08 Sep 2015
Marc Bergeron
Vice-président, associé | CPA, CA, CIRP | Redressement et insolvabilité

« L’important pour s’en sortir, c’est de prendre conscience qu’on a des problèmes et ça, ce n’est pas facile (…) les autres s’en rendent souvent compte à notre place », Marc Bergeron.

 Selon les données du Bureau du surintendant des faillites, 1 690 entreprises québécoises ont fait faillite en 2014. C’est plus de la moitié du nombre (54,2 %) de faillites commerciales observées au Canada. Faut-il s’inquiéter ?

Une situation alarmante ? L’avis d’expert de Marc Bergeron

Pour Marc Bergeron, associé et vice-président en redressement et insolvabilité de Raymond Chabot Grant Thornton, invité sur le plateau du canal Argent le 12 août dernier, cette situation est moins alarmante qu’on pourrait le penser. L’expert souligne que le nombre de faillites d’entreprises est relativement stable depuis quelques années.

Marc Bergeron évoque aussi plusieurs facteurs qui pourraient expliquer l’importance de la proportion des faillites d’entreprises québécoises sur la totalité des faillites commerciales au Canada. « On a beaucoup de PME dans notre tissu économique, on a beaucoup d’entrepreneuriat, cela fait peut-être partie des facteurs qui contribuent à cette situation, surtout quand on sait que certaines startups ne réussissent pas à passer à travers les sept premières années ».

Avoir des passages difficiles ne veut pas dire qu’on ne connaîtra pas le succès explique l’expert qui donne en exemple plusieurs personnalités du monde des affaires ayant connu des difficultés financières, parmi lesquelles Donald Trump, Pierre Péladeau, Luc Maurice ou encore Alexandre Taillefer.

Les signes avant-coureurs d’une entreprise en difficulté

Pour maximiser ses chances de réussite, il est essentiel de savoir reconnaître les signes avant-coureurs d’une entreprise en difficulté. Marc Bergeron énumère plusieurs signes alarmants tels que des résultats déficitaires à répétitions, des problèmes de liquidité ou encore le fait de remettre à plus tard le paiement des taxes. Retrouvez plus d’information à propos des facteurs pouvant engendrer des problèmes financiers à votre entreprise sur le site de RaymondChabot.com.

« L’important pour s’en sortir, c’est de prendre conscience qu’on a des problèmes et ça, ce n’est pas facile (…) les autres s’en rendent souvent compte à notre place », explique Marc Bergeron. C’est pourquoi l’expert recommande à tout entrepreneur de s’entourer d’un « mini conseil d’administration » qui aura le recul pour reconnaitre suffisamment tôt les signes alarmants et ainsi prévenir les situations critiques.

En effet, plus vous agirez tôt, plus vous serez en mesure de mettre en œuvre une solution viable pour orienter à nouveau vos activités vers la rentabilité. Si la santé financière de votre entreprise vous inquiète, vous pourriez d’abord évaluer son état grâce aux outils disponibles sur le site de RaymondChabot.com.

 

 

 

08 Sep 2015  |  Écrit par :

M. Bergeron est vice-président Redressement et insolvabilité au sein du cabinet RCGT. Contactez-le...

Voir le profil