03 Fév 2011

Raymond Chabot Grant Thornton invite les gouvernements à modifier une disposition fiscale pour favoriser la pérennité des entreprises d’ici.

« Actuellement, il est plus avantageux de vendre son entreprise à des étrangers qu’à des membres de sa famille. Des changements s’imposent. » – Jean Robillard, président et chef de la direction

Montréal, le 3 février 2011 – Profitant du contexte des consultations prébudgétaires des gouvernements du Canada et du Québec et de la consultation visant à l’élaboration de la Stratégie québécoise de l’entrepreneuriat, Raymond Chabot Grant Thornton rend public un rapport intitulé La transmission d’entreprises : problématique et pistes de solution. Ce rapport, dont les ministres des Finances du Québec et du Canada avaient récemment obtenu copie, soulève une problématique fiscale liée au transfert d’entreprises et propose des pistes de solution novatrices qui permettraient de favoriser la relève familiale.

La relève entrepreneuriale : une condition à notre succès économique

« S’il y a une condition sine qua non à la réussite économique du Québec et du Canada, c’est bien la compétitivité de nos entreprises. Pour la soutenir et l’encourager, il est impératif d’assurer une relève entrepreneuriale performante, laquelle est malheureusement compromise par des dispositions fiscales qui désavantagent le transfert d’entreprises vers des intérêts familiaux », a indiqué le président et chef de la direction, Jean Robillard.

Lire le communiqué complet

Sommaire exécutif – Transmission entreprises (PDF)

Rapport complet – Transmission entreprises (PDF)

Lettre ouverte publiée par des quotidiens

Article suivant

12 Jan 2011

Raymond Chabot Grant Thornton est fière d’être l’un des trois présentateurs de l’événement Arnold Schwarzenegger de la Chambre de commerce qui aura lieu le 27 janvier prochain. La conférence de l’ex-gouverneur de la Californie aux membres de la communauté d’affaires montréalaise aura comme sujet : « L’innovation et les technologies vertes sauveront-elles l’économie mondiale? ».

Pour plus de détails sur le contenu de la conférence, consultez le site de la Chambre de commerce du métropolitain.

Article suivant

13 Déc 2010

Jean-François Thuot, associé fiscaliste, Raymond Chabot Grant Thornton

À l’aube de la saison des impôts qui s’amorce, les contribuables et les gens d’affaires peuvent bénéficier de certaines mesures pour réduire leurs impôts. Aujourd’hui, je vous propose deux trucs qui se révèlent utiles pour faire des économies d’impôts, lesquels ont d’ailleurs été abordés récemment dans un article d’affaires.

Payer ses dettes à intérêts non déductibles

Un premier truc, c’est de payer ses dettes à intérêts non déductibles. Cette mesure vise à réduire le coût des intérêts sur des biens personnels tels qu’une voiture ou une maison. En fait, il s’agit d’organiser ses affaires de façon à emprunter pour ses investissements, dont les intérêts sont déductibles, et à payer les dettes sur lesquels les intérêts ne sont pas déductibles. C’est ce que l’on appelle la mise à part de l’argent. Le Planiguide fiscal 2010-2011 de Raymond Chabot Grant Thornton – disponible gratuitement à partir du site Web en fait d’ailleurs état.

À ce sujet, le document précise que « les intérêts sont déductibles s’ils sont engagés pour gagner un revenu d’entreprise. Un contribuable peut également choisir d’ajouter les intérêts payés au coût du bien au lieu de réclamer la dépense lorsqu’il emprunte de l’argent pour acquérir un bien amortissable utilisé dans son entreprise». Pour consulter cette section du document, voir la page 126.

Reporter l’impôt à long terme

De nos jours, il existe différents régimes d’épargnes enregistrés qui permettent de reporter l’impôt. Mon deuxième truc est donc de réussir à reporter l’impôt à long terme. Parmi les régimes actuels, il y a le compte d’épargne libre d’impôt (CELI) qui est intéressant. Bien que les contributions annuelles, jusqu’à un maximum de 5000 $, peuvent se faire en tout temps durant l’année et sont cumulatives, il est important d’y contribuer lorsque l’on en détient un. Chose certaine, si on n’y contribue pas et qu’on détient de l’épargne hors du régime enregistré d’épargne-retraite (REER), on est pénalisé. Pour en savoir davantage sur ces régimes, consulter le Planiguide fiscal 2010-2011, à la page 173.

Bon temps des Fêtes et bonne saison des impôts à tous!

Article suivant

03 Déc 2010

C’est aujourd’hui (3 décembre) qu’ont été rendus publics les résultats de l’évaluation uniforme (EFU) des comptables agréés 2010, la norme d’entrée à la profession de CA au Canada. Il s’agit d’une année remarquable pour Raymond Chabot Grant Thornton et ses candidats puisque le taux de succès global moyen des candidats de l’ensemble de notre cabinet est l’un des meilleurs jamais atteint dans notre histoire!

En plus, pour couronner le tout, deux de nos candidates se retrouvent au tableau d’honneur de l’Institut canadien des comptables agréés, à savoir Stéphanie Donahue (bureau de Sherbrooke) ainsi que Valérie Hébert (bureau de Rouyn-Noranda).

83 fois bravo!

Afin de souligner la réussite et la détermination exemplaire de nos 83 candidates et candidats qui ont réussi cette rigoureuse évaluation professionnelle, nous allons faire paraître une publicité dans le journal Les Affaires (édition du 11 décembre).

Pour visualiser la publicité