L’IFRS Foundation annonce la création d’un conseil des normes internationales d’information sur la durabilité (ISSB).

L’IFRS Foundation a annoncé trois mesures importantes visant à fournir aux marchés financiers mondiaux des informations de haute qualité sur les changements climatiques et sur d’autres questions en matière de développement durable :

  • La création d’un conseil des normes internationales d’information sur la durabilité (International Sustainability Standards Board – ISSB);
  • La fusion du Climate Disclosure Standards Board (CDSB) et de la Value Reporting Foundation (VRF) – qui chapeaute le cadre de référence sur l’information intégrée et les normes du Sustainability Accounting Standards Board (SASB) – d’ici juin 2022;
  • La publication d’un prototype de norme sur la présentation d’informations générales liées aux changements climatiques, élaboré par le groupe de travail sur la préparation technique (Technical Readiness Working Group – TRWG).

Consultez notre Alerte du conseiller pour connaître les détails.

Article suivant

Marie-Josée Blanchet
Directrice principale | Co-leader de la pratique Tourisme-Loisirs-Culture | MBA | Conseil en transformation des affaires

La pénurie de main-d’œuvre touche particulièrement le secteur touristique, un pan important de notre économie. Que faire devant cet enjeu qui ne se résorbera pas à court terme et quelles sont les solutions pour votre organisation?

Le secteur touristique est en forte croissance. Il représente au Québec 14 milliards de dollars de revenus, 30 000 entreprises et environ 400 000 emplois directs et indirects.

Cette croissance est toutefois ralentie par le manque de personnel. La pénurie de main-d’œuvre constitue un défi depuis plusieurs années en raison, entre autres, du manque d’attractivité des emplois lié aux salaires jugés insuffisants, des conditions de travail difficiles, du vieillissement de la population. Il semble que la pandémie ait aggravé ce problème.

Afin de poursuivre vos activités au cours des prochaines années, vous devrez sans doute
envisager une transformation de votre modèle d’affaires.

Comment ajuster votre modèle d’affaires?

Il existe bien sûr des solutions à moyen et à long terme qui peuvent résoudre une partie du problème : investir dans l’automatisation et se tourner vers le recrutement international, notamment.

À plus court terme, les PME du secteur touristique peuvent élargir le bassin de candidats en encourageant les aînés à demeurer au travail ou les retraités à y revenir et utiliser les programmes de subventions salariales pour intégrer les jeunes et les personnes handicapées.

Ça ne suffira pas pour beaucoup d’entreprises et vous devrez trouver des réponses personnalisées.

Afin de vous orienter vers la meilleure solution pour vous, vous devrez d’abord émettre un diagnostic de votre situation et vous poser les bonnes questions. Quel est votre objectif? Quelle sera votre proposition de valeur? Avec quel partenaire allez-vous l’offrir? Voici quelques éléments à examiner dans le but d’adapter votre modèle d’affaires à cette réalité.

Améliorer l’expérience client, un élément à la fois

Vos clients sont au centre de vos affaires. Afin de conserver une expérience client optimale malgré le manque de main-d’œuvre, vous devez d’abord identifier vos points de contact avant, pendant et après la rencontre avec le consommateur. Trouvez ensuite des façons de contourner les problèmes, un élément à la fois. Voici quelques pistes :

  • Améliorer votre gestion du site web et votre présence sur les réseaux sociaux, en sous-traitant si nécessaire.
  • Optimiser votre plateforme de réservation.
  • Prioriser l’accueil en personne, la clientèle y étant très sensible.
  • Gérer le stationnement à l’aide d’une borne.
  • Créer des forfaits pour favoriser le télétravail et les longs séjours de la clientèle.
  • Proposer une offre alléchante en basse saison, période où il est moins difficile de trouver du personnel.
  • Axer l’offre sur la clientèle d’affaires en semaine et, dans un tel cas, restez fermé les fins de semaine.

Porter attention à l’expérience de vos employés

Bien sûr, vous devez faire le même exercice en ce qui concerne les points de contact avec vos employés. Comment les attirer et leur donner envie de rester?

  • Améliorer le processus d’intégration: assurez-vous du bien-être des nouveaux employés, donnez-leur de la rétroaction.
  • Favoriser l’engagement : bâtissez des relations solides avec vos employés, soulignez leurs bons coups.
  • Enrichir les tâches des employés : des travailleurs qui peuvent se perfectionner vont avoir envie de rester au sein de votre entreprise.
  • Réduire les heures ou les jours d’ouverture : cela permet aussi de favoriser la conciliation travail-vie personnelle.
  • Offrir un horaire allégé pour les étudiants durant les périodes d’examens.
  • Se positionner comme un employeur de choix et le faire savoir : participez à des foires d’emplois, rédigez des offres attrayantes sur les réseaux sociaux.

Intégrer les solutions numériques et technologiques

On parle souvent d’automatisation, et c’est un point important, qui ne doit toutefois pas se faire au détriment de l’expérience client. L’humain est au cœur des relations et des échanges touristiques enrichissants.

Il faut intégrer la technologie de façon intelligence afin de pallier la pénurie de main-d’œuvre tout en améliorant la productivité et en réduisant le temps consacré à des tâches répétitives, ce qui amènera vos employés à passer plus de temps avec les clients. Pensez à vous former et à former vos employés à l’utilisation d’outils numériques d’inventaire, de transactions et de gestion d’horaires. Privilégiez les outils numériques conviviaux, prisés par la jeune génération… et par tout le monde, en fait!

Revenir à des modèles d’affaires qui nécessitent moins de main-d’œuvre

Est-il nécessaire de toujours augmenter son chiffre d’affaires, d’être toujours en croissance? Small is beautiful deviendra peut-être le nouveau mot d’ordre en tourisme. Précisez qui est votre clientèle cible, à la source de votre rentabilité, et concentrez vos efforts sur celle-ci.

Par exemple, vous choisirez peut-être, comme restaurateur, de ne plus offrir de dîners pour vous consacrer aux soupers, ou de vous positionner comme resto de quartier ouvert en semaine, mais fermé les fins de semaine. Ou alors, vous déciderez peut-être, comme hôtelier, de viser uniquement la clientèle d’affaires, ce qui vous évitera d’être ouvert sept jours sur sept.

Le statu quo n’est pas possible. Les propriétaires de PME touristiques et leurs employés sont déjà épuisés. Ce n’est pas viable à long terme. L’objectif ultime n’est pas d’ouvrir le plus longtemps possible. C’est d’offrir une bonne expérience client et une bonne expérience employé, et ce, en accord avec les meilleures pratiques en développement durable.

Le secteur doit se concerter

Les organisations en tourisme doivent repenser leurs stratégies marketing, leurs publics cibles et leur offre afin de répondre aux besoins des PME tout en assurant une relance viable. Elles doivent favoriser le travail d’équipe et le partage de ressources d’ici et d’ailleurs, afin de stimuler la créativité et de générer de nouvelles idées.

On a beau dépenser de l’argent pour faire la promotion d’une région, il faut s’assurer que les hôteliers ou les PME ont la capacité nécessaire pour recevoir les touristes. Il serait plus efficace, par exemple, de les répartir dans des régions moins fréquentées, de les inciter à vous visiter en basse saison, de réduire le partage de contenu et la publicité sur les lieux déjà très courus.

Développez des partenariats locaux pour faciliter la visibilité et la notoriété de votre région. Incluez des activités culturelles, des explorations et des expériences éducatives dans votre offre. La créativité des prestataires de services joue un rôle important dans le choix des touristes et permet aux entreprises de diversifier leur offre et de mieux gérer le flux touristique.

L’économie circulaire est une tendance intéressante à favoriser. On peut penser, entre autres, à des publicités communes ou à de la vente croisée avec un partenaire qui a une offre complémentaire à la nôtre. Ce modèle gagne en popularité, puisqu’il permet de partager des ressources humaines et matérielles, donc d’éviter des pertes et de gagner en efficience.

Par où commencer? Vous devez avant tout dresser un portrait de votre organisation et de son environnement, connaître l’état des lieux. Un bon diagnostic vous aidera à repenser votre modèle d’affaires, à établir un plan d’action et à prioriser les actions selon votre échéancier et votre situation.

17 Nov 2021  |  Écrit par :

Article suivant

L’équipe IFRS de Grant Thornton International a publié la version 2021 des états financiers consolidés types, intitulée IFRS Example Consolidated Financial Statements 2021, disponible en anglais seulement.

IFRS Example Consolidated Financial Statements 2021 a été révisé et mis à jour pour refléter les changements aux IFRS qui sont en vigueur pour l’exercice se terminant le 31 décembre 2021. Cette publication ne tient pas compte des modifications aux IFRS publiées après le 31 octobre 2021.

Étant donné que la pandémie mondiale de COVID-19 a encore affecté plusieurs entités publiantes en 2021, la version 2021 présente des commentaires sur les informations qui pourraient être pertinentes de fournir sur les répercussions de la COVID-19 dans les états financiers.

Article suivant

Si votre entreprise éprouve des difficultés financières, des solutions de redressement existent. Toutefois, la vente pourrait être la meilleure option.

Vendre son entreprise pour éviter la faillite, c’est parfois l’inévitable solution aux ravages causés par les difficultés financières. Quelles sont les étapes à franchir? Comment protéger ses employés, ses clients et ses fournisseurs et conserver la valeur de son organisation? Pour vous aider à y voir clair, nous vous offrons un aperçu du processus de redressement et des démarches à suivre pour intéresser un acquéreur potentiel.

État de la situation en contexte pandémique

Plusieurs PME ont été fragilisées par la pandémie depuis le début de 2020, 71 % d’entre elles ayant dû s’endetter pour composer avec les impacts de la COVID-19. La dette moyenne est de 170 000 $ et les trois quarts des propriétaires de ces entreprises estiment avoir besoin de plus d’un an pour amortir ces emprunts. Les dossiers d’insolvabilité au Québec ont augmenté de 17 % entre les deuxièmes trimestres de 2020 et de 2021. Avec la fin des aides gouvernementales, on peut imaginer que ce pourcentage augmentera.

Tous les syndics et les conseillers financiers spécialisés en redressement le remarquent : l’entrepreneur, naturellement doté d’un esprit optimiste et d’une capacité à trouver des solutions, a tendance à tout tenter avant de demander l’aide de spécialistes en redressement.

Qu’il ait perdu un client important, qu’il soit touché par une hausse significative du prix des matériaux ou qu’il ait manqué de contrôle sur les finances pendant trop longtemps, il va tenter de s’en sortir seul comme il a l’habitude de le faire depuis ses débuts en affaires.

Donner une marge de manœuvre temporaire

Toutefois, le moment viendra où les créanciers mettront davantage de pression pour être remboursés sans délai. À cette étape, l’entrepreneur aura tendance à prendre des décisions à court terme qui peuvent réduire les chances d’un redressement à long terme (obtenir un prêt à taux d’intérêt élevé, cautionner personnellement certaines dettes, etc.). C’est généralement à cette étape que le spécialiste en redressement est consulté. Pourtant, son implication plus tôt dans le processus augmenterait le temps et les outils à sa disposition pour effectuer un redressement. Quelles seront les étapes effectuées par le spécialiste?

1. Identifier les difficultés

Le spécialiste en redressement va d’abord accompagner l’entrepreneur pour identifier les difficultés dont souffre l’entreprise. Cette étape est importante pour proposer la meilleure stratégie pour votre organisation.

2. Proposer un plan d’action

Une fois les difficultés évaluées, le spécialiste en redressement va proposer un plan d’action adapté à votre situation.

3. Placer l’entreprise sous la protection de la Loi sur la faillite et l’insolvabilité

À cette étape, il conviendra de recourir à la Loi sur la faillite et l’insolvabilité pour protéger votre entreprise afin d’éviter un arrêt des opérations et une faillite éventuelle, si :

  • l’endettement de votre entreprise est tel qu’il devient impossible d’emprunter davantage;
  • ce n’est plus possible d’intéresser un investisseur afin de combler vos besoins de liquidités;
  • la pression des créanciers actuels met en péril les activités de votre entreprise.

En effet, cette protection légale a pour effet de suspendre temporairement les recours des créanciers contre les biens d’une organisation; de plus, le passif de l’entreprise est gelé. Ceci permet de réduire la pression des créanciers et offre du temps additionnel à l’entreprise pour préparer une proposition aux créanciers et compléter la restructuration.

4. Trouver des investisseurs

Si vous êtes en mesure de réinjecter des liquidités dans l’entreprise, ces fonds pourront servir à financer un règlement avec les créanciers et les opérations futures plutôt que de servir à éponger les pertes passées sans investir dans l’avenir.

Dans le cas contraire, le syndic vous accompagnera dans la recherche d’un partenaire actionnaire à qui une partie de la propriété de l’entreprise sera cédée. Ces fonds seront alors utilisés pour relancer l’entreprise et financer le règlement avec les créanciers.

Toutefois, il arrive que les finances de l’entreprise soient en si mauvais état et que les conditions du marché soient si défavorables qu’intéresser un investisseur s’avérera mission impossible. Dans ce cas, la meilleure avenue pour assurer la survie de votre entreprise sera la vente. Bien que cette solution soit difficile à envisager pour un entrepreneur, elle a l’avantage de préserver les emplois et les relations avec les clients et les fournisseurs, et de permettre ainsi à l’entreprise de poursuivre ses activités.

Vendre une entreprise en difficulté

Si la vente de votre entreprise s’avère nécessaire, le syndic vous aidera à maintenir ses activités, puisque l’objectif de la loi est de protéger l’entreprise.

Il est souhaitable d’agir rapidement pour éviter de perdre des fournisseurs et des clients, ce qui réduirait la valeur de votre entreprise et pourrait même compromettre sa survie. Vous devrez vous assurer du soutien des employés clés, à qui vous pourriez, par exemple, offrir des bonis de rétention.

1. Préparer un document de présentation

Avec l’information financière disponible, le syndic préparera un document de présentation de l’entreprise, en toute transparence.

2. Approcher les concurrents et les fournisseurs

Ensuite, il approchera notamment les concurrents de l’entreprise en difficulté qui pourraient souhaiter acquérir une nouvelle clientèle et prendre de l’expansion, ou des fournisseurs et des clients de l’entreprise qui, eux, pourraient souhaiter une intégration verticale de leurs opérations.

3. Veiller à obtenir le meilleur prix

À cette étape, le syndic s’assurera qu’aucune décision pouvant détériorer la situation financière de l’entreprise ne soit prise et il veillera à obtenir le meilleur prix de vente possible dans les circonstances. La transaction, si elle est possible, devra être entérinée par le tribunal.

Les avantages d’une acquisition pour l’acheteur

Bien que la Loi sur la faillite et l’insolvabilité prévoie différents outils pour procéder à une acquisition, l’acheteur d’une entreprise insolvable se porte généralement acquéreur des actifs uniquement et, ainsi, il ébauche lui-même la stratégie pour les rentabiliser.

L’acquisition peut se révéler fort intéressante pour son expansion, d’autant qu’il aura l’avantage de mettre la main sur une entreprise sans dettes, celles-ci demeurant avec l’entité légale qui fait l’objet de ces procédures.

Si votre entreprise traverse des difficultés financières, nos conseillers en redressement peuvent vous aider à maintenir votre entreprise en activité et vous accompagner lors des étapes subséquentes.