03 Fév 2011

Raymond Chabot Grant Thornton invite les gouvernements à modifier une disposition fiscale pour favoriser la pérennité des entreprises d’ici.

« Actuellement, il est plus avantageux de vendre son entreprise à des étrangers qu’à des membres de sa famille. Des changements s’imposent. » – Jean Robillard, président et chef de la direction

Montréal, le 3 février 2011 – Profitant du contexte des consultations prébudgétaires des gouvernements du Canada et du Québec et de la consultation visant à l’élaboration de la Stratégie québécoise de l’entrepreneuriat, Raymond Chabot Grant Thornton rend public un rapport intitulé La transmission d’entreprises : problématique et pistes de solution. Ce rapport, dont les ministres des Finances du Québec et du Canada avaient récemment obtenu copie, soulève une problématique fiscale liée au transfert d’entreprises et propose des pistes de solution novatrices qui permettraient de favoriser la relève familiale.

La relève entrepreneuriale : une condition à notre succès économique

« S’il y a une condition sine qua non à la réussite économique du Québec et du Canada, c’est bien la compétitivité de nos entreprises. Pour la soutenir et l’encourager, il est impératif d’assurer une relève entrepreneuriale performante, laquelle est malheureusement compromise par des dispositions fiscales qui désavantagent le transfert d’entreprises vers des intérêts familiaux », a indiqué le président et chef de la direction, Jean Robillard.

Lire le communiqué complet

Sommaire exécutif – Transmission entreprises (PDF)

Rapport complet – Transmission entreprises (PDF)

Lettre ouverte publiée par des quotidiens