03 Juin 2014

Le transfert des entreprises à la relève : un enjeu majeur pour l’économie du Québec et la pérennité des PMELa Chambre de commerce du Montréal métropolitain rend publique aujourd’hui une étude réalisée en collaboration avec Raymond Chabot Grant Thornton qui, pour la première fois, lève le voile sur les impacts économiques majeurs qui guettent l’économie du Québec si les propriétaires actuels de PME ne disposent pas d’un climat plus favorable aux transferts d’entreprises.

Au cours des 10 prochaines années, l’économie du Québec subira une véritable pression en lien avec le manque de relève entrepreneuriale :

  • Entre 5 700 et 10 000 entreprises québécoises pourraient fermer leurs portes;
  • De 79 000 à 139 000 emplois sont en jeu;
  • Les pertes économiques envisagées oscillent entre 8,2 à 12 milliards $ en PIB.

Vu l’importance de l’enjeu qui se profile pour l’avenir économique du Québec, Raymond Chabot Grant Thornton lance un véritable appel à la mobilisation. Gens d’affaires, citoyens et décideurs politiques doivent se mobiliser pour offrir à nos entreprises un climat d’affaires favorable aux transferts d’entreprises!

Pour vous procurer l’étude réalisée sous le leadership des associés Guy Barthell et Éric Dufour, appuyés par leurs équipes respectives, consultez le site Internet de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain.

Article suivant

28 Mai 2014

Le 21 mai dernier, le président et chef de la direction de Raymond Chabot Grant Thornton, Emilio B.  Imbriglio, s’est adressé à plus de 200 gens d’affaires réunis à l’hôtel Omni Mont-Royal, à Montréal, dans le cadre de la tribune de l’Association des MBA du Québec.

Ayant à cœur la réussite de notre société et de ses entrepreneurs, M. Imbriglio a présenté des idées que la firme croit nécessaires pour stimuler notre croissance économique, créer des emplois et rendre notre société encore plus concurrentielle.

« Notre dette publique nous condamne à la croissance. Il nous faut agir! », lançait-il en introduction. Si le diagnostic de la situation est assez clair, les solutions, elles, le sont beaucoup moins, enchaînait-il. Il faut, collectivement, chercher à se doter d’une base solide et structurante pour s’assurer que le Québec figure parmi les nations les plus productives et prospères au monde.

Je vous entends déjà me demander : fort bien, mais comment faire?

Il serait prétentieux de prétendre avoir la solution. Je suggère plutôt cinq grandes idées accompagnées de mesures précises appuyées par des faits.  »

Voici certaines mesures énoncées par M. Imbriglio à l’égard de ces idées :

1.  Encourager l’entrepreneuriat notamment par le biais d’une fiscalité incitative

  • Faire en sorte qu’il soit équitable sur le plan fiscal de vendre son entreprise aussi bien à une société détenue par ses enfants qu’à un étranger.
  • Tenir une consultation publique pour mesurer les impacts d’une réduction ou d’une élimination de l’impôt corporatif pour les PME, tout en cherchant à définir des règles claires sans que l’assiette fiscale du gouvernement soit  réduite.

2.  Saisir les occasions d’exportation

  • Profiter de l’entrée en vigueur prochaine de l’accord de libre-échange avec l’Europe pour développer de nouveaux marchés. Il fera du Canada le seul pays ayant un libre accès, à quelques exceptions près, aux deux plus grands marchés de la planète. Si on tient compte des consommateurs nord-américains, le Québec peut rejoindre 900 millions de personnes!

3.  Miser davantage sur l’innovation et les secteurs structurants

  • Créer un crédit d’impôt à l’innovation – qui respecte les ententes commerciales internationales – pour aider les PME à augmenter leurs investissements en technologie afin qu’elles poursuivent leur croissance.
  • Profiter de la réalisation des projets du CUSM, du CHUM et de l’ouverture récente du CRCHUM, qui représentent des pôles d’attraction majeurs pour les entreprises de recherche du secteur des sciences de la vie et des organismes œuvrant dans le milieu de la santé, pour développer une stratégie gouvernementale rigoureuse et structurée en vue d’attirer les talents d’ici et d’ailleurs, de même que les investissements.

4.  Mieux former et attirer les talents

  • Inculquer dès le secondaire les notions de base du crédit, en plus de celles liées entre autres à la dette publique, aux coûts de nos services publics et à l’importance de faire un budget.
  • Améliorer la sélection et l’intégration des immigrants, en créant notamment d’autres ententes comme celle France-Québec sur la reconnaissance mutuelle des qualifications professionnelles avec d’autres régions.

5.  Exploiter de manière respectueuse et durable les ressources naturelles

  • Élaborer un cadre propice à l’investissement à long terme et au chapitre d’infrastructures, notamment pour les ports et le transport ferroviaire.
Emilio B. Imbriglio

Emilio B. Imbriglio

Influence et leadership

Cette conférence a permis, encore une fois, de démontrer l’influence et le leadership de la firme et de son président et chef de la direction. Rappelons que Raymond Chabot Grant Thornton figure au premier rang des firmes comptables au Québec (selon Les Affaires)  et s’affaire à défendre les intérêts économiques du Québec et au-delà, comme le rapportait d’ailleurs récemment un article de La Presse.

Pour en savoir davantage sur cette conférence, lisez l’article paru dans Les Affaires.

Article suivant

27 Mai 2014

Dans le cadre de la chronique « Entrevue 60 secondes » du journal Les Affaires de l’édition du 24 mai, le président et chef de la direction de Raymond Chabot Grant Thornton, Emilio B. Imbriglio, a fait état de certaines mesures que la firme préconise pour stimuler la croissance économique. Ces idées ont d’ailleurs fait l’objet d’une présentation devant plus de 200 personnes dans le cadre de la tribune de l’Association des MBA du Québec, le 21 mai dernier.

Parmi les idées soulevées, il faut revoir la fiscalité des entreprises, bonifier l’aide à l’innovation et favoriser l’investissement dans les pôles montréalais de la santé où plus de huit milliards de dollars ont été investis, a notamment exposé M. Imbriglio.

Consultez l’article de Les Affaires

Article suivant

27 Mai 2014
Frédéric Labrie

Frédéric Labrie

Montréal, le 27 mai 2014 – Raymond Chabot Grant Thornton est heureuse d’annoncer la nomination de Frédéric Labrie, É.A., à titre d’associé au sein de son Groupe-conseil immobilier. M. Labrie est entré en poste au bureau de Montréal le 6 mai dernier.

M. Labrie joint notre équipe avec près de 20 ans d’expérience en tant que professionnel du secteur immobilier. Il se spécialise en investissement immobilier, en vérification diligente et en services de conseil, en plus de réaliser des études de marché et de faisabilité. Il est également appelé à agir comme expert en litige immobilier. M. Labrie a réalisé plusieurs centaines de mandats pour le compte de moyennes et de grandes entreprises, ainsi que d’investisseurs institutionnels.

M. Labrie se joint au groupe de Conseils financiers de Raymond Chabot Grant Thornton qui englobe les services de fusions et acquisitions, vérification diligente, financement, infrastructure, immobilier, évaluation et juricomptabilité et représente l’un des plus importants regroupements de professionnels en services de conseils financiers au Québec et à l’international, à travers le réseau Grant Thornton.
« Je suis très heureux d’accueillir Frédéric Labrie au sein de la firme. Son expertise apporte une valeur ajoutée à nos services-conseils et nous assure de pouvoir répondre à long terme aux nombreux besoins de notre clientèle. Son arrivée au sein de notre équipe démontre plus que jamais que nous sommes la référence en immobilier » a conclu Benoit Egan, associé responsable du service de consultation immobilière de Raymond Chabot Grant Thornton.

Veuillez noter que vous pouvez joindre Frédéric Labrie par courriel à l’adresse suivante : labrie.frederic@rcgt.com.

À propos de Raymond Chabot Grant Thornton

Fondée en 1948, Raymond Chabot Grant Thornton figure aujourd’hui parmi les chefs de file dans les domaines de la certification, de la fiscalité, des services-conseils, du redressement d’entreprises et de l’insolvabilité. Cette force repose sur une équipe d’environ 2 400 personnes, dont quelque 230 associés, réparties dans plus de 100 bureaux au Québec, dans l’est de l’Ontario et au Nouveau-Brunswick. Soulignons également que, depuis plus de 30 ans, Raymond Chabot Grant Thornton est membre de Grant Thornton International Ltd, offrant à sa clientèle l’accès à l’expertise de sociétés membres et sociétés représentantes dans plus de 100 pays.

-30-

Source :
Marie-Eve Carignan
Directrice, communication et relations publiques
Raymond Chabot Grant Thornton
carignan.marie-eve@rcgt.com