Stéphanie Nadeau
Conseillère principale | CRHA | Conseils en ressources humaines

Il est reconnu qu’une démarche en santé et qualité de vie au travail contribue à la productivité d’une organisation. Mais par où commencer?

Les problèmes familiaux et la situation parentale des employés devraient-ils faire partie des préoccupations de l’employeur? Lorsqu’il est question de la productivité d’un employé au travail, l’employeur se sent automatiquement concerné par la question. Toutefois, lorsqu’on aborde le sujet de la situation familiale, plusieurs soutiennent que cet enjeu n’est pas de leur ressort. Pourtant, il est prouvé qu’il y a corrélation directe entre l’état d’esprit d’un employé, souvent influencé par sa vie personnelle, et sa productivité au travail.

Bien sûr, il n’est pas question pour l’employeur d’intervenir dans les problèmes familiaux et personnels d’un employé, mais plutôt de poser des actions au sein de l’entreprise qui permettront aux employés de mieux concilier leur vie personnelle et leurs responsabilités professionnelles.

Lorsqu’on met en place des mesures de conciliation travail-famille, les études démontrent que les travailleurs sont plus motivés et plus satisfaits, améliorent leur productivité et s’absentent moins souvent. Si on évalue le tout en chiffres, selon le Groupe entreprises en santé, pour chaque dollar investi dans un programme de santé et de la qualité de vie au travail (SQVT), il y a un taux de rendement de 1,5 $ à 3,8 $. Un sondage mené par la firme Léger en janvier 2019 pour Concilivi tend à démontrer également que le sceau de reconnaissance en conciliation famille-travail représente un avantage concurrentiel pour les organisations qui le détiennent.

Sachant que les coûts associés au taux de roulement, au taux d’absentéisme au travail et à la non-productivité sont plus élevés qu’on ne peut le penser, l’impact de l’intégration d’un programme de SQVT dans votre entreprise n’est pas à négliger. Vous pouvez d’ailleurs calculer le coût lié au roulement du personnel de votre entreprise grâce à cet outil disponible sur le site web de l’Ordre des conseillers en ressources humaines.

Entreprendre une démarche de santé et qualité de vie au travail (SQVT)

Plutôt que de mettre en œuvre des mesures fragmentaires qui n’auront pas le même impact sur le personnel et sur l’organisation, nous suggérons une approche intégrée du bien-être au travail.

Une démarche intégrée

Une démarche intégrée de gestion du mieux-être au travail n’est pas l’affaire du responsable des ressources humaines ni du comité de santé et sécurité. C’est d’abord un projet porteur désiré par l’entrepreneur et l’ensemble des membres de la direction. L’idéal est d’ailleurs d’intégrer ce programme au plan stratégique de l’entreprise afin que celui-ci soit considéré comme un objectif d’affaires à court et à long terme.

Voici les étapes proposées dans le programme de démarche Santé et qualité de vie au travail (SQVT) que notre firme a mis sur pied pour accompagner les entreprises.

1. Nommer des responsables du projet

L’identification d’un responsable de démarche vous aidera dans ce processus. Ce dernier s’occupe d’animer les rencontres du comité SQVT, de définir les besoins de formation des membres du comité, de coordonner les activités de santé et mieux-être et d’en assurer le suivi.

Ensuite, vous nommerez un responsable de direction. En plus d’apporter son soutien au responsable de la démarche, son rôle est de veiller à promouvoir cette démarche auprès de l’équipe de direction, à mobiliser les gestionnaires qui ont un rôle clé et à faire approuver les interventions.

Finalement, vous mettrez en place un comité de SQVT au sein de votre équipe dont le mandat sera de choisir les activités du projet de santé et mieux-être en tenant compte des suggestions du personnel, des ressources et des priorités de l’entreprise ainsi que de promouvoir et de mettre en œuvre le projet SQVT.

2. Réaliser un sondage

Le sondage sert à identifier les améliorations à apporter pour le mieux-être des employés pour ensuite établir les actions à mettre en place. L’analyse de ce sondage permet de mieux comprendre les éléments qui préoccupent le plus vos employés. Il comporte quatre sphères qui sont reconnues pour avoir des répercussions positives sur la santé et le mieux-être en milieu de travail.

  • Les habitudes de vie et la gestion du stress;
  • La conciliation travail-vie personnelle;
  • Les pratiques de gestion;
  • L’environnement de travail.

3. L’analyse des résultats et l’élaboration d’un plan d’action

Pour obtenir une analyse des résultats objective, efficace et effectuée dans la confidentialité, n’hésitez pas à demander de l’aide externe pour vous accompagner dans la réalisation de ce projet. Grâce à cette étape importante, les enjeux prioritaires de santé et de qualité de vie de vos employés seront identifiés. Vous établirez ensuite des objectifs clairs et un plan d’action afin de répondre aux réels besoins de votre équipe.

Intégrer un programme SQVT sans vous ruiner

Selon une étude réalisée par Concilivi, 77 % des organisations ont mis en place des mesures de conciliation famille et travail à coût nul ou faible. Voici donc quelques exemples de mesures à adopter dans votre organisation sans investir des sommes astronomiques :

  • Offrir un horaire flexible ou allégé lorsque l’employé a la garde de ses enfants;
  • Permettre les échanges de quarts de travail en cas d’enjeu familial;
  • Permettre le télétravail ou la réorganisation des heures lors des journées pédagogiques ou lors de tempêtes de neige;
  • Autoriser les employés à récupérer leurs heures s’ils doivent s’absenter du travail et que le travail à la maison n’est pas possible pour l’emploi qu’ils occupent;
  • Permettre le fractionnement des vacances pour que l’employé puisse prendre les journées qui s’accordent le mieux avec sa vie de famille;
  • Diffuser des dépliants de ressources locales pouvant aider vos employés parents d’adolescents;
  • Proposer aux employés proches aidants des horaires flexibles qui s’adaptent à leur réalité de vie;
  • Mettre en place un programme d’aide aux employés (PAE) afin de les aider (soutien pour les employés aux prises avec des difficultés personnelles ou avec des problèmes de santé physique ou psychologique, consultations téléphoniques juridiques, financières, psychologiques, etc.).

Dans tous les cas, un programme de santé et qualité de vie au travail pour vos employés bien conçu et qui répond aux réels besoins de votre entreprise aura un impact positif sur l’état d’esprit de vos employés et, par le fait même, sur l’employeur et sur l’organisation. Pour vous aider à amorcer ou à consolider votre culture en santé et mieux-être au travail, nos conseillers sont outillés pour vous aider.

Nous avons mis sur pied un programme de démarche intégrée de SQVT, proposé aux entreprises de toutes tailles et de tous secteurs. Notre firme est d’ailleurs reconnue comme fournisseur, ambassadeur et entreprise engagée dans la démarche Entreprise en santé. Si vous souhaitez intégrer une telle démarche à votre organisation, nos accompagnateurs attestés par le Groupe entreprises en santé pourront vous guider. N’hésitez pas à communiquer avec notre équipe pour toute question.

11 Mai 2021  |  Écrit par :

Stéphanie Nadeau est experte en ressources humaines chez Raymond Chabot Grant Thornton. Communiquez...

Voir le profil

Article suivant

Eric Dufour
Vice-président, associé | FCPA, FCA | Conseil en management

Le financement occupe une place importante dans un projet de relève d’entreprise et peut faire la différence entre une transition réussie ou non.

Lorsqu’un entrepreneur songe à céder son entreprise, plusieurs points sont à considérer concernant l’aspect financier de la transaction :

  • Le prix demandé permet-il d’assurer la survie de l’entreprise à long terme?
  • Le cédant encaissera-t-il suffisamment d’argent pour assurer sa retraite?
  • La mise de fonds des repreneurs est-elle suffisante?
  • Le cédant devrait-il s’investir dans la structure de financement pour assurer la transaction?

Solde de prix de vente

La plupart du temps, la mise de fonds des repreneurs constitue une faible portion de la structure de financement du plan de relève (moins de 20 %). Elle sert notamment à maintenir une structure financière équilibrée. Lorsque la valeur de la transaction est faible, cette contribution peut convenir. Toutefois, si sa valeur dépasse plusieurs centaines de milliers de dollars, ce faible pourcentage peut devenir un obstacle majeur.

Le solde de prix de vente (balance de prix de vente), c’est-à-dire un financement du cédant, devient donc souvent la meilleure solution pour compléter une structure de financement. Le solde de prix de vente, souvent mal perçu, offre de la flexibilité dans la structure de financement et permet également au cédant de récupérer toute la valeur de son entreprise durant les premières années du plan de relève.

Compte tenu d’un niveau d’endettement élevé, les repreneurs doivent être aussi bons que leurs prédécesseurs. Dans ces circonstances, la flexibilité est un atout indéniable pour le succès du plan de relève. Une bonne planification stratégique visant une certaine croissance permettra également de porter plus facilement le fardeau lié au financement du patrimoine.

Faire le bon choix

L’obtention de financements en contexte de relève repose en grande partie sur la capacité de gestion des repreneurs. C’est pourquoi le transfert progressif de propriété devrait être un scénario à privilégier. Non seulement il permet aux repreneurs de prendre graduellement de l’expérience et de l’assurance en tant que gestionnaires, mais il sécurise également les créanciers en assurant la continuité dans les opérations et la gestion de l’entreprise. Enfin, il octroie aux repreneurs une participation évolutive par rapport aux rendements futurs de l’entreprise et permet de préserver le capital du cédant durant la période de transition.

La faisabilité du plan de relève

Généralement, le temps qu’un cédant récupère l’entière valeur de son entreprise varie entre quatre et dix ans, et ce, selon plusieurs facteurs, dont :

  • le secteur d’activité;
  • la valeur des garanties disponibles;
  • les fonds générés historiques et futurs de l’entreprise;
  • la capacité financière des repreneurs;
  • les compétences des repreneurs et la solidité de leur plan de relève.

Le diagnostic de relève d’entreprise s’avère un outil très efficace qui éclaire sur ces facteurs et, par la même occasion, confirme aux deux parties la faisabilité du plan de relève.

En conclusion, plusieurs scénarios de financement sont possibles et il est capital de se questionner sur les attentes des parties afin de proposer une structure financière respectueuse et optimale. N’hésitez pas à communiquer avec nos équipes d’experts. Ils sauront vous accompagner et contribuer à la réussite de cette importante étape de la vie de votre entreprise.

07 Mai 2021  |  Écrit par :

Éric Dufour est vice-président de la région du Saguenay-Lac-St-Jean au sein de Raymond Chabot...

Voir le profil

Article suivant

Francis Boucher
Associé | CPA, CA, EEE | Conseils financiers

Évitez les pièges en calculant le coût de revient car il revêt une importance capitale pour toute entreprise et permet d’améliorer la rentabilité.

En constante évolution les entreprises devront s’outiller mieux que jamais pour garder le cap et consolider leurs exploitations au cours des prochains mois. Les gestionnaires se doivent d’avoir en main l’ensemble de l’information nécessaire afin de prendre des décisions éclairées et d’assurer la performance financière de l’entreprise.

Qu’est-ce que le coût de revient?

Par définition, le coût de revient est la somme de toutes les dépenses nécessaires à la production d’un bien et à la finalisation d’un service. Son calcul sert à:

  • maîtriser les coûts et éviter de vendre à perte;
  • identifier les produits et services rentables;
  • prendre des décisions stratégiques éclairées.

Pourquoi établir le coût de revient?

Connaître et maîtriser le coût de revient de ses services procure plusieurs avantages, soit :

  • déterminer le prix de vente des services;
  • prendre des décisions éclairées sur les contrats (car dans son processus de négociation avec le client, le gestionnaire est davantage en mesure de comprendre les marges disponibles);
  • reconnaître les services rentables et ceux qui ne le sont pas.

Dans plusieurs entreprises, le coût de revient est un outil de gestion négligé, soit par manque de temps, soit par manque de connaissances.

Ainsi, beaucoup de gestionnaires naviguent en eaux troubles et ne peuvent s’appuyer sur le coût de revient dans les nombreuses décisions stratégiques qu’ils doivent prendre.

Voici des éléments qui démontrent que vous auriez besoin de mettre à jour ou de revoir votre coût de revient :

  • Vous avez dû revoir vos priorités à cause de la pandémie;
  • Votre coût de revient a été mis à jour il y a plus d’un an;
  • Vous avez effectué des changements importants au sein de votre entreprise;
  • Vous avez élargi votre gamme de produits ou services et vous ne savez pas à quel prix vendre vos nouveaux produits ou services;
  • Vous n’êtes pas sûr d’avoir inclus tous les coûts pertinents dans votre coût de revient;
  • Votre marge de profit réelle ne reflète pas la marge de profit estimée au moment de la soumission.

Comment calculer le coût de revient

Afin d’évaluer le coût de revient d’un service, il faut comprendre que celui-ci est composé de plusieurs éléments :

  • Salaires;
  • Sous-traitance;
  • Frais d’exploitation;
  • Frais de vente;
  • Frais d’administration.

Lors de l’établissement du coût de revient, un des pièges les plus communs est d’évaluer le taux horaire d’une ressource en fonction des heures travaillées au lieu de prendre en considération les heures productives (vacances et autres jours de congé, pauses et formations).

Par exemple, si l’on considère un employé au taux horaire de 25,00 $ incluant les avantages sociaux, cela équivaut à un salaire annuel avec avantages sociaux de 52 000 $ par année. Cette charge annuelle considérée en fonction du nombre d’heures productives par année (52 000 $/1 660 heures pour notre exemple) donne un taux horaire productif de 31,33 $. C’est ce taux qui devrait être pris en compte lors de l’évaluation d’un contrat de service et non le taux horaire de 25,00 $.

Au cours de l’évaluation du coût de revient de vos services, vous serez confronté à plusieurs pièges. Un de ceux à éviter serait de remettre le projet à plus tard ou d’attendre d’obtenir de l’information précise à 100 % afin d’établir le coût de revient. N’oubliez pas que, comme votre entreprise, le coût de revient est un processus en constante évolution.

Afin de ne rien omettre et d’établir vos stratégies sur des données justes, communiquez avec nos experts. Ils seront heureux de mettre à profit leur expertise pour la relance et la pérennité de votre organisation.

07 Mai 2021  |  Écrit par :

Francis Boucher est expert en conseils financiers au sein de Raymond Chabot Grant Thornton.

Voir le profil

Article suivant

Mathieu Gauthier
Directeur principal | Conseils financiers

Vous avez un projet de croissance pour votre entreprise et vous êtes prêt à investir? Voici comment maximiser vos chances de financement.

Après une réflexion stratégique pour votre entreprise, vous avez trouvé le projet qui vous permettra d’atteindre votre objectif de croissance : achat d’une autre entreprise, construction d’un nouveau bâtiment, transformation 4.0, hypercroissance de vos opérations… Un emprunt auprès d’un partenaire financier sera sans doute nécessaire.
Le processus de demande de financement peut sembler facile, mais plusieurs étapes préalables sont requises pour assurer que votre demande soit bien comprise et approuvée.

Bien présenter votre projet à votre partenaire financier

Discuter avec le prêteur des grandes lignes de votre projet

La première étape est d’organiser un simple appel avec le représentant de votre partenaire financier. Cela peut paraître simple, mais cette étape vous aidera grandement à préparer le reste de votre projet. L’objectif de cet appel est de discuter avec le prêteur des grandes lignes de votre projet et de lui demander quelles sont les informations dont il aura besoin pour analyser une demande formelle de prêt.

Savoir quelles informations inclure dans votre demande

Une liste plus ou moins longue d’informations vous sera demandée selon votre relation avec le prêteur. Si vous êtes un client de longue date et que vous avez des interactions quelques fois par année avec votre prêteur, l’information requise touchera principalement votre projet. Si vous avez peu de contacts avec votre prêteur ou que vous êtes un nouveau client, davantage d’informations concernant l’entreprise et son historique seront requises.

Prévoir un échéancier

Profitez de votre appel pour établir un échéancier avec votre prêteur. À partir du moment où vous lui aurez remis toute l’information, combien de temps sera nécessaire avant d’aborder les étapes suivantes, soit la proposition de financement, l’approbation finale et le déboursement des fonds?

Si votre projet est bien structuré et que vous êtes en mesure de répondre aux interrogations de vos partenaires financiers, vous les mettrez en confiance et pourrez diminuer les délais du processus de financement.

Petit, moyen ou grand projet : évaluer tous les coûts

Tenir compte de tous les frais

La taille de votre projet va fort probablement influencer votre montage financier, et parfois même le nombre de prêteurs qui y participeront. Il est donc important de bien détailler les coûts reliés à votre projet, y compris les frais indirects. Par exemple, lors de l’achat d’un nouvel équipement, il faut considérer les frais de transport, d’installation, de disposition de l’ancien équipement, de formation de la main-d’œuvre et du prix d’acquisition.

Inclure les imprévus dans votre montage financier

Pour vous assurer de pouvoir faire face à des imprévus et de ne pas manquer de fonds pour réaliser votre projet, l’ajout d’une contingence dans vos coûts de projet est essentiel. Généralement, une contingence de 10% de l’ensemble de votre projet est suffisante pour vous assurer une certaine flexibilité en cours de route.

Maîtriser les chiffres

La majorité des informations requises par les prêteurs sont de nature financière; il serait donc important que vous maîtrisiez les chiffres de votre entreprise. Deux éléments seront particulièrement importants dans l’analyse de votre demande.

1. Évaluer votre capacité de remboursement

Votre capacité de remboursement est établie en fonction des fonds générés par les activités de votre entreprise qui sont disponibles pour couvrir vos obligations financières. Un des termes les plus utilisés dans le jargon bancaire est le BAIIA (bénéfice avant impôts, intérêts et amortissement). Le BAIIA est utilisé pour établir les fonds disponibles pour le remboursement de vos emprunts. Pour supporter un nouvel emprunt, votre entreprise devra générer suffisamment de fonds pour couvrir la totalité de vos paiements en capital et intérêts.

Estimer la profitabilité future

Il peut arriver que vos résultats historiques ne supportent pas l’ajout d’un nouveau prêt, mais que la réalisation du projet augmente la profitabilité future de votre entreprise. Il est fréquent pour un entrepreneur d’évaluer la croissance projetée en fonction de l’augmentation du chiffre d’affaires. Cependant, un prêteur sera plutôt intéressé par la croissance de la profitabilité (donc des fonds générés). Des ventes supplémentaires de 1 million $ qui ne créent pas d’augmentation du BAIIA n’aideront pas à l’approbation de votre demande de financement.

Certains partenaires financiers spécialisés se baseront uniquement sur votre capacité à générer des fonds pour évaluer votre demande de financement, sans tenir compte des garanties offertes par l’entreprise. Donc, la compréhension de l’impact de votre projet sur la profitabilité sera cruciale.

2. Connaître le fonds de roulement nécessaire

Le second élément à prendre en considération est le fonds de roulement de votre entreprise. Il est possible que le prêteur exige une mise de fonds de votre entreprise pour la réalisation du projet. Ces fonds vont souvent être prélevés directement des liquidités de l’entreprise. Pour connaître le montant maximal que vous pourrez utiliser à titre de mise de fonds, il vous faut connaître le fonds de roulement minimal nécessaire aux opérations de votre entreprise. En vous basant sur les variations historiques de vos liquidités, il sera possible pour vous d’établir un seuil minimal de liquidités servant à soutenir vos opérations. Les montants additionnels, nommés liquidités excédentaires, pourront être utilisés pour votre mise de fonds requise.

Réaliser des prévisions financières

Afin de vous aider à bien évaluer l’impact positif et les synergies de votre projet sur l’entreprise ainsi que vos besoins opérationnels en fonds de roulement, il sera important de réaliser des prévisions financières. Ces prévisions sont d’abord un outil vous permettant de valider vos choix dans la réalisation de vos projets. Elles serviront également de support aux informations fournies à vos partenaires financiers.

Évaluer vos garanties

Bien que votre entreprise ait connu de bons résultats historiques, elle n’est pas à l’abri d’une mauvaise année ou de situations pouvant affecter sa profitabilité. Afin de minimiser le risque de perte sur son prêt, le prêteur pourrait exiger de la part de l’entreprise des garanties tangibles. Le niveau de garantie disponible influencera directement la tarification du prêt.

Obtenir le rapport d’un évaluateur agréé

Les garanties disponibles représentent aussi un atout important pour une entreprise lors d’une demande de prêt. Les actifs tangibles de l’entreprise peuvent offrir un effet de levier dans votre montage financier. Afin de maximiser l’effet de levier disponible sur l’actif, il peut être nécessaire de faire préparer un rapport d’évaluation de la valeur marchande par un évaluateur agréé. Dans la majorité des cas, la valeur marchande d’un actif est supérieure à sa valeur comptable (valeur présentée dans les états financiers).

Important : dans vos communications avec votre prêteur, assurez-vous que celui-ci vous fournisse une liste d’évaluateurs agréés accrédités par votre partenaire financier. Certains prêteurs tiendront compte uniquement des rapports d’évaluateurs accrédités.

Lorsque l’entreprise présente peu de garanties tangibles, le prêteur pourrait demander un cautionnement personnel de l’actionnaire. Cette caution est souvent une source d’inquiétude pour l’entrepreneur face à son patrimoine personnel. Le but premier du prêteur avec un cautionnement personnel est de s’assurer que l’entrepreneur fera tout son possible pour redresser la situation financière de l’entreprise en cas de problèmes financiers. Le cautionnement représente une sécurité supplémentaire pour le prêteur afin que les efforts nécessaires soient faits par l’entrepreneur pour maintenir les opérations de l’entreprise et rembourser son prêt.

En suivant ces étapes, vous serez en mesure de présenter une demande de financement complète auprès des partenaires financiers et vous maximiserez vos probabilités de succès.

Le soutien d’une équipe expérimentée est un atout qui rassure les partenaires. De plus, s’entourer d’experts permet d’éviter de commettre des erreurs qui, en fin de compte, pourraient être coûteuses pour vous. Notre équipe en conseils financiers possède l’expertise pour vous accompagner tout au long du processus de financement de vos projets, de la planification initiale de votre demande jusqu’à la réception de votre financement.

04 Mai 2021  |  Écrit par :

Mathieu Gauthier est expert en conseils financiers au sein de Raymond Chabot Grant Thornton.

Voir le profil