31 Oct 2019

Catallaxy et Raymond Chabot Grant Thornton contribuent au succès de la création d’un premier fonds de cryptomonnaies réglementé.

Le 30 octobre dernier, 3iQ, gestionnaire de fonds d’investissements spécialisé dans les nouvelles technologies et les actifs numériques, recevait l’aval de la Commission des valeurs mobilières de l’Ontario pour la création du tout premier fonds de cryptomonnaies réglementé au pays : The Bitcoin Fund.

« Nous sommes particulièrement fiers d’avoir accompagné l’entreprise 3iQ dans ce processus. Au cours des dernières années, Catallaxy et Raymond Chabot Grant Thornton ont investi temps et argent pour développer une expertise de pointe et des outils novateurs pour auditer les fonds de cryptomonnaies. Cela fait en sorte que nous sommes aujourd’hui prêts à répondre aux besoins du marché de plus en plus grandissants. Cette décision de la Commission des valeurs mobilières de l’Ontario aura assurément un impact majeur pour le secteur des fonds de cryptomonnaies au Canada », a précisé Louis Roy, associé en certification chez Raymond Chabot Grant Thornton et président de Catallaxy.

3iQ prévoit organiser son offre le plus tôt possible et espère que le Fonds sera coté et négocié plus tard ce trimestre.

Félicitations à toute l’équipe pour ce travail fructueux!

Article suivant

15 Oct 2019

Deux experts en fiscalité internationale de notre firme ont collaboré avec Le Devoir pour le dossier « Vieillir dans le Sud ».

Les experts s’entendent pour dire que passer six mois de l’année dans le Sud au moment de la retraite peut être avantageux, à la condition que ces longs séjours hors Québec soient bien planifiés.

Selon Martin Caron, directeur principal en fiscalité et mobilité internationale, « il faut voir selon la destination, entre le coût de la vie, la devise et le régime d’imposition. Il faut évaluer chaque situation au cas par cas, selon vos revenus et le pays que vous convoitez. On peut faire des simulations pour voir ce qui va vous rester en poche à la fin de l’année, au Canada et dans d’autres pays ».

Mélissa La Venia, avocate et directrice principale en fiscalité américaine et internationale, indique que « chaque individu doit prévoir avec son institution financière s’il va pouvoir garder son compte et ses investissements ».

Il faut tenir compte de plusieurs facteurs au moment de planifier vivre dans un autre pays : impôt de départ au Canada, résidence permanente versus résidence fiscale, régimes de retraite et autres actifs.

Mme La Venia ajoute qu’« il faut aussi regarder s’il y a une convention fiscale avec le pays d’accueil. Chaque convention est unique. Ces documents statuent sur les critères qui déterminent la résidence fiscale de tel ou tel individu ».

Consultez l’article en entier en ligne.

Pour bien planifier votre retraite au soleil, faites appel à nos experts en fiscalité et mobilité internationale.

Article suivant

11 Oct 2019

Raymond Chabot Grant Thornton a pris part au congrès de l’Association des Avocates et Avocats de province (AAP) tenu à Rouyn-Noranda du 26 au 29 septembre 2019.

Pier-Paul Belzil-Lacasse et Michel Thibault, tous deux associés et syndics autorisés en insolvabilité du Groupe redressement et insolvabilité étaient présents.

Coprésidé par Me Sandra Éthier et Me Bernard Barrette, le congrès se déroulait cette année sous le thème « Changer pour mieux réussir » et rassemblait quelque 130 avocats de partout au Québec.

Dans le cadre de ce rassemblement annuel qui offrait notamment une dizaine de formations aux inscrits, nos deux experts ont eux-mêmes offert deux formations sur les thèmes de la revue jurisprudentielle en insolvabilité et de la lecture des états financiers. Pier-Paul Belzil-Lacasse a d’ailleurs, au nom de la firme, prononcé le mot de bienvenue au cocktail.

Encore une fois, la firme était présente à cet important événement, ce qui témoigne de son leadership et de l’engagement de ses experts à travers le Québec à offrir des conseils judicieux et pratiques aux professionnels et aux décideurs.

L’AAP regroupe tous les avocats membres d’un barreau de section autre que le Barreau de Montréal, de Québec et de l’Outaouais afin de « défendre et promouvoir les intérêts des membres sur le plan professionnel, économique et social ».

Article suivant

10 Oct 2019

Un projet de loi déposé par le sénateur américain Marc Rubio permettrait aux Canadiens de 50 ans et plus de rester aux États-Unis huit mois au lieu de six.

Chaque hiver, plus d’un million de Québécois migrent vers les chaudes températures de la Floride. Ce projet de loi, s’il est adopté, permettrait à l’État de la Floride de profiter de revenus à la consommation plus importants.

« Si l’argent est dépensé dans une autre juridiction, les taxes sont dépensées là-bas et non ici », souligne Martin Caron, directeur principal en fiscalité et mobilité internationale.

Il précise que ce projet de loi ne devrait pas, en principe, avoir d’impact sur les impôts, mais bien sur les taxes.

« Prenez les deux mois supplémentaires multipliés par le nombre de personnes qui vont séjourner plus longtemps en Floride, vous obtiendrez des recettes de taxes de vente qui sont moins élevées pour le Canada et le Québec. »

Rappelons que, bien que la loi américaine soit susceptible de changer à cet égard, la législation québécoise, notamment en matière de soins de santé, demeurera pour le moment, inchangée.

Les Québécois, en ce qui a trait au Régime de l’assurance maladie du Québec, ne peuvent séjourner hors du Québec que pour une période de six mois consécutifs. Si le projet de loi américain est adopté, certaines dispositions au Québec pourraient être ajustées sur le plan fiscal, mais rien n’est confirmé à cet égard, tient à préciser M. Caron.

Pour planifier votre retraite au soleil, faites appel à nos experts en fiscalité et mobilité internationale.

Consultez cet article dans le Journal de Québec.