09 Oct 2012

L’expertise de notre cabinet en services de conseil en ressources humaines a une fois de plus été mise de l’avant, et ce, grâce à notre participation au projet de recrutement d’employés pour le nouveau complexe industriel de la société Koniambo Nickel SAS, filiale du Groupe Xstrata, en Nouvelle-Calédonie.

Cette participation à ce projet grandiose a été rendue possible grâce au palmarès de réalisations de l’équipe de Raymond Chabot Ressources Humaines (RCRH) et de Huguette R. Boulanger, associée au bureau de Sherbrooke et directrice des services de consultation de la région des Cantons-de-l’Est.

« L’expérience d’une vie » : un outil pour se trouver un emploi

En plus des activités de recrutement conventionnelles, l’équipe de RCRH a mis sur pied le microsite « L’expérience d’une vie » qui a été spécialement conçu pour faire connaître ce projet d’envergure à tous les candidats potentiels intéressés par cette expérience unique. Ce site Internet se veut un outil de référence permettant de découvrir la Nouvelle-Calédonie, le complexe industriel, l’expérience qu’offre Koniambo Nickel SAS et les emplois stimulants qui y sont offerts.

Haute technologie et environnement tropical

Une fois la construction achevée, Koniambo Nickel SAS exploitera une usine pyrométallurgique, une centrale électrique et d’autres infrastructures complémentaires, notamment un port privé en eau profonde, un convoyeur terrestre de plus de 11 km et une usine de dessalement de l’eau de mer. Le traitement des premières quantités de minerai est prévu dans le second semestre de 2012, avec une montée en puissance progressive pour atteindre, en 2014, une production annuelle de 60 000 tonnes de nickel.

 

Article suivant

05 Oct 2012

Raymond Chabot Grant Thornton est fière de souligner la sélection de madame Annie Cyr, M.Sc., conseillère principale en stratégie et performance au bureau de Québec, à titre de mentor œuvrant avec Entrepreneuriat Laval. Elle sera ainsi amenée à jouer un rôle privilégié de guide et de conseillère auprès de finissants de l’Université Laval et de les soutenir dans le démarrage de leur entreprise et dans le développement de leurs qualités d’entrepreneurs.

Cette nomination témoigne du leadership de madame Annie Cyr et de son appui à la relève du monde des affaires. Selon elle, le rôle d’un mentor est d’aider le mentoré à se poser les bonnes questions sans lui donner les réponses. « Il oriente les réflexions, donne confiance et développe la vision à long terme de l’entrepreneur », affirme madame Cyr.

Favoriser le démarrage d’entreprises et la création d’emplois

Entrepreneuriat Laval est une cellule de SAGE-Mentorat d’affaires accréditée par la Fondation de l’entrepreneurship qui a pour mission de stimuler, à l’Université Laval, l’émergence de projets innovateurs favorisant le démarrage d’entreprises et la création d’emplois par l’accompagnement personnalisé et le développement des compétences entrepreneuriales.

Article suivant

05 Oct 2012

Le cabinet de relations publiques NATIONAL et Raymond Chabot Grant Thornton ont récemment uni leurs efforts afin de créer un regroupement nommé Entreprises engagées en technologies de l’information au Québec (EETIQ).

Crédit d’impôt pour le développement des affaires électroniques

Ce regroupement a pour objectif premier d’appuyer les entreprises dans leur démarche auprès des instances gouvernementales afin de permettre l’extension du Crédit d’impôt pour le développement des affaires électroniques (CDAE) au-delà du 31 décembre 2015.

Des rencontres initiales se sont déroulées le 6 septembre à Montréal ainsi que le 20 septembre dernier à Québec où des représentants d’entreprises admissibles aux CDAE (de l’industrie des technologies de l’information et des communications du Québec) ont rencontré N’hésitez pas à le consulter afin de discuter des objectifs généraux du projet ainsi que des stratégies à prendre pour les atteindre.

Pour plus de détails sur ce projet, prière de communiquer avec Michel Lefebvre, associé en fiscalité au bureau de Montréal.

Article suivant

03 Oct 2012

Raymond Chabot Grant Thornton transmet ses observations dans le cadre de la consultation fédérale portant sur l’incidence des honoraires sur l’efficacité du Programme d’encouragements fiscaux pour la recherche scientifique et le développement expérimental (RS et DE). Puisqu’il s’agit du plus important programme pour la recherche et le développement industriel au Canada, notre équipe d’experts en RS et DE se devait de prendre part à cette consultation et d’informer le gouvernement du Canada sur la réalité de notre pratique et des moyens à prendre afin que ce programme devienne plus efficace.

Notre équipe d’experts comprend des ingénieurs, du personnel technique (tous secteurs et industries confondus), des fiscalistes, des avocats et des comptables chevronnés. Nous aidons nos clients à préparer leurs réclamations de RS et DE depuis plus d’une vingtaine d’années.

« Selon nous, les honoraires conditionnels (ou honoraires « à contingence ») favorisent l’introduction de nouveaux réclamants de RS et DE. Pour les réclamants actuels, cette forme d’honoraires favorise le partage du risque avec le consultant et une meilleure synchronisation des honoraires avec l’obtention des crédits », a indiqué Michel Lefebvre, associé en fiscalité et membre de l’équipe de RS et DE de la firme.

Ce type d’honoraires, qui se révèle un arrangement financier comme un autre, est courant dans le domaine des réclamations de crédits de RS et DE, puisque le résultat est imprévisible. « Ce manque de prédictibilité provient de la grande complexité à produire un dossier de réclamation, de la variabilité des décisions et surtout du fait que la décision est une question de jugement professionnel et, par le fait même, hautement arbitraire », a ajouté Michel Rheault, associé en fiscalité et également membre de l’équipe de RS et DE.

Raymond Chabot Grant Thornton croit que la meilleure façon d’éliminer la facturation par honoraires conditionnels est d’augmenter la prédictibilité des décisions. À cet égard, l’avis déposé au gouvernement du Canada fait état de cinq mesures :

  • Simplifier le programme de RS et DE en rendant ses critères plus faciles à mesurer objectivement;
  • Préapprouver les projets de RS et DE;
  • Créer un programme de soutien à l’innovation;
  • Faire accréditer des conseillers en RS et DE externes par l’ARC;
  • Chasser les « exagérateurs professionnels ».