27 Fév 2014
Michel Noël
Associé | CPA, CA | Certification

Le benching est une tendance qui gagne en popularité dans les stratégies d’aménagements de bureaux au Québec. Il favorise la collaboration et permet de réduire certains coûts. Dans une entrevue réalisée avec le journal La Presse, le vice-président de la région de Montréal, Michel Noël, explique les raisons qui ont poussé Raymond Chabot Grant Thornton à suivre cette tendance pour l’aménagement de l’environnement de travail de son bureau situé au 800 boulevard René-Lévesque Ouest.

Dans cet article, Michel Noël revient notamment sur une des principales valeurs CLAIRE de la firme, la collaboration, que ces nouveaux espaces favorisent : « Les comptables ont la réputation d’être assez conservateurs, mais nous avons toujours tenté de susciter la collaboration pour donner le maximum à nos clients. Ce type d’aménagement est beaucoup plus convivial », explique-t-il.

Pour consulter l’article paru dans le quotidien La Presse le 17 février dernier, cliquez ici.

27 Fév 2014  |  Écrit par :

M. Noël est associé au bureau de Montréal. Il est votre expert en certification. Contactez-le...

Voir le profil

Article suivant

25 Fév 2014
Michel Noël
Associé | CPA, CA | Certification

Saguenay, le 25 février 2014 – Dans le cadre d’un déjeuner-causerie organisé aujourd’hui par la Chambre de commerce du Saguenay, la firme Raymond Chabot Grant Thornton a présenté publiquement, devant un auditoire composé de gens d’affaires de la région, les faits saillants de l’analyse qu’elle a effectuée pour le compte de la société Arianne Phosphate relativement au projet minier du Lac à Paul.

En raison de l’ampleur du projet et de son impact sur la croissance économique du Québec, le président et chef de la direction de Raymond Chabot Grant Thornton, Emilio B. Imbriglio, a tenu à participer à la présentation du rapport. « Ce projet créera de la richesse. Et c’est cela dont le Québec a besoin et dont il ne peut plus se passer pour prospérer. Nous devons exploiter nos ressources naturelles de façon responsable et dans le respect de l’environnement. Ce projet répond à ces impératifs. Notre société doit bénéficier de puissants leviers de développement pour stimuler notre croissance et le projet d’Arianne Phosphate en est véritablement un », a indiqué M. Imbriglio.

Pour sa part, l’associé Éric Dufour, du bureau de Saguenay, qui agissait également comme présentateur, a tenu à affirmer qu’« il est rare de compter sur un projet structurant qui générera des retombées de plus de 12 G$. Ce projet va donc permettre la création de plus de 500 emplois directs par année et permettra ensuite de créer plus de 1 400 emplois directs et indirects durant la période d’exploitation de la mine, soit plus de 25 ans. C’est assurément un projet vital pour notre région! ».

L’analyse dévoilée ce midi confirme entre autres que le projet du Lac à Paul de la minière Arianne Phosphate représente l’investissement le plus important réalisé dans la région du Saguenay–Lac-Saint- Jean au cours des dix dernières années. Plus précisément, les retombées importantes de la mine feront, notamment, augmenter la richesse collective en accroissant le revenu moyen des travailleurs de la région, tout en favorisant l’éclosion d’une nouvelle grappe de sous-traitants miniers dans la région, en plus de diversifier l’économie régionale des secteurs traditionnels de la forêt et de l’aluminium. Ce projet générera aussi l’arrivée de nouveaux résidents et d’une main-d’oeuvre talentueuse possédant des expertises particulières, de même que des occasions pour les établissements d’enseignement de la région.

Le chef de l’Exploitation d’Arianne Phosphate, Jean-Sébastien David, qui accompagnait également les conférenciers, a répondu aux questions des gens d’affaires présents. Il s’est dit fier que le projet du Lac à Paul soit un projet d’envergure pour le développement économique de la région et de tout le Québec. « Arianne Phosphate collabore avec tous les acteurs concernés, incluant les communautés autochtones, afin que ce projet permette à nos collectivités de croître et de devenir encore plus concurrentielles. En tant qu’entreprise responsable, nous souhaitons un développement fort et durable de la société dans laquelle on évolue, et ce, en concertation avec le milieu. C’est pourquoi notre engagement est de bâtir un projet porteur dont toute la région et le Québec seront fiers » a affirmé M. David.

Monsieur Brian Kenny, chef de la Direction de la minière, a rappelé que le projet crée des emplois de qualité dans la région. « Déjà, notre siège social de Chicoutimi compte plus de 25 personnes qui travaillent à offrir au Québec un projet porteur d’avenir, et ce nombre est en constante croissance ». Il a ajouté qu’il est fier que ce projet de classe mondiale soit basé au Québec. « Le Québec dispose d’une expertise reconnue en matière de mine. Arianne Phosphate est heureuse de pouvoir compter sur cette expertise tout en contribuant à son développement » a conclu M. Kenny.

À propos de Raymond Chabot Grant Thornton

Fondée en 1948, Raymond Chabot Grant Thornton figure aujourd’hui parmi les chefs de file dans les domaines de la certification, de la fiscalité, des services-conseils, du redressement d’entreprises et de l’insolvabilité. Cette force repose sur une équipe de plus de 2 400 personnes, dont quelque 230 associés, réparties dans plus de 100 bureaux au Québec, dans l’est de l’Ontario et au Nouveau-Brunswick. Soulignons également que, depuis plus de 30 ans, Raymond Chabot Grant Thornton est membre de Grant Thornton International Ltd, offrant à sa clientèle l’accès à l’expertise de sociétés membres et sociétés représentantes dans plus de 100 pays.

À propos d’Arianne Phosphate

Arianne Phosphate (« Arianne Phosphate Inc. »)  met en valeur des gisements de phosphate au Lac à Paul, à environ 200 kilomètres dans le nord de la région du Saguenay/Lac-Saint-Jean au Québec, Canada. Ces gisements produiront un concentré d’apatite ignée de qualité titrant 39 % de P2O5 et contenant peu ou pas de contaminant. La Société compte présentement 85,2 millions d’actions en circulation.

Ni la Bourse de croissance TSX ni son fournisseur de services de réglementation (au sens donné à ce terme dans les politiques de la Bourse de croissance TSX) n’acceptent quelque responsabilité que ce soit quant au caractère adéquat ou à l’exactitude du présent communiqué de presse.

– 30 –

Sources :

Francis Letendre
Conseiller principal – Relations publiques
Raymond Chabot Grant Thornton
Tél. : 514 390-4201
[email protected]

Karyna Tremblay
Coordonnatrice relation aux communautés
Arianne Phosphate
Tél. : 418 549-7316
[email protected]

27 Fév 2014  |  Écrit par :

M. Noël est associé au bureau de Montréal. Il est votre expert en certification. Contactez-le...

Voir le profil

Article suivant

25 Fév 2014
Michel Noël
Associé | CPA, CA | Certification

Disraeli, le 25 février 2014 – Raymond Chabot Grant Thornton, le plus important cabinet à propriété québécoise exerçant ses activités dans les domaines de la certification, de la fiscalité et de la consultation, annonce l’emménagement de son équipe de Disraeli dans de nouveaux locaux.

C’est au début de l’année 2014 que les cinq professionnels et employés de Raymond Chabot Grant Thornton à Disraeli ont emménagé au sein de leurs nouveaux locaux, situés au 801A, avenue Champlain.

Implantée à Disraeli depuis près de 25 ans, l’équipe d’experts de Raymond Chabot Grant Thornton ne cesse de mettre en valeur l’image d’excellence de la profession de comptable professionnel agréé et l’importance de la rigueur dans ce domaine. Sa volonté hors du commun d’accompagner les particuliers et les entreprises de la communauté vers le succès et sa préoccupation de répondre avec diligence aux besoins de sa clientèle ont ainsi amené le cabinet à procéder au déménagement de son équipe dans un espace de travail plus vaste et fonctionnel qui reflète son souci d’excellence.

« Ce déménagement vient soutenir notre croissance, qui s’appuie sur des éléments clés tels que la réussite de nos partenaires d’affaires et de notre clientèle, la confiance que ceux-ci accordent à nos talents ainsi que l’esprit de collaboration maintenu par plus de 50 professionnels et employés de nos bureaux de Disraeli, de Weedon et de Thetford Mines », a conclu monsieur Jean-Sébastien Grenier, associé.

À propos de Raymond Chabot Grant Thornton

Fondé en 1948, le cabinet Raymond Chabot Grant Thornton figure aujourd’hui parmi les chefs de file dans les domaines de la certification, de la fiscalité, des services-conseils, du redressement d’entreprise et de l’insolvabilité. Cette force repose sur une équipe de plus de 2 400 personnes, dont plus de 230 associés, répartie dans plus de 100 bureaux au Québec, dans l’est de l’Ontario et au Nouveau-Brunswick. Soulignons également que, depuis plus de 30 ans, Raymond Chabot Grant Thornton est membre de Grant Thornton International Ltd, offrant ainsi à sa clientèle un accès à l’expertise de sociétés membres et sociétés représentantes dans plus de 100 pays.

– 30 –

Source :

Madame Carole-Anne Dugré
Directrice régionale des communications et du développement des affaires
Raymond Chabot Grant Thornton
Tél. : 418 647-6635
[email protected]

27 Fév 2014  |  Écrit par :

M. Noël est associé au bureau de Montréal. Il est votre expert en certification. Contactez-le...

Voir le profil

Article suivant

20 Fév 2014
Michel Noël
Associé | CPA, CA | Certification

Montréal, le 20 février 2014 – Quelques jours à peine après le dépôt du budget fédéral, Raymond Chabot Grant Thornton publie, cette fois à l’égard du présent budget du Québec, son traditionnel bulletin fiscal postbudgétaire à l’intention des particuliers et des gestionnaires d’entreprises. Les principales mesures fiscales énoncées dans le deuxième budget du ministre des Finances et de l’Économie, Nicolas Marceau, se trouvent à l’adresse suivante : www.rcgt.com/budget-quebec-2014.

Un exercice budgétaire préélectoral

Avant le déclenchement possible d’une élection générale printanière, le gouvernement du Québec a choisi de déposer un budget qui devrait lui servir de plateforme économique et financière pour la prochaine campagne.

Ce budget vient confirmer l’état des finances publiques tout en rappelant certaines mesures annoncées dans les différentes politiques dévoilées il y a quelques mois. De nouvelles mesures budgétaires annoncées viennent, à leur façon, encourager davantage l’essor de nos entreprises. « Parmi ces mesures, il y a lieu de souligner l’investissement supplémentaire de 25 M$ dans le fonds Anges Québec Capital, l’autorisation accordée à Capital régional et coopératif Desjardins d’émettre 150 M$ d’actions pour 2014 ainsi que le lancement des démarches en vue de créer un nouveau fonds de capital de risque au Québec », a souligné Bernard Poulin, associé en fiscalité.

Bien que déjà annoncé, l’accompagnement de 300 entreprises performantes, surnommées les « gazelles », se révèle une formule prometteuse pour accélérer la croissance de celles-ci. Ainsi, dès le 24 février et jusqu’au 28 mars 2014, se déroulera l’appel des candidatures dans ce but.

En ce qui a trait aux secteurs minier et forestier, soulignons par exemple la volonté du gouvernement d’augmenter sa participation financière dans les sociétés minières exploitant les ressources du Québec – en utilisant notamment le capital de 1 G$ du Fonds Capital Mines Hydrocarbures –, d’une part, et d’investir 10 M$ dans l’industrie forestière par l’intermédiaire d’un nouveau fonds pour accélérer le développement de la filière biomasse résiduelle en vue de la production d’énergie, d’autre part.

Transfert d’entreprise : mettre fin à l’iniquité fiscale

Raymond Chabot Grant Thornton tient d’abord à saluer l’exercice mené par le Groupe de travail sur la protection des entreprises québécoises, présidé par M. Claude Séguin. Notons que le ministre des Finances et de l’Économie a profité du dépôt du budget pour rendre public le rapport du Groupe. Il est à espérer que plusieurs de ces mesures se concrétiseront très prochainement.
« Nous saluons les mesures d’ordre fiscal, principalement celle permettant le report du gain en capital lors de la transmission d’une entreprise à la prochaine génération, en particulier au décès d’un actionnaire-dirigeant. La firme s’intéresse activement à l’enjeu de l’équité fiscale en matière de transfert d’entreprise intergénérationnel depuis plusieurs années. Cette recommandation est un pas encourageant vers l’atteinte de cette équité. C’est la raison pour laquelle nous souhaitons ardemment que le gouvernement du Québec agisse en ce sens », a ajouté M. Poulin.

Raymond Chabot Grant Thornton presse donc de nouveau les gouvernements du Québec et du Canada de légiférer afin de rendre notre régime fiscal équitable et d’encourager la reprise de nos entreprises par des membres de la même famille.

Un sondage exclusif de la firme publié le 29 novembre 2013 et réalisé par la maison CROP confirmait les impacts économiques liés à l’enjeu de la relève et du transfert d’entreprise. Avec le départ imminent à la retraite du tiers de ses entrepreneurs, le Québec s’apprête à vivre le plus vaste changement de direction qu’il ait connu à la tête des petites et moyennes entreprises.

Pour les gens qui songent à se lancer en affaires, l’option de racheter une entreprise et d’en prendre la relève est beaucoup moins populaire que celle d’en créer une, révélait une récente étude de la Fondation de l’entrepreneurship. Il faut donc chercher par tous les moyens à soutenir nos entrepreneurs pour qu’ils reprennent les entreprises existantes, sinon plusieurs PME fermeront, faute de relève, ou se verront rachetées par des intérêts étrangers. C’est une condition pour assurer notre prospérité collective.

« Notre système fiscal ne doit plus pénaliser les entrepreneurs d’ici, sans quoi nous continuerons à menacer la pérennité de nos entreprises. L’équité sur le plan fiscal lors du transfert intergénérationnel d’une entreprise est essentielle pour encourager davantage la relève. Actuellement, cette iniquité a pour effet de faire perdre au vendeur le bénéfice de la déduction pour gain en capital de 800 000 $, alors qu’elle ne s’applique pas lors d’une transaction à un tiers », a réitéré Jean Gauthier, associé et directeur national de la fiscalité.

Selon Emilio B. Imbriglio, président et chef de la direction, « cette situation doit être corrigée rapidement, dans l’intérêt de l’entrepreneuriat québécois et canadien, qui agit comme un levier puissant de développement économique. Il nous faut prévenir les délocalisations, assurer le maintien du contrôle de nos entreprises dynamiques d’ici et leur permettre d’atteindre leur plein potentiel. Nous ne pouvons plus faire perdre de l’argent à un entrepreneur qui transfère son entreprise à son enfant. Le Québec doit donner aux entrepreneurs les moyens de leurs ambitions. »

Le rapport intitulé La transmission d’entreprises : problématique et pistes de solution est toujours disponible à l’adresse suivante : www.rcgt.com/transmission-entreprises.

À propos de Raymond Chabot Grant Thornton

Fondée en 1948, Raymond Chabot Grant Thornton figure aujourd’hui parmi les chefs de file dans les domaines de la certification, de la fiscalité, des services-conseils, du redressement d’entreprises et de l’insolvabilité. Cette force repose sur une équipe de plus de 2 400 personnes, dont quelque 230 associés, réparties dans plus de 100 bureaux au Québec, dans l’est de l’Ontario et au Nouveau-Brunswick. Soulignons également que, depuis plus de 30 ans, Raymond Chabot Grant Thornton est membre de Grant Thornton International Ltd, offrant à sa clientèle l’accès à l’expertise de sociétés membres et sociétés représentantes dans plus de 100 pays.

– 30 –

Source : Francis Letendre
Conseiller principal – Relations publiques
Raymond Chabot Grant Thornton
Tél. : 514 390-4201
[email protected]

27 Fév 2014  |  Écrit par :

M. Noël est associé au bureau de Montréal. Il est votre expert en certification. Contactez-le...

Voir le profil