11 Avr 2019

Nancy Jalbert, associée en conseil en management et responsable du 4.0 chez Raymond Chabot Grant Thornton, fait partie du groupe d’experts qui s’est envolé vers l’Allemagne pour la Foire de Hanovre (Hannover Messe), afin de découvrir ce qui se fait de mieux au point de vue technologique dans le secteur manufacturier.

Les entreprises manufacturières à travers le monde constatent l’impact croissant des transformations technologiques sur les processus de fabrication, l’expérience client et la gestion des ressources humaines. Ce mouvement de transformation à l’échelle mondiale, décrit comme la 4e révolution industrielle, force les entreprises à innover pour maintenir leur niveau de compétitivité et satisfaire aux exigences grandissantes du marché actuel.

C’est dans ce contexte que le ministre de l’Économie et de l’Innovation, M. Pierre Fitzgibbon, a dirigé l’organisation d’une mission permettant à plus de 130 participants en provenance de dix régions du Québec d’approfondir leurs connaissances sur les plus récentes tendances de l’univers du 4.0.

En partenariat avec la Chambre de commerce et d’industrie Nouvelle-Beauce pour la région de Chaudière-Appalaches, la mission a offert la chance à une délégation de spécialistes et d’entrepreneurs du Québec d’assister à la Foire de Hanovre, le plus grand salon de la technologie industrielle au monde, qui accueille plus de 5 000 exposants hautement spécialisés, entre autres dans les domaines de la robotique, de l’intelligence artificielle, de la réalité virtuelle, de l’entretien prédictif et des solutions interconnectées. Ce rassemblement est le lieu de prédilection pour découvrir en avant-première mondiale les plus récentes innovations industrielles.

La croissance économique passe par la transformation numérique

« La Foire de Hanovre est un salon impressionnant et la qualité des exposants qui s’y retrouvent surpasse toute attente. Il s’agit d’une véritable mine d’or d’information, mentionne Nancy Jalbert. Les exposants proposent aux visiteurs une toute nouvelle façon de voir et de comprendre les avancements technologiques. Ils repoussent les limites du possible et démontrent de façon concrète jusqu’où les entreprises manufacturières sont en mesure d’aller aujourd’hui pour optimiser leurs produits et services. »

Il est primordial pour les organisations d’emboiter le pas rapidement. En effet, on dit que 85 % des Européens ont opté pour le virage numérique au sein de leur entreprise comparativement à seulement 25 % des Québécois. On démontre également qu’au Québec, un peu moins de la moitié des organisations du domaine de la manufacture savent en quoi consiste l’industrie 4.0 (voir cette étude du Cefrio). Les dirigeants doivent passer à l’action rapidement s’ils ont à cœur d’assurer la performance et la pérennité de leur organisation.

« Chez Raymond Chabot Grant Thornton, nous accompagnons déjà les entreprises d’ici dans leur transformation numérique par la réalisation d’audit 4.0 et avons effectué une tournée de conférence sur le sujet du 4.0 pour sensibiliser, démystifier et accompagner les entreprises du Québec dans leur virage numérique, souligne Nancy Jalbert. Nous sommes à même de constater que les entreprises veulent avancer, mais ce n’est pas assez. Cependant, je demeure très optimiste lorsque je vois la diversité des acteurs stratégiques de cette délégation et le niveau d’engagement du Québec dans la transformation numérique. »

Alors que certains dirigeants sous-estiment l’impact du virage numérique sur le secteur manufacturier, d’autres sont dépassés par l’ampleur que prend le mouvement et l’importance des changements organisationnels qui sont à prévoir.

L’accompagnement de conseillers d’affaires spécialisés peut permettre aux dirigeants de faire un premier pas vers le changement. Une démarche personnalisée et concrète permet de déterminer quels sont les besoins précis de l’organisation en fonction de son niveau d’avancement technologique et d’apprivoiser le grand virage numérique.

Hanovre délégation Chaudière-Appalaches

Délégation Chaudière-Appalaches. Crédit photo: Agence Webdiffusion

Article suivant

11 Avr 2019

Cette année encore, Raymond Chabot Grant Thornton est partenaire des Grands prix de la relève d’affaires du Regroupement des jeunes chambres de commerce du Québec.

Cet événement célèbre les réalisations de ses membres, de jeunes entrepreneurs influents, visionnaires et dynamiques, à travers le Québec.

Soumettez votre candidature avant le 3 mai 2019 dans l’une des 12 catégories, notamment celle de Repreneur de l’année (Transfert d’entreprise) commanditée par notre firme.

Les candidats sont évalués selon leurs réalisations, la pertinence de leur vision, les retombées dans leur secteur d’activité, leur implication dans le développement socio-économique du Québec, leur leadership, l’innovation et leur apport dans leur domaine d’activité.

Notre firme est fière de collaborer au succès des jeunes leaders d’ici qui, par leur professionnalisme et leur détermination, contribuent à l’essor du Québec et à la réussite de ses organisations.

Le gala aura lieu le 14 juin 2019. Au plaisir de vous y voir!

Article suivant

03 Avr 2019

Parmi les firmes de management et de comptabilité les plus admirées au Québec, Raymond Chabot Grant Thornton figure une fois de plus au premier rang.

C’est ce que dévoile l’étude annuelle Léger sur la réputation des entreprises publiée dans Les Affaires, édition du 23 mars 2019.

En 88e position sur les 319 entreprises québécoises et étrangères dont la réputation a été sondée, la firme apparaît au sommet du palmarès devant tous les autres acteurs du domaine de la comptabilité. Un bond de géant, puisque notre firme occupait la 109e position l’année dernière. La marque employeur de Raymond Chabot Grant Thornton se situe pour sa part au 92e rang sur 319, encore une fois au premier rang des sociétés comptables.

De tout cœur merci!

Merci à tous les clients qui accordent leur confiance à Raymond Chabot Grant Thornton depuis plus de 70 ans! La riche histoire de notre firme, son expertise et sa crédibilité la hissent au sommet de la notoriété. Le résultat du classement est le reflet de la passion de tous les professionnels et de tous les associés de la firme et de leur engagement à bien servir la clientèle.

Au sujet de l’étude

L’étude annuelle sur la réputation des entreprises est menée par la firme Léger depuis 1994. Au total, ce sont plus de 300 entreprises qui sont sondées au Québec et au Canada, soit 15 000 répondants au Québec et 30 000 au Canada, dans 31 secteurs d’activité, ce qui en fait la plus importante étude d’opinion publique sur la réputation au pays.

Pour consulter les résultats de l’étude, lisez l’article publié dans Les Affaires (l’article complet et le classement sont réservés aux abonnés du journal).

Article suivant

02 Avr 2019

Ayant à cœur la croissance des entreprises et leur succès, Raymond Chabot Grant Thornton a de nouveau pris position cette année dans le cadre des consultations prébudgétaires des gouvernements fédéral et du Québec.

L’objectif avec ces mémoires : stimuler la création de richesses et donner à nos entreprises les moyens de leurs ambitions. Rappelons que ces recommandations s’articulaient autour de quatre axes stratégiques pour rendre nos entreprises plus performantes : une fiscalité incitative et équitable, la relève entrepreneuriale, l’innovation et l’immigration.

Différents ministres et députés fédéraux et québécois ont reçu copie de ces recommandations budgétaires, de même que plusieurs influenceurs d’organisations économiques et d’affaires.

Toujours soucieuse de défendre les intérêts de la communauté d’affaires, la firme a réagi, dès le dépôt des budgets, par voie de communiqués (fédéral et Québec), en plus d’informer les contribuables des mesures annoncées (bulletin fiscal fédéral et du Québec). Un exercice concerté qui a démontré, une fois de plus, le rôle de leader de Raymond Chabot Grant Thornton dans le marché et sa préoccupation constante d’informer clairement les contribuables d’enjeux qui façonnent leur environnement.

Force est de reconnaître que la firme a pris sa place parmi les influenceurs puisque ses commentaires post-budgétaires ont été repris avec ceux, entre autres, de la Fédération des chambres de commerce du Québec, du Conseil du patronat du Québec, de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain et même de l’Ordre des comptables professionnels agréés du Québec.

Plusieurs experts ont ainsi contribué à la production et à la diffusion de ces documents stratégiques et certains ont même offert leur expertise à plusieurs médias régionaux et nationaux pour informer la population des nouvelles mesures économiques et fiscales. Plus d’une trentaine d’entrevues ont été accordées à différents médias partout au Québec afin d’informer la population des principaux éléments contenus dans les budgets.

Budget fédéral du 19 mars 2019

L’associé en fiscalité Sylvain Gilbert, présent au huis clos des médias, a accordé une entrevue à TVA qui a été diffusée sur le web et au téléjournal animé par Pierre Bruneau. Il a également souligné les faits saillants du budget aux auditeurs du 95,7 FM (Saguenay), du 95,5 FM (Témiscouata), du 101,5 FM (Sainte-Marie-de-Beauce) et du 107,7 FM (Sherbrooke) et aux téléspectateurs de l’émission L’Essentiel, animée par Esther Bégin, sur la chaîne parlementaire CPAC, diffusée partout au Canada.

L’associé en fiscalité Luc Lacombe, présent au huis clos des fiscalistes, a également contribué à plusieurs entrevues : il a accordé une entrevue la veille du budget pour présenter les attentes et rappeler les propositions budgétaires de la firme à Esther Bégin, animatrice de l’émission L’Essentiel, diffusée sur la chaîne parlementaire CPAC au Canada. Il a aussi présenté les principales mesures fiscales aux auditeurs de Radio-Canada (Québec), du 103,3 FM et du 94,7 FM (Mauricie), du 99,1 FM (Mauricie) et du 103,5 FM (Saint-Georges-de-Beauce).

Olivier Levesque, conseiller principal en fiscalité, s’est, pour sa part, entretenu avec les animateurs des radios du 99,5 FM (Roberval), du 104,5 FM (Alma) et du 93,5 FM (Chibougamau) alors que Sarah Phaneuf, associée en fiscalité, a analysé le budget pour les auditeurs de Radio-Canada (Estrie).

La réaction de la firme au dépôt du budget a, entre autres, été citée par Finance et Investissement et Informe Affaires.

Le bulletin fiscal de la firme a également été repris sur la plateforme fiscale Taxnet Pro de Thomson Reuters, une agence reconnue mondialement.

Budget du Québec du 21 mars 2019

Concernant le dévoilement du budget du Québec, Sylvain Gilbert a aussi pris part au huis clos des médias à titre d’analyste pour certains médias, dont Le Journal de Montréal/Le Journal de Québec et TVA nouvelles. Il a ensuite réalisé une série d’entrevues pour les auditeurs du 95,7 FM (Saguenay), du 97,5 (Chicoutimi), du 95,5 FM (Témiscouata), du 99,1 FM (Mauricie), du 101,5 FM (Sainte-Marie-de-Beauce) et du 107,7 FM (Sherbrooke).

Quant à Luc Lacombe, il s’est entretenu avec les journalistes de nombreux médias, dont Radio-Canada (Québec) et le 103,5 FM (Saint-Georges-de-Beauce).

Olivier Levesque était de nouveau l’invité du 99,5 FM (Roberval), du 104,5 FM (Alma) et du 93,5 FM (Chibougamau) afin de partager les opinions de la firme au sujet du budget provincial.

Sarah Phaneuf a agi comme analyste invitée de la radio et de la télé de Radio-Canada (Estrie).

Le communiqué de la firme en réaction au dépôt du budget a notamment été repris par des médias spécialisés, dont Finance et investissement et Conseiller.ca, en plus d’être cité par la plateforme fiscale Taxnet Pro de Thomson Reuters.

Enfin, un webinaire présenté le 26 mars par Raymond Chabot Grant Thornton, en partenariat avec l’Association des professionnels en développement économique du Québec et animé par Jean-Pierre Poulin, associé en fiscalité, et Jean-Philippe Brosseau, économiste et directeur principal, services de conseil, a permis de mettre en lumière les différentes mesures annoncées et liées au développement économique des régions du Québec.

Des représentations qui portent leurs fruits

Au cours des dernières années, les différentes représentations de Raymond Chabot Grant Thornton auprès des gouvernements ont permis de changer des législations ou différentes politiques, notamment à l’égard des baisses d’impôt des sociétés ou encore en matière d’assouplissement des règles fiscales pour rendre plus équitable le transfert intergénérationnel d’entreprises au Québec.

Dans le budget fédéral déposé cette année, il est intéressant de noter que les revendications de la firme visant l’amélioration du programme fédéral de crédit d’impôt pour la recherche scientifique et le développement expérimental (RS et DE) de même que celles touchant une meilleure équité fiscale pour les entreprises du milieu de l’agriculture et des pêches au Canada ont trouvé un écho favorable.

Nul doute que ces opérations d’affaires publiques et médiatiques sont dignes d’une firme au service de la croissance des entreprises d’ici!