08 Déc 2011

« UN EXEMPLE DE PERSÉVÉRANCE, DE DISCIPLINE ET D’ACCOMPLISSEMENT »

Québec, le 6 décembre 2011 – Raymond Chabot Grant Thornton, un cabinet exerçant ses activités dans les domaines de la certification, de la fiscalité et de la consultation, est fier de souligner l’exploit réalisé par Véronique Denys, directrice en fiscalité au bureau de Québec, première Québécoise à atteindre les sept sommets.

En arrivant au sommet du massif Vinson (4 892 mètres) en Antarctique le 26 novembre dernier, Véronique Denys est devenue la première Québécoise à gravir le plus haut sommet de chacun des sept continents, un défi international qui représente le but ultime des plus grands alpinistes.

« Je tiens à remercier tous ceux qui m’ont permis de réaliser ma passion, de m’accomplir et de me dépasser comme individu. Grâce à la contribution et à l’encouragement de chacun d’entre vous, j’étais prête à faire face à tous les défis, à réaliser mon rêve », a déclaré avec émotion Véronique Denys.

Véritable source d’inspiration

C’est sous les applaudissements chaleureux de ses collègues du bureau de Québec que Véronique a été accueillie ce matin à son retour au travail. Tous ont tenu à la féliciter et à lui souligner leur fierté.

« Véronique Denys mérite toute notre admiration pour ce tour de force et nous sommes fiers de pouvoir compter sur cette femme d’exception. Sa détermination hors du commun représente sans contredit, pour l’ensemble des associés et employés de notre cabinet, une source d’inspiration pour sa détermination, sa rigueur et sa persévérance», a affirmé Jean Robillard, président et chef de la direction.

Rappelons qu’en mai dernier Véronique Denys a conquis la plus haute montagne du monde, l’Everest (8 848 mètres, en Asie), et qu’elle était seulement la troisième Québécoise à le faire. Depuis, elle a également vaincu la pyramide de Carstenz (4 884 mètres, en Océanie). Elle avait auparavant escaladé le Kilimandjaro en 2004 (5 892 mètres, en Afrique), l’Elbrouz en 2006 (5 642 mètres, en Europe), l’Aconcagua en 2008 (6 962 mètres, en Amérique du Sud), ainsi que le mont McKinley en 2009 (6 194 mètres, en Amérique du Nord).

« Véronique a de quoi être fière, non seulement de ses grandes réalisations, mais aussi parce qu’elle a su démontrer, au sein du réseau Raymond Chabot Grant Thornton et pour le Québec tout entier, l’importance de croire en soi et d’avoir la détermination d’aller jusqu’au bout de ses rêves et de ses passions », a ajouté Pierre Lapointe, vice-président régional.

À propos de Raymond Chabot Grant Thornton

Fondé en 1948, Raymond Chabot Grant Thornton figure aujourd’hui parmi les chefs de file dans les domaines de la certification, de la fiscalité, des services-conseils, du redressement d’entreprises et de l’insolvabilité. Cette force repose sur une équipe de plus de 2 000 personnes, dont plus de 220 associés, réparties dans plus de 90 bureaux au Québec, dans l’est de l’Ontario et au Nouveau-Brunswick. Depuis plus de 30 ans, Raymond Chabot Grant Thornton est membre de Grant Thornton International Ltd, offrant à sa clientèle l’accès à l’expertise de cabinets membres et de cabinets représentants dans plus de 100 pays.

– 30 –

Source : Madame Carole-Anne Dugré
Directrice régionale des communications et du développement des affaires
Raymond Chabot Grant Thornton
Téléphone : 418 647-6635 Cellulaire : 418 955-3792
Courriel : [email protected]

Article suivant

01 Déc 2011

Montréal, le 1er décembre 2011 – Dans le contexte des consultations prébudgétaires, Raymond Chabot Grant Thornton tient à rappeler au ministre des Finances du Canada, l’honorable James M. Flaherty, l’importance d’agir immédiatement en faveur de l’équité fiscale en matière de transmission d’entreprises intergénérationnelle.

« Dans le contexte où l’entrepreneuriat diminue au pays et où nous devons constamment chercher à inciter la relève à prendre les rênes d’une entreprise, aucun propriétaire d’entreprise ne doit être désavantagé fiscalement lorsqu’il vend son entreprise. Il n’est donc pas étonnant que nous réitérons aujourd’hui nos demandes pour des changements législatifs », a affirmé le président et chef de la direction de la firme, M. Jean Robillard.

Cet appel au changement trouve également écho auprès du cabinet canadien Grant Thornton LLP. « Nous nous réjouissons que Raymond Chabot Grant Thornton assume un leadership dans ce dossier stratégique. Pour nous, il est clair également que la politique fiscale canadienne devrait favoriser davantage l’essor de l’entrepreneuriat familial au Canada », a ajouté l’associé directeur et président-directeur général, Phil Noble.

« Rappelons que le propriétaire qui vend les actions de son entreprise à une tierce personne, ou même à des intérêts étrangers, plutôt qu’à une société détenue par un membre de sa famille, est toujours plus avantagé fiscalement, car il bénéficie d’une déduction pour gains en capital allant jusqu’à 750 000 $, ce qui n’est certes pas négligeable, considérant d’ailleurs que le produit d’une vente d’entreprise est souvent le bas de laine pour la retraite », a souligné l’associé fiscaliste, Jean Gauthier.

Pour contrer ce désavantage, Raymond Chabot Grant Thornton a transmis aux ministres des Finances du Canada et du Québec, le 2 décembre 2010, le rapport intitulé La transmission d’entreprises : problématique et pistes de solution (www.rcgt.com/transmission-entreprises), qui propose d’ailleurs dix pistes de solution.

Des pistes de solution facilement applicables…

« En effet, le mérite du rapport de Raymond Chabot Grant Thornton est qu’il identifie non seulement les sources de ce problème, mais il suggère des pistes de solution pertinentes pour contrer cette iniquité. Ces pistes de solution visent à corriger le manque d’adéquation entre la réalité du monde des affaires et la fiscalité en vigueur, lesquelles favoriseraient les transmissions intergénérationnelles qui répondent à un critère de réalité économique », a précisé l’auteure principale du rapport, Suzanne Landry, associée universitaire chez Raymond Chabot Grant Thornton et professeure de fiscalité à HEC Montréal.

…et des résultats qui se font attendre

Même après avoir demandé des ajustements législatifs en ce sens lors des récents dépôts des budgets du Canada et du Québec et avoir présenté les pistes de solution aux représentants des ministères des Finances du Québec et du Canada lors de rencontres récentes cet automne, Raymond Chabot Grant Thornton n’a toujours pas été informée si ce problème était en voie de résolution. « Afin d’assurer la pérennité des entreprises d’ici en y encourageant la relève familiale pour contribuer à l’essor de notre économie, les modifications réclamées ne sont pas un choix, mais une nécessité », a conclu Jean Robillard.

À propos de Raymond Chabot Grant Thornton

Fondée en 1948, la société Raymond Chabot Grant Thornton figure aujourd’hui parmi les chefs de file dans les domaines de la certification, de la fiscalité, des services-conseils, du redressement d’entreprises et de l’insolvabilité. Cette force repose sur une équipe de plus de 2 000 personnes, dont plus de 225 associés, réparties dans plus de 90 bureaux au Québec, dans l’est de l’Ontario et au Nouveau-Brunswick. L’étendue de son réseau en fait le leader de son secteur d’activités. Soulignons également que, depuis plus de 30 ans, Raymond Chabot Grant Thornton est membre de Grant Thornton International Ltd, offrant à sa clientèle l’accès à l’expertise de cabinets membres et de cabinets représentants dans plus de 100 pays.

– 30 –

Renseignements :

Francis Letendre
Conseiller, relations publiques
Raymond Chabot Grant Thornton
T. 514 390-4201
C. 514 554-1685
[email protected]
www.rcgt.com

Article suivant

25 Nov 2011

La mobilité est un domaine qui a connu une effervescence spectaculaire au cours des 5 dernières années. Ce dynamisme est associé à l’univers de possibilités qui s’est ouvert avec les téléphones intelligents, particulièrement depuis l’émergence des écrans tactiles à technologie capacitive et du modèle d’affaires basé sur les applications mobiles.

Une autre dimension s’est ouverte avec l’apparition des tablettes numériques, qui commencent à s’implanter en tant que plateforme ludique, culturelle et sociale. Dans les cas des téléphones intelligents comme dans celui des tablettes, un foisonnement d’applications fait le bonheur d’un nombre toujours croissant d’utilisateurs. Cependant, différencier et faire connaître une application demeure un défi constant pour les éditeurs et développeurs. Ce défi s’ajoute au changement rapide du paysage concurrentiel, notamment en matière de plateformes de développement.

Pour les entreprises de l’écosystème mobile, il importe donc d’effectuer une bonne lecture des tendances pour bien tirer son épingle du jeu. Au-delà de cette lecture des tendances, une réelle prospérité attend celles qui sauront identifier leurs avantages concurrentiels, définir leurs priorités et bien s’organiser pour miser sur les tendances gagnantes.

Article suivant

18 Nov 2011

Montréal, le 18 novembre 2011 – Profitant du passage du ministre du Développement économique, de l’Innovation et de l’Exportation, M. Sam Hamad, à la tribune de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain pour parler d’entrepreneuriat, Raymond Chabot Grant Thornton tient à saluer les mesures gouvernementales annoncées en vue de développer une véritable culture québécoise de l’entrepreneuriat.

« La Stratégie québécoise de l’entrepreneuriat dévoilée, entre autres, par le premier ministre du Québec, M. Jean Charest, est assurément une bonne nouvelle pour encourager la relève entrepreneuriale, un enjeu clé de notre compétitivité », a indiqué le président et chef de la direction, M. Jean Robillard.

L’enjeu de la relève étant d’une importance cruciale pour la prospérité de tout le Québec, la firme a d’ailleurs développé une pratique nommée Relève et continuité d’entreprise, qui regroupe plusieurs spécialistes du réseau. « Pour une transmission d’entreprise réussie, il est impératif de prendre en considération l’ensemble des enjeux, tant fiscaux que stratégiques, humains, légaux et financiers. C’est pourquoi notre pratique regroupe des experts en ressources humaines, management, financement, comptabilité et fiscalité », a rappelé l’associé en conseil stratégie et performance, Éric Dufour, tout en affirmant « que la stratégie du gouvernement visant à outiller les chefs d’entreprise sur les meilleures pratiques d’affaires susceptibles d’augmenter le potentiel de rentabilité future de leur entreprise et la mesure Investissement–compétences constituent des moyens intéressants en matière de transfert ».

Malgré ces annonces, Raymond Chabot Grant Thornton croit que pour réussir réellement l’entrepreneuriat au Québec et au Canada, il doit y avoir équité fiscale au chapitre de la transmission d’entreprises. Dans sa Stratégie, le gouvernement du Québec souligne l’idée de procéder à un examen de la fiscalité en matière de transfert familial des entreprises, en coordination avec le gouvernement du Canada. « Nous continuerons à mener les représentations en ce sens, car, rappelons-le, un propriétaire qui vend les actions de son entreprise à une tierce personne, ou même à des intérêts étrangers, plutôt qu’à une société détenue par un membre de sa famille, est toujours plus avantagé fiscalement, notamment en raison du fait qu’il peut bénéficier d’une déduction pour gains en capital pouvant atteindre 750 000 $ », a conclu Jean Gauthier, associé en fiscalité.

À propos de Raymond Chabot Grant Thornton

Fondée en 1948, la société Raymond Chabot Grant Thornton figure aujourd’hui parmi les chefs de file dans les domaines de la certification, de la fiscalité, des services-conseils, du redressement d’entreprises et de l’insolvabilité. Cette force repose sur une équipe de plus de 2 000 personnes, dont plus de 225 associés, réparties dans plus de 90 bureaux au Québec, dans l’est de l’Ontario et au Nouveau-Brunswick. Soulignons également que, depuis plus de 30 ans, Raymond Chabot Grant Thornton est membre de Grant Thornton International Ltd, offrant à sa clientèle l’accès à l’expertise de cabinets membres et de cabinets représentants dans plus de 100 pays.

– 30 –

Renseignements :

Francis Letendre
Conseiller, relations publiques
Raymond Chabot Grant Thornton
T. 514 390-4201
C. 514 554-1685
[email protected]
www.rcgt.com