12 Avr 2011

« Il est impératif que les gens qui font face à des problèmes de dettes puissent bien saisir toutes les facettes de l’enjeu, de manière à prendre des décisions éclairées. »
Marc Bergeron, vice-président, redressement et insolvabilité


Montréal, le 12 avril 2011 – Réagissant au reportage de l’émission La Facture de Radio-Canada, diffusée le 5 avril dernier et mettant en lumière les problèmes de remboursement de dettes auxquels peuvent être confrontées certaines personnes, Raymond Chabot Grant Thornton reconnaît que ces situations sont inacceptables et tient à rappeler aux citoyens l’importance de prendre leurs responsabilités pour se sortir efficacement du gouffre financier.

« Nous déplorons la situation vécue par les deux personnes dans le reportage de Radio-Canada. Les gens qui traversent des situations financières difficiles doivent bénéficier de conseils judicieux afin d’être en mesure de s’acquitter de leurs obligations en toute connaissance de cause, sans compromettre définitivement leur qualité de vie », a indiqué le vice-président, redressement et insolvabilité, Marc Bergeron.

Aujourd’hui, les Canadiens s’endettent de plus en plus. Les cas de faillite sont importants. Au Québec, en 2010, 39 870 faillites et propositions ont été déposées, soit 28 % de celles déposées au pays. En 1966, par exemple, on dénombrait 4 677 faillites au Canada, selon le réseau juridique du Québec, alors qu’en 2010 leur nombre se chiffrait à 140 234 (incluant les propositions). Le taux d’endettement des ménages a progressé de façon importante, en 2009 : le rapport entre les dettes et le revenu disponible se chiffrait à 147 % au Canada, alors qu’il était de 100 % au début de l’année 2000, révélait récemment une analyse de Desjardins Études économiques.

La réalité de cette croissance de l’endettement des Québécois peut donner lieu à des débordements quant à l’expertise d’accompagnement des gens en état de vulnérabilité financière. « L’information véhiculée par un syndic doit être transparente et le client doit comprendre clairement, sans ambiguïté, tous les tenants et aboutissants de sa décision, car la faillite n’est pas la seule solution. Dans bien des cas, une réorganisation des finances personnelles, une consolidation des dettes, un dépôt volontaire ou une proposition de consommateur peuvent aider à éviter la faillite. Il faut savoir que le syndic est la seule personne qualifiée capable d’offrir l’ensemble des solutions qui permettent aux consommateurs d’éviter la faillite », a déclaré l’associé et syndic- professionnel agréé en insolvabilité et réorganisation, Éric Lebel.

Raymond Chabot Grant Thornton souhaite ainsi mettre en garde les citoyens contre la pratique de certains conseillers. « Faire face à des difficultés financières exige que la personne concernée reçoive un appui rigoureux, ce qui requiert de la part du professionnel une expertise et une maîtrise complète de la pratique de l’insolvabilité. Chacun peut réussir à se dégager d’une pression financière, dans la mesure où il dispose de tous les outils pour y parvenir. Le syndic-professionnel agréé en insolvabilité et réorganisation est là pour répondre aux préoccupations financières, avec rigueur et efficacité. Malheureusement, il arrive encore trop fréquemment que les gens ne communiquent avec le syndic qu’en dernier recours, alors qu’il devrait être le premier consulté », a conclu Marc Bergeron.

Enfin, des signes avant-coureurs d’un problème financier existent et la vigilance est de mise. En voici quelques-uns :

  • Empruntez-vous toujours de l’argent pour joindre les deux bouts?
  • Prenez-vous trop de temps pour payer vos factures?
  • Le nombre de vos créanciers augmente-t-il sans cesse?
  • Êtes-vous incapable de payer votre loyer le premier du mois?
  • Payez-vous trop de frais d’intérêt sans réduire le capital de vos dettes?
  • Utilisez-vous vos cartes de crédit par nécessité plutôt que par commodité?
  • Les créanciers vous harcèlent-ils pour être remboursés?
  • Des créanciers ont-ils menacé de saisir votre salaire?
  • Vous arrive-t-il de faire des chèques sans provision?
  • Devez-vous réduire vos dépenses d’épicerie ou d’autres dépenses essentielles pour effectuer vos paiements?
  • Vous arrive-t-il d’utiliser une carte de crédit pour effectuer un paiement minimum dû sur une autre carte de crédit?

Si vous avez répondu « oui » à une ou à plusieurs de ces questions, vous auriez tout avantage à consulter un syndic. Il vous aidera à trouver des solutions pour régler vos problèmes financiers.

À propos de Raymond Chabot Grant Thornton

Fondée en 1948, la société Raymond Chabot Grant Thornton figure aujourd’hui parmi les chefs de file dans les domaines de la certification, de la fiscalité, des services-conseils, du redressement d’entreprises et de l’insolvabilité. Cette force repose sur une équipe de plus de 2 000 personnes, dont plus de 225 associés, réparties dans plus de 90 bureaux au Québec, dans l’est de l’Ontario et au Nouveau-Brunswick. L’étendue de son réseau en fait le leader de son secteur d’activités. Soulignons également que, depuis plus de 30 ans, Raymond Chabot Grant Thornton est membre de Grant Thornton International Ltd., offrant à sa clientèle l’accès à l’expertise de cabinets membres et de cabinets représentants dans plus de 100 pays.

– 30 –

Renseignements :

Francis Letendre
Conseiller, relations publiques
Raymond Chabot Grant Thornton
Tél. : 514 390-4201
Cell.. : 514 554-1685
[email protected]
www.rcgt.com

Article suivant

30 Mar 2011

Montréal, le 30 mars 2011 – Raymond Chabot Grant Thornton a procédé ce soir, le 30 mars 2011, devant près de 200 invités, à l’inauguration officielle de ses nouveaux bureaux de Laval, agrandis et réaménagés. Cet événement soulignait la croissance de la firme sur la Rive-Nord et visait à remercier, du même coup, les clients et partenaires d’affaires de Raymond Chabot Grant Thornton pour leur confiance, moteur de cette croissance.

Dans le cadre de ces réjouissances, M. Marco Berretta, directeur associé du bureau de Laval, a souligné les récentes fusions qui ont contribué à l’expansion du bureau : « Depuis 2005, au moment où Raymond Chabot Grant Thornton soulignait l’arrivée dans ses nouveaux bureaux de Laval, nous avons plus que triplé la superficie occupée par nos bureaux. La croissance de notre cabinet est en grande partie due aux récentes fusions et acquisitions que nous avons réalisées : avec le bureau de Lachute, en 2006, Di Ioia, en 2009, Louis Lacasse, le 1er janvier 2010, Beaudry Charbonneau, en juillet dernier, et Pratte Bélanger, en janvier 2011. Je suis heureux de compter sur cettegrande équipe pour répondre aux besoins variés de notre clientèle grandissante. »

Pour sa part, le président et chef de la direction de Raymond Chabot Grant Thornton, M. Jean Robillard, qui participait également à l’événement, a tenu à remercier tous les clients et tous les partenaires qui contribuent à la réussite du cabinet dans la région de Laval. « Je suis très fier de l’expansion de la firme. L’agrandissement d’un environnement de travail témoigne d’une croissance et celle-ci est générée grâce à la confiance que nous témoignent nos clients et nos partenaires. Pour cela, je tiens à les remercier tout un chacun. Nous avons à coeur leurs intérêts et nous continuerons à répondre à leurs besoins avec rigueur et efficacité », a conclu Jean Robillard.

Les bureaux de Raymond Chabot Grant Thornton à Laval sont situés aux Tours Triomphe, 2500, boulevard Daniel-Johnson, bureau 300. La firme occupe maintenant deux étages des tours.

À propos de Raymond Chabot Grant Thornton

Fondée en 1948, la société Raymond Chabot Grant Thornton figure aujourd’hui parmi les chefs de file dans les domaines de la certification, de la fiscalité, des servicesconseils, du redressement d’entreprises et de l’insolvabilité. Cette force repose sur une équipe de plus de 2 000 personnes, dont plus de 225 associés, réparties dans plus de 90 bureaux au Québec, dans l’est de l’Ontario et au Nouveau-Brunswick. L’étendue de son réseau en fait le leader de son secteur d’activités. Soulignons également que, depuis plus de 30 ans, Raymond Chabot Grant Thornton est membre de Grant Thornton International Ltd, offrant à sa clientèle l’accès à l’expertise de cabinets membres et de cabinets représentants dans plus de 100 pays.

– 30 –

Renseignements :
Marie-Eve Carignan
Conseillère principale – communication
Raymond Chabot Grant Thornton
Téléphone : 514 878-2691, poste 2388
Courriel : [email protected]

Article suivant

23 Mar 2011

Félicitations à toute l’équipe de Raymond Chabot Grant Thornton dans les Cantons-de-l’Est pour s’être fait décerner le titre d’employeur coop de l’année par le Williams School of Business de l’Université Bishop. Le prix à été remis à Hélène Chrétien, associée en services de conseil (Sherbrooke) et Jean Martel, directeur principal en conseil ressources humaines (Sherbrooke) pour notre engagement auprès des étudiants et pour notre habileté à fournir un mentorat de qualité à ces derniers. Bravo à toutes les personnes de la région à l’origine de cette belle réussite!

C’est Mélissa Crook, stagiaire à notre bureau de Sherbrooke qui est retournée aux études, qui a présenté le prix d’employeur coop de l’année à notre associée Hélène Chrétien

Article suivant

22 Mar 2011

Montréal, le 22 mars 2011 – Raymond Chabot Grant Thornton tient à réitérer le souhait d’une équité fiscale dans le cadre de la transmission d’entreprises à des intérêts familiaux, tout en profitant de l’occasion pour transmettre aux contribuables son résumé des principales mesures fiscales contenues dans le présent budget. Les faits saillants fiscaux du budget fédéral 2011 peuvent être consultés à l’adresse suivante : Bulletins fiscaux.

Un appel à l’équité fiscale pour la transmission d’entreprises

À la suite du très récent dépôt du budget provincial, Raymond Chabot Grant Thornton a invité le gouvernement du Québec à procéder rapidement à des changements législatifs en vue de ne plus désavantager la transmission d’entreprises à des intérêts familiaux. « Aujourd’hui, nous lançons le même appel au ministre des Finances du Canada, M. James M. Flaherty. Nous comprenons que l’élaboration d’un budget exige des choix difficiles, mais dans le contexte où la relève entrepreneuriale représente un enjeu de taille pour le développement économique du Québec et du Canada, nous aurions souhaité des modifications immédiates », a indiqué Jean Robillard, président et chef de la direction.

Le rapport intitulé La transmission d’entreprises : problématique et pistes de solution, que nous avons transmis au ministre Flaherty le 2 décembre 2010, propose dix pistes de solution pour contrer le désavantage fiscal qui touche la transmission d’entreprises à des membres de la famille. « Plus particulièrement, ces pistes de solution visent à corriger le manque d’adéquation entre la réalité du monde des affaires et la fiscalité en vigueur en proposant des modifications aux lois fiscales, lesquelles favoriseraient les transmissions intergénérationnelles qui répondent à un critère de réalité économique », a précisé l’auteure principale du rapport, Suzanne Landry, associée universitaire chez Raymond Chabot Grant Thornton et professeure de fiscalité à HEC Montréal.

« L’un des éléments à privilégier pour stimuler l’entrepreneuriat est la modification de l’article 84.1 de la Loi de l’impôt sur le revenu du Canada, puisque, en ce moment, croyez-le ou non, il est généralement plus avantageux pour le propriétaire de vendre son entreprise à une tierce personne, ou même à des intérêts étrangers, plutôt que de la transférer à un membre de sa famille! », a indiqué l’associé fiscaliste Jean Gauthier.

Raymond Chabot Grant Thornton souhaite une fois de plus rappeler que, selon les dispositions législatives  actuelles, tant fédérale que provinciale, le gain en capital est considéré comme un dividende présumé lorsqu’un particulier dispose, pour une contrepartie monétaire, d’actions d’une société qui réside au Canada en faveur d’une autre société avec laquelle il a un lien de dépendance et que la société dont les actions ont été cédées est rattachée à l’acheteur après la transaction. Cela a notamment pour effet de faire perdre au vendeur le bénéfice de la déduction pour gain en capital.

« Dans un contexte où le taux entrepreneurial diminue depuis 20 ans partout au Canada, où seulement 3 000 entrepreneurs québécois chez les 30 à 44 ans seraient de nouveaux propriétaires d’entreprise d’ici 2018, soit dix fois moins qu’en Ontario, et où l’entrepreneuriat au Québec subirait un important recul de 13,9 % d’ici 2018, il faut agir de toute urgence! Nous espérons que les gouvernements s’entendront rapidement et procéderont à des changements législatifs, dans l’intérêt de notre compétitivité économique, de la pérennité de nos entreprises et d’une relève entrepreneuriale équitable au plan fiscal », a conclu Jean Robillard.

À propos de Raymond Chabot Grant Thornton

Fondée en 1948, la société Raymond Chabot Grant Thornton figure aujourd’hui parmi les chefs de file dans les domaines de la certification, de la fiscalité, des services-conseils, du redressement d’entreprises et de l’insolvabilité. Cette force repose sur une équipe de plus de 2 000 personnes, dont plus de 225 associés, réparties dans plus de 90 bureaux au Québec, dans l’est de l’Ontario et au Nouveau-Brunswick. L’étendue de son réseau en fait le leader de son secteur d’activités. Soulignons également que, depuis plus de 30 ans, Raymond Chabot Grant Thornton est membre de Grant Thornton International Ltd., offrant à sa clientèle l’accès à l’expertise de cabinets membres et de cabinets représentants dans plus de 100 pays.

– 30 –

Renseignements :

Francis Letendre
Conseiller, relations publiques
Raymond Chabot Grant Thornton
T. 514 878-2691, poste 2398
C. 514 554-1685
[email protected]
www.rcgt.com