 2018  |  Écrit par :

Bruno Charron est associé au sein de Raymond Chabot Grant Thornton. Il est votre expert en...

Voir le profil

Article suivant

30 Mai 2018
Bruno Charron
Associé | CPA, CA, M. Fisc. | Fiscalité

Raymond Chabot Grant Thornton et sa filiale Catallaxy étaient fières d’accueillir la vice-première ministre et ministre de l’Économie, de la Science, de l’Innovation et de la Stratégie numérique, Dominique Anglade, pour procéder à l’annonce d’une aide financière de 225 000 $ à l’organisme FormFintech afin de soutenir la bonification de ses trois principaux services, soit le recrutement, la formation et l’incubation de startups.

Mme Anglade et son équipe se sont rendus au BlockHouse, le centre international d’expertise inauguré récemment par la firme et consacré à la chaîne de blocs (blockchain), à la cryptographie appliquée et aux technologies distribuées, pour y faire cette importante annonce.

Une centaine de participants étaient présents dont le président et chef de la direction de Raymond Chabot Grant Thornton, Emilio. B. Imbriglio, le leader blockchain de la firme, Louis Roy, et le gestionnaire de BlockHouse, Arthur Prats Ladous.

Tous se sont réjouis de cette nouvelle qui s’arrime au plan d’action du gouvernement pour encourager et soutenir la création d’entreprises prometteuses et innovantes et qui démontre tout le potentiel de la fintech pour l’essor des entreprises d’ici et de la société québécoise.

Pour en savoir plus, consultez l’article publié dans Les Affaires le 24 mai 2018 et celui de Finance et Investissement publié le 28 mai 2018.

04 Juin 2018  |  Écrit par :

Bruno Charron est associé au sein de Raymond Chabot Grant Thornton. Il est votre expert en...

Voir le profil