07 Mai 2019

Raymond Chabot Grant Thornton est fière de collaborer de nouveau cette année au prestigieux concours les Prix Créateurs d’emplois du Québec qui rendent hommage aux entreprises d’ici ayant connu une croissance dans la dernière année.

En tant que grand partenaire de cette 3e édition, nous invitons les entreprises éligibles à participer en grand nombre.

S’inscrire au concours est simple : il s’agit de remplir un court formulaire en ligne.

La date limite est le 31 mai 2019.

Les critères du concours sont les suivants :

  • Nombre d’emplois créés ou maintenus au cours de l’année 2018, approches utilisées qui ont mené à cette réussite et prise en compte du développement durable dans la création ou le maintien d’emplois.
  • Pour l’obtention du Grand Prix Créateurs d’emplois – Innovation et Productivité, en plus de critères ci-dessus, s’ajoutent ceux de l’innovation de produits, de l’innovation de procédés, de l’innovation organisationnelle et de l’innovation de commercialisation ou marketing.

Plus d’une trentaine de prix seront décernés lors d’un gala d’envergure qui se tiendra le 15 octobre 2019 au Centre des congrès de Québec avec plus de 1000 invités, en présence du premier ministre du Québec et d’autres personnes-clés du monde des affaires.

C’est toujours un plaisir de récompenser les entreprises d’ici qui innovent et se démarquent. Inscrivez-vous!

Article suivant

06 Mai 2019

Quels sont les choix qui s’offrent au travailleur autonome endetté? La faillite est parfois la seule solution, mais une autre option peut être envisagée.

En entrevue pour La Presse, Éric Lebel, associé et syndic autorisé en insolvabilité chez Raymond Chabot Grant Thornton, explique pourquoi, dans un cas précis, la faillite est une des solutions qui s’impose pour parvenir à bien planifier sa retraite.

Il trace le portrait d’un travailleur autonome aux prises avec un fort taux d’endettement et propose divers scénarios pour le remboursement des dettes. Outre la faillite, Éric Lebel rappelle qu’il existe une autre solution encore méconnue : la proposition de consommateur. Il s’agit d’une entente de remboursement réduit avec ses créanciers.

Lisez les conseils d’Éric Lebel pour éviter les tracas de l’endettement à l’approche de la retraite.

Vous avez des problèmes avec vos finances? Faites appel à un expert pour une consultation gratuite et confidentielle.

Article suivant

03 Mai 2019

Un transfert d’entreprise réussi nécessite réflexion et planification et se prévoit plusieurs années avant l’étape finale.

En entrevue pour le journal Informe Affaires, Éric Dufour, vice-président, associé et leader en relève entrepreneuriale somme les entrepreneurs québécois d’agir et de bien planifier la relève de leur entreprise.

« Il y a près de 90 % des entrepreneurs en position de transférer qui n’ont pas de plan de relève. Un plan de relève, c’est d’être préventif, de mettre sur papier une réflexion autant personnelle que d’entreprise. Un autre piège à éviter, c’est d’improviser », explique-t-il.

N’hésitez pas à demander conseil à nos experts en relève entrepreneuriale et transfert d’entreprises pour bien préparer votre plan de relève.

Article suivant

29 Avr 2019

Étude sur la relève entrepreneuriale

Une préoccupation à dimension humaine

Québec, le 29 avril 2019 – La Chambre de commerce et d’industrie de Québec (CCIQ), Raymond Chabot Grant Thornton et Desjardins ont dévoilé les résultats révélateurs d’une étude économique visant à documenter les impacts du retard en relève entrepreneuriale dans l’agglomération de Québec. Le portrait de la problématique a été établi en fonction d’une consultation effectuée sous forme de sondage électronique administré par Léger auprès des membres de la CCIQ, de ceux de Desjardins et des clients de Raymond Chabot Grant Thornton et de certains de leurs partenaires, du 25 janvier au 25 février 2019. Le taux de réponse est de 11 % sur un échantillonnage de 1 827 entrepreneurs.

« Bien que nous connaissions des succès en relève entrepreneuriale dans l’agglomération de Québec, force est de constater un retard dans la mise en place des plans de relève entrepreneuriale. L’étude révèle que les investissements, freinés par ce retard, représentent 97 M$, alors que l’impact économique total se situe à près de 200 M$. Nous souhaitons mieux accompagner les entrepreneurs dans ce processus et c’est pourquoi cette étude amène des pistes de solution intéressantes. La CCIQ entend assumer un leadership fort en rassemblant tous les intervenants autour d’une même table, afin d’assurer la pérennité des entreprises dans la région », soutient Julie Bédard, présidente et chef de la direction de la CCIQ.

« Pour assurer la pérennité de nos entreprises, les investissements doivent être au rendez-vous, même à l’approche d’un transfert. Plus de la moitié des dirigeants (54 %) confirment que les investissements sont affectés en contexte de relève, ce qui mine le développement de nos entreprises. Il faut que les entrepreneurs puissent continuer d’investir. Pour cela, ils doivent bien connaître tous les programmes mis à leur disposition pour réussir leur plan de relève, en plus de bénéficier d’une équité fiscale au moment de la transaction, ce qui n’est toujours pas le cas au fédéral lorsque l’on vend à un membre de la famille, par exemple. Les aspects humains sont également très importants dans la planification de la relève, même plus que ceux financiers et fiscaux pour 76 % des dirigeants sondés. C’est d’ailleurs pourquoi notre équipe s’affaire quotidiennement, depuis plusieurs années, à mettre en pratique auprès des cédants et des releveurs une approche intégrée de la relève qui tient compte de tous les aspects humains, psychologiques, légaux, financiers et fiscaux », ajoute Éric Dufour, vice-président, associé et leader national en relève entrepreneuriale chez Raymond Chabot Grant Thornton.

« Le résultat de l’étude est préoccupant, du fait que 93 % des répondants entre 45 et 55 ans ne connaissent aucun programme financier disponible. Pourtant, le financement est une étape cruciale pour la réussite du processus de transfert. En effet, il permet non seulement au cédant de sécuriser ses besoins financiers en lien avec son plan de retraite, mais aussi à la relève de réaliser son rêve d’acquérir une entreprise et la faire grandir. Desjardins compte s’attaquer vigoureusement à cette problématique », souligne Richard Quinn, directeur principal en transfert d’entreprise chez Desjardins.

Portrait de la problématique et analyse des impacts

Parmi les répondants, 76 % se préoccupent d’aspects autres qu’uniquement financiers et fiscaux :

  • Lorsqu’interrogés sur les raisons qui les incitent à réfléchir à la relève entrepreneuriale, 74 % des répondants de 55 ans et plus et 50 % de ceux de 35 à 55 ans expriment leur envie de ralentir. Le goût d’avoir une meilleure qualité de vie est donc plus étendu;
  • La pénurie de main-d’œuvre et les défis de gestion des nouvelles générations sont également des enjeux importants qui ralentissent le rythme.

L’étude démontre également un ralentissement important des investissements dans notre région :

  • 54 % des répondants confirment retenir des investissements nécessaires aux opérations ou à la croissance de leur entreprise faute d’avoir des réponses complètes liées au plan de relève.

Des pistes de solution pertinentes

Considérant l’impact économique qu’engendre le retard dans la mise en place de plans de relève entrepreneuriale, voici des recommandations pertinentes à prendre en considération :

  • Restructurer l’écosystème entourant l’accompagnement des entrepreneurs en créant une table d’actions avec les différentes parties prenantes liées à cet enjeu;
  • Améliorer la transmission de l’information pour permettre aux entrepreneurs de connaître les programmes de soutien financier existants;
  • Valoriser une approche progressive en maximisant la bonne cohabitation intergénérationnelle;
  • Poursuivre la lutte pour l’équité fiscale en ce qui a trait aux transactions entre membres d’une famille;
  • Mettre en place un programme et un plan de formation pour préparer des repreneurs entrepreneurs gestionnaires.

Le rapport est disponible en cliquant ici.

À propos de la Chambre de commerce et d’industrie de Québec

La Chambre de commerce et d’industrie de Québec (CCIQ), qui regroupe plus de 4 700 membres, sensibilise, mobilise et agit pour favoriser le développement économique de ses membres et de son milieu. Plus important regroupement de gens d’affaires de l’est du Québec, elle est la voix privilégiée de la communauté d’affaires de Québec et l’interlocuteur principal du milieu économique régional.

À propos de Raymond Chabot Grant Thornton

Raymond Chabot Grant Thornton est une firme de services professionnels vouée au succès des organisations et de leurs dirigeants depuis 1948. Les professionnels de la firme sont engagés à accompagner les clients dans leur réussite grâce à une profonde compréhension de ce qui compte pour eux, pour leur entreprise et leur industrie. Cette fine connaissance, jumelée au talent et à la passion d’une équipe de professionnels, permet de stimuler la croissance. Leader québécois et canadien dans les domaines de la certification, de la fiscalité, des services-conseils, du redressement d’entreprises et de l’insolvabilité, Raymond Chabot Grant Thornton compte sur une équipe de plus de 2 600 professionnels, dont quelque 200 associés, répartis dans plus de 100 bureaux au Québec et dans les régions d’Ottawa et d’Edmundston.

Conjointement avec Grant Thornton LLP, autre firme canadienne, et l’organisation mondiale Grant Thornton, nous sommes présents dans plus de 135 pays et comptons plus de 53 000 employés qui offrent une véritable connaissance, une perspective innovante et l’agilité nécessaire afin que les clients continuent d’évoluer.

À propos du Mouvement Desjardins

Le Mouvement Desjardins est le premier groupe financier coopératif au Canada et le cinquième au monde, avec un actif de 295,5 milliards de dollars. Il figure parmi les 100 meilleurs employeurs au Canada selon le palmarès établi par Mediacorp. Pour répondre aux besoins diversifiés de ses membres et de ses clients, particuliers comme entreprises, sa gamme complète de produits et de services est offerte par son vaste réseau de points de service, ses plateformes virtuelles et ses filiales présentes à l’échelle canadienne. Figurant parmi les institutions bancaires les plus solides au monde selon le magazine The Banker, Desjardins affiche des ratios de capital et des cotes de crédit parmi les meilleurs de l’industrie.

– 30 –

Source :
Étienne Cummings
Directeur communication et relations publiques
Chambre de commerce et d’industrie de Québec
418 906-1748
[email protected]

Francis Letendre
Chef, Affaires publiques
Raymond Chabot Grant Thornton
514 390-4201
[email protected]