Mathieu Leblanc
Directeur principal | Ing., M. Ing., MBB | Fiscalité

Les compétitions universitaires amènent les étudiants à se dépasser et contribuent à la recherche de solutions technologiques bénéfiques à l’industrie.

Cet article a été rédigé par Guillaume Dalpé, finissant en génie mécanique de l’ÉTS, stagiaire dans le groupe de Financement de l’innovation et du développement technique de Raymond Chabot Grant Thornton à l’hiver 2018.

Dans le domaine de l’ingénierie comme dans plusieurs autres domaines scientifiques, on retrouve au sein de nombreuses universités, des clubs scientifiques et technologiques étudiants permettant à nos futurs professionnels de mettre leurs connaissances au profit de l’avancement technologique.

Dans certaines universités comme l’École de technologie supérieure (ÉTS), on retrouve près de trente clubs étudiants dans divers domaines technologiques reliés aux sous-marins à propulsion humaine, aux véhicules alimentés par énergie éolienne, aux courses de canoë en béton et autres.

Ces équipes étudiantes participent généralement à des compétitions scientifiques interuniversitaires année après année afin de faire part de leurs avancements, dans l’espoir de remporter de prestigieux prix. Les connaissances acquises lors de leur parcours universitaire sont ainsi mises en valeur et démontrées dans le cadre d’un projet concret.

Le Baja

L’un des clubs étudiants présents dans plusieurs universités au Québec est le Baja, destiné à la participation à un championnat organisé par la Society of Automotive Engineers ayant pour but de développer un prototype de véhicule tout-terrain monoplace.

Pour participer, chacune des équipes doit concevoir et fabriquer celui-ci selon des règlements établis par les organisateurs afin d’assurer la sécurité de tous. Dans le cadre de ce championnat, chaque équipe est contrainte de se servir du même moteur, un « Briggs & Stratton » de 10 hp, communément utilisé dans des souffleuses à neige. Ils doivent bâtir un véhicule autour de celui-ci en optimisant le châssis, la suspension, le groupe motopropulseur ainsi que plusieurs autres sous-systèmes.

Le championnat se déroule au cours d’une année scolaire entre la mi-avril et la mi-juin. Les équipes ont environ huit mois pour faire la conception et la fabrication de leur véhicule en plus de tous les tests nécessaires.

Chaque année, trois compétitions sont présentées à travers l’Amérique du Nord et regroupent plus de 200 universités en provenance des quatre coins du monde pour se disputer le Mike Schmidt Memorial Iron Team Award. Celui-ci est remporté par l’équipe ayant cumulé le plus de points au fil des compétitions.

Raymond Chabot Grant Thornton - image
Raymond Chabot Grant Thornton - image

L’équipe de l’ÉTS au premier rang

Lors de la saison 2017, l’équipe de l’ÉTS a terminé au premier rang de deux compétitions et au deuxième du classement général, le meilleur résultat pour une université canadienne cette année. Au fil du temps, les membres de l’équipe de l’ÉTS ont réalisé plusieurs avancements technologiques afin de perfectionner le véhicule.

Ces projets étant très rarement encadrés par des professeurs, les étudiants plus expérimentés prennent eux-mêmes l’initiative de développer ou d’améliorer un des sous-systèmes du véhicule. À l’aide de la littérature et de leurs expériences techniques, de nouveaux concepts sont perfectionnés et testés, souvent en préservant des facteurs de sécurité plus conservateurs des premières versions.

Au cours des années précédentes, plusieurs projets d’envergure ont été réalisés par l’équipe de l’ÉTS, par exemple :

  • Une analyse complète de suspension à l’aide de jauges de contraintes;
  • Une optimisation complète de la boîte de transmission;
  • Une optimisation des systèmes d’acquisition de données.

L’an dernier, l’équipe a réussi à obtenir des améliorations de performance importantes grâce au développement d’une nouvelle application d’une Continuously Variable Transmission (CVT), soit une Electronic Variable Transmission (EVT).

Technologies CVT et EVT

Les CVT permettent de modifier le ratio de transmission grâce à un système poulie courroie. La poulie varie en largeur à l’aide d’une combinaison de masses et de ressorts mettant à profit l’accélération centrifuge. Les masses et les ressorts sont déterminés afin d’optimiser la transmission dans une plage de puissance préétablie.

Avec une EVT, les avantages viennent du fait que les ratios de transmission sont modifiés par un contrôle d’actuateur, permettant l’optimisation à la puissance idéale en tout temps et ainsi de profiter du maximum de puissance possible du moteur, peu importe ses conditions.

Toutes les situations peuvent être optimisées à l’aide d’une CVT mécanique. Par contre, celle-ci permet uniquement de maximiser une seule plage de puissance, ce qui constitue un compromis. La technologie EVT permet donc de maîtriser des situations qui sont impossibles à contrôler en temps normal, notamment d’avoir une décélération contrôlée. La technologie est basée sur le fait qu’un moteur est particulièrement efficace à une vitesse de rotation donnée. Par conséquent, le ratio de transmission peut être ajusté de façon à conserver cette vitesse de rotation comme cible. Il est donc possible de lire les fluctuations, de comprendre la situation et ainsi, de prédire le comportement du véhicule.

De l’ÉTS à B-Cinq Technologie

À la suite de ce projet étudiant, plusieurs membres de l’équipe du Baja de l’ÉTS ont lancé l’entreprise B-Cinq Technologie afin de développer cette technologie à plus grande échelle. Un tel avancement pourrait facilement être incorporé à des véhicules hors route au courant des prochaines années puisque la plupart de ceux-ci utilisent déjà un principe de CVT mécanique. Cet exemple démontre bien jusqu’où des projets de clubs étudiants universitaires peuvent mener.

Bien qu’une des prémisses de la conception de véhicules de course consiste à être le plus léger possible et que l’électronique embarquée est, selon plusieurs, peu utile lors de la course, l’équipe du Baja de l’ÉTS est allée à contre-courant.

L’équipe prône en effet depuis plusieurs années que l’évolution technologique passe par l’acquisition de données, car celles-ci permettent de mieux comprendre le comportement du véhicule dans de multiples situations. On peut ainsi poursuivre les améliorations et… continuer de gagner des trophées!

19 Juin 2018  |  Écrit par :

Mathieu Leblanc est directeur principal au sein de Raymond Chabot Grant Thornton. Il est votre...

Voir le profil

Article suivant

Clara Demers
Conseillère principale | Conseil en management

Le transfert générationnel d’une entreprise amène son lot de défis. Apprivoiser les différences et en dégager une force commune est gage de succès.

La relève entrepreneuriale arrive avec une nouvelle approche, mue par des valeurs distinctes. Cet apport sera bénéfique, à condition que la transition soit bien préparée et que le changement de garde se fasse graduellement.

Les nouveaux défis du marché

Les repreneurs devront s’adapter à de nouveaux enjeux qui nécessitent des approches différentes et l’acquisition de compétences spécifiques :

  • Évolution rapide de la technologie;
  • Nécessité de tenir compte de l’impact environnemental;
  • Normes éthiques valorisées et contrôle accru;
  • Changements démographiques et mouvance des habitudes des consommateurs;
  • Compétition de plus en plus forte et gestion de croissance.

Caractéristiques des nouvelles générations

De plus, les jeunes entrepreneurs ont des attentes différentes de leurs prédécesseurs et le mode de fonctionnement doit forcément être adapté. Quelques caractéristiques se dégagent des générations montantes :

  • Ils s’attendent à du mentorat plutôt qu’à une structure hiérarchique;
  • Ils sont créatifs et aiment être dans l’action, voire dans l’interaction;
  • Les technologies et l’accès aux multiples canaux de communication font partie de leur ADN.

Il faut souligner l’importance de profiter des forces et aptitudes de chaque partie tout en palliant les manques et les faiblesses.

Points importants pour la réussite d’une transition

Afin de favoriser la réussite d’un transfert d’entreprise, il est nécessaire de se préparer plusieurs années d’avance. Voici les principales actions à entreprendre :

  • Établir un plan de relève;
  • Être à l’écoute des attentes des cédants et des repreneurs, des préoccupations et des motivations de chacun;
  • Mettre en place une pratique efficace de communication interne;
  • Identifier les compétences nécessaires et prévoir une formation complémentaire au besoin;
  • Bien définir les rôles de chacun;
  • Commencer tôt le processus de transfert.

Une préparation adéquate et l’accompagnement d’un expert objectif accroissent vos chances de succès. N’hésitez pas à communiquer avec nos professionnels reconnus afin de vivre la transition en douceur.

14 Juin 2018  |  Écrit par :

Clara Demers est votre experte en conseil en management au sein de Raymond Chabot Grant Thornton....

Voir le profil

Article suivant

Rémi Fortin
Directeur | Ing. | Fiscalité

Les crédits d’impôt en recherche scientifique et développement expérimental (RS&DE) peuvent être une source importante de financement pour une entreprise technologique, et ce, dès les premières années de son existence.

Toutefois, il peut être complexe de déterminer quels sont les projets et activités qui sont éligibles à la réclamation des crédits en RS&DE.

14 Juin 2018  |  Écrit par :

Rémi Fortin se spécialise dans les demandes de crédit d'impôt en RS et DE dans divers domaines...

Voir le profil

Article suivant

Voici le Bulletin de nouvelles sur les IFRS, un bulletin d’information qui offre un résumé de certains développements concernant les Normes internationales d’information financière (IFRS) ainsi qu’un aperçu de certains sujets de l’heure.

Nous commençons cette deuxième édition de l’année 2018 en examinant la révision du Cadre conceptuel de l’information financière.

Nous poursuivons en jetant un oeil sur deux autres publications récentes de l’International Accounting Standards Board (IASB), soit celle portant sur les modifications d’IAS 19 Avantages du personnel et l’exposé-sondage intitulé Changements de méthodes comptables (projet de modification d’IAS 8).

Ensuite, nous nous tournerons vers le récent rapport de l’Autorité européenne des marchés financiers (ESMA) sur les activités des contrôleurs comptables européens au cours de la dernière année.

Plus loin dans ce bulletin, vous trouverez des nouvelles relatives aux IFRS chez Grant Thornton ainsi qu’une récapitulation des développements concernant l’information financière.

Nous terminons avec un sommaire des dates d’application de récentes normes qui ne sont pas encore en vigueur, ainsi qu’une liste de publications de l’IASB soumises pour appel à commentaires.