11 Déc 2013

Montréal, le 11 décembre 2013 – Pour une trentième année, Raymond Chabot Grant Thornton est heureuse d’offrir gratuitement aux particuliers son Planiguide fiscal 2013-2014, un outil d’accompagnement novateur pour la planification fiscale et les déclarations d’impôts.

« Cet outil unique et flexible facilite la quête d’information, dans un format pratique et adapté à différentes plateformes. Nous sommes fiers de pouvoir fournir aux particuliers une information à la fine pointe de l’actualité fiscale qui leur permet d’éviter toute mauvaise surprise. Nous avons à cœur de faire en sorte que les gens et les organisations d’ici puissent réaliser leur plein potentiel. C’est pourquoi nous cherchons constamment à leur offrir les moyens de leurs ambitions », a indiqué l’associé et directeur national de la fiscalité, M. Jean Gauthier.

Une application mobile pour iPhone, iPad et iPod touch est disponible pour le Planiguide fiscal. De plus, une calculatrice fiscale qui permet au consommateur de se faire une idée de son taux d’imposition en fonction de son profil financier est offerte par le biais de l’application mobile Apple. Le site Web (www.planiguide.ca) a aussi été optimisé pour faciliter la navigation à partir des plateformes Androïd, Apple et BlackBerry.

Par ailleurs, la fonction de la géolocalisation permet aux utilisateurs de consulter plus rapidement les mesures fiscales adaptées à leur province de résidence, autant en français qu’en anglais. La calculatrice fiscale a aussi été bonifiée, l’an dernier, pour être utilisée avec les tables d’impôt de l’Ontario et du Nouveau-Brunswick.

À partir de la page Web du Planiguide fiscal (www.planiguide.ca), les particuliers peuvent ainsi télécharger gratuitement l’application mobile grâce au lien vers l’Apple Store, obtenir la version PDF du document et consulter d’autres renseignements fiscaux d’intérêt.

 À propos de Raymond Chabot Grant Thornton

Fondée en 1948, Raymond Chabot Grant Thornton figure aujourd’hui parmi les chefs de file dans les domaines de la certification, de la fiscalité, des services-conseils, du redressement d’entreprises et de l’insolvabilité. Cette force repose sur une équipe de plus de 2 400 personnes, dont quelque 230 associés, réparties dans plus de 100 bureaux au Québec, dans l’est de l’Ontario et au Nouveau-Brunswick. Soulignons également que, depuis plus de 30 ans, Raymond Chabot Grant Thornton est membre de Grant Thornton International Ltd, offrant à sa clientèle l’accès à l’expertise de cabinets membres et de cabinets représentants dans plus de 100 pays.

-30-

Source :

Francis Letendre
Conseiller principal – Relations publiques
Raymond Chabot Grant Thornton
Tél. : 514 390-4201
letendre.francis@rcgt.com
www.rcgt.com

Article suivant

10 Déc 2013

Montréal, le 10 décembre 2013 – Le degré d’optimisme dans l’industrie mondiale agroalimentaire est élevé selon les résultats d’un nouveau rapport publié par Grant Thornton International Ltd. Cette étude mondiale avec une perspective canadienne a été dévoilée ce matin par Raymond Chabot Grant Thornton, lors d’une conférence organisée en collaboration avec le Conseil de la transformation agroalimentaire et des produits de consommation.

Le nouveau rapport, intitulé Une soif de croissance : Regard sur l’avenir de l’industrie agroalimentaire, indique que le contexte d’amélioration des perspectives économiques à l’échelle planétaire crée un climat favorable pour l’industrie mondiale agroalimentaire. Avec cet optimisme retrouvé chez les transformateurs du secteur, 90 % d’entre eux s’attendent à voir leurs revenus augmenter à court terme. La grande majorité s’attend également à une augmentation des profits et 25 % s’attendent même à une croissance à deux chiffres pour les ventes de leurs produits.

« Les entreprises du secteur agroalimentaire sont tout feu tout flamme. Après quelques années difficiles, les chefs d’entreprise s’attendent à une période de croissance, de même qu’à des investissements accrus. La priorité en matière d’investissements est accordée aux gains en efficacité afin de s’assurer que la rentabilité ira de pair avec la croissance et le développement de nouveaux produits, pour ainsi répondre à l’évolution des tendances et des goûts ici au Québec, au  Canada et, de plus en plus, sur de nouveaux marchés. De plus, la réalisation éventuelle d’un accord de libre-échange avec l’Union européenne permet d’envisager de nouvelles voies pour l’exportation, tout en entraînant certains défis pour les fabricants québécois qui doivent s’y préparer » a déclaré Guy Barthell, associé au sein du Groupe-conseil stratégie et performance et spécialiste en agroalimentaire chez Raymond Chabot Grant Thornton.

En raison de la proximité géographique et économique des États-Unis, et parce que l’industrie agroalimentaire américaine commence à se remettre des difficultés qu’elle a connues, les possibilités abondent également de ce côté pour les transformateurs canadiens. « Les goûts des consommateurs et les tendances ici au Canada sont assez comparables à ceux des États-Unis, ce qui donne aux fabricants canadiens d’aliments et de boissons une occasion unique de tirer parti de la reprise du marché de consommation américain » a expliqué Jim Menzies, responsable de l’industrie des aliments et des boissons chez Grant Thornton International et associé au cabinet canadien de Grant Thornton LLP.

Prévisions en matière d’investissements

« Optimisme croissant » rime avec essor des investissements. Dans l’ensemble, 64 % des entreprises canadiennes s’attendent à ce que les investissements dans les usines et les installations augmentent au cours des 12 prochains mois. Par ailleurs, 83 % des transformateurs mondiaux s’attendent à ce que les investissements dans les équipements soient à la hausse l’an prochain, une proportion qui est légèrement plus élevée au Canada avec 90 %. De plus, 84 % des transformateurs canadiens ont également l’intention d’accroître leurs investissements dans le développement de produits.

Principaux moteurs de croissance dans l’industrie agroalimentaire canadienne

En tête de liste, l’accès à une main-d’œuvre qualifiée a été mentionné par 75 % des participants canadiens comme un moteur clé de la croissance de l’industrie. Les nouvelles technologies (64 %), la qualité des fournisseurs (52 %), les exportations (50 %) ainsi que de nouveaux équipements (39 %) constituent les quatre autres réponses les plus citées.

Obstacles à la croissance

Lorsqu’on leur a demandé de classer les principaux obstacles à la croissance, les entreprises canadiennes ont nommé le pouvoir des détaillants (60 %), la difficulté à trouver des travailleurs qualifiés (42 %) et la réglementation gouvernementale (40 %) comme les trois principales contraintes.

Le pouvoir des détaillants, plus souvent cité qu’ailleurs dans le monde (53 %) et aux États-Unis (47 %), est possiblement le reflet de l’environnement de la vente au détail, particulièrement concentrée au Québec et au Canada. Les entreprises canadiennes étaient également plus susceptibles que celles des États-Unis d’indiquer que la recherche de travailleurs qualifiés représentait un obstacle à la croissance.

Tendances en matière d’aliments et de boissons

Les entreprises canadiennes sont plus susceptibles de chercher de nouveaux canaux de distribution (60 %) que les entreprises américaines (44 %) et que la moyenne mondiale de 57 % et misent légèrement moins sur la création de nouveaux produits que les autres marchés. Partout dans le monde, la plupart des fabricants indiquent qu’ils sont à la recherche d’innovations en matière d’emballage (près de six entreprises sur dix).

Les tendances comme les aliments biologiques semblent plaire davantage aux fabricants au sud de la frontière : 54 % des participants américains avancent que cela aura une incidence positive, comparativement à 39 % au Canada. D’autre part, les fabricants américains (37 %) sont plus susceptibles de voir les incidences négatives de la tendance vers des aliments et des boissons plus sains et nutritifs qu’au Canada, où 69 % des participants estiment que l’incidence sera positive. Cela pourrait être le reflet de l’opinion des consommateurs canadiens soucieux de leur santé concernant l’ensemble des produits plus sains disponibles.

En ce qui a trait aux aliments et aux boissons exotiques, la mixité sociale au Canada semble créer de bonnes occasions pour le développement de ce marché. Au Canada, 53 % des participants disent que la tendance en matière de produits exotiques aura une incidence positive, contre 36 % des répondants aux États-Unis.

Les participants canadiens sont également plus susceptibles de s’attendre à des incidences positives des tendances en matière d’aliments et de boissons haut de gamme et de luxe (69 %) que les participants à l’étranger (60 %), tandis que les entreprises américaines semblent voir plus de positif dans les marques privées (50 %) que les entreprises canadiennes (31 %) et celles ailleurs dans le monde (36 %).

Incidence du gouvernement

Le rapport indique que l’industrie est sensible à l’incidence des mesures gouvernementales. Un grand nombre d’entreprises au Canada (45 %) et aux États-Unis (43 %) prévoient que la réglementation sur l’étiquetage des aliments aura une incidence négative sur leur organisation – un taux plus élevé que la moyenne mondiale, qui se situe à 38 %.

Par ailleurs, les entreprises américaines considèrent davantage (46 %) que les entreprises canadiennes (37 %) que la réglementation gouvernementale sur la traçabilité des aliments aura une incidence négative sur leurs activités. Deux fois plus d’entreprises canadiennes (31 %) que d’entreprises américaines (14 %) disent que les recommandations nutritionnelles auront une incidence positive sur leur organisation.

Les participants américains (75 %) sont deux fois plus susceptibles que les participants canadiens (33 %) de s’attendre à ce que la réglementation fiscale ait une incidence négative, alors que les entreprises canadiennes signalent davantage les incidences positives des crédits d’impôt pour la recherche et le développement (33 %) que celles des États-Unis (23 %).

Marketing

Les fabricants agroalimentaires sont plus susceptibles de se tourner vers les plateformes des médias sociaux, comme Facebook (49 %) et leur propre site Web (78 %), que vers les médias traditionnels, comme l’imprimé (46 %), pour leur diffusion publicitaire. Ce pourcentage est encore plus élevé au Canada, avec 84 % des entreprises qui annoncent sur leur site Web. Cependant, la publicité imprimée (48 %) l’emporte toujours sur les médias sociaux (42 %) au Canada. Les entreprises américaines sont beaucoup plus susceptibles d’utiliser Twitter (29 %) que les entreprises canadiennes (8 %).

« Si j’avais un conseil à donner aux fabricants agroalimentaires québécois, compte tenu des perspectives positives, ce serait : prévoyez de quelle façon vous allez en profiter. Apprenez à tirer profit des tendances de consommation et mettez l’accent sur ​l’innovation à la fois dans les produits et dans la productivité. L’innovation vous ouvrira la porte sur un monde de possibilités, en particulier dans un marché dont la croissance semble assurée et qui ouvre de nouvelles voies à l’exportation » a conclu Guy Barthell.

L’étude Une soif de croissance : Regard sur l’avenir de l’industrie agroalimentaire examine les données mondiales liées au domaine agroalimentaire – la situation financière, les tendances et les contraintes – et présente également les perspectives de spécialistes de partout dans le monde sur ces questions.

 À propos de Raymond Chabot Grant Thornton : Fondée en 1948, Raymond Chabot Grant Thornton figure aujourd’hui parmi les chefs de file dans les domaines de la certification, de la fiscalité, des services-conseils, du redressement d’entreprises et de l’insolvabilité. Cette force repose sur une équipe de plus de 2 400 personnes, dont quelque 230 associés, réparties dans plus de 100 bureaux au Québec, dans l’est de l’Ontario et au Nouveau-Brunswick. Soulignons également que, depuis plus de 30 ans, Raymond Chabot Grant Thornton est membre de Grant Thornton International Ltd, offrant à sa clientèle l’accès à l’expertise de cabinets membres et de cabinets représentants dans plus de 100 pays.

 – 30 –

 

Source — Renseignements :

Marie-Eve Carignan
Directrice – communications
Raymond Chabot Grant Thornton
Tél. : 514  954-4611
carignan.marie-eve@rcgt.com

 

Article suivant

09 Déc 2013

Grande guignolée des médiasLe jeudi 5 décembre a marqué la journée officielle de la grande guignolée des médias. Raymond Chabot Grant Thornton est pour la quatrième année consécutive fière partenaire de ce bel évènement en offrant une assistance comptable dans la compilation des dons à Montréal, en plus de collecter des denrées et des dons en argent dans ses bureaux et aux points de collecte du Square-Victoria et du Métro Square-Victoria.

Vous avez été nombreux à répondre à l’appel, encore une fois cette année, en donnant généreusement des denrées alimentaires non périssables tout au long de la semaine du 2 décembre. Plus de 30 boîtes ont été récoltées aux bureaux de Montréal et garniront ainsi les paniers de Noël des familles dans le besoin.

Nous voulons d’ailleurs remercier nos joyeux bénévoles qui ont bravé la pluie et la grisaille pour aller récolter des dons tout au long de la journée du 5 décembre :

Karine Attenborough Laurent Fournier
Pierre-Luc Beauregard Marie-Ève Germain
Annie Bégin Kim Guiraud
Julie Bourdeau Mélanie Lafontaine
Ryan Catherine Breithaupt Sophie Minotto
Lise Brunette Angelo Palmigiani
Martin Caron Isabelle Paré
Christiane Charron Guy Provost
Alexandra Clermont Hélène Robitaille
Marie-Pier Domingue Mark Santin
Thomas Dufour Nancy Wolfe

Équipe RCGT - Grande guignolée

Nous vous remercions encore une fois de votre grande générosité et vous disons à l’année prochaine!

Les organisateurs de la grande guignolée des médias 2013,

Martin Lemay & Olivier Chauveau

Article suivant

06 Déc 2013

Toutes les entreprises, peu importe leur taille, peuvent tirer profit d’une planification stratégique. Cet exercice n’est donc pas réservé aux grandes entreprises.

C’est ce qu’ont expliqué Mme Nancy Jalbert, associée chez Raymond Chabot Grant Thornton,  et Mme Annie Lessard, directrice,  à l’occasion d’un déjeuner-causerie organisé par la Chambre de commerce et d’industrie de Beauce-Sud.

Voyez l’article qui est paru au sujet de ce déjeuner-causerie dans le Beauce-Media.