Francis Boucher
Associé | CPA, CA, EEE | Conseils financiers

Évitez les pièges en calculant le coût de revient car il revêt une importance capitale pour toute entreprise et permet d’améliorer la rentabilité.

En constante évolution les entreprises devront s’outiller mieux que jamais pour garder le cap et consolider leurs exploitations au cours des prochains mois. Les gestionnaires se doivent d’avoir en main l’ensemble de l’information nécessaire afin de prendre des décisions éclairées et d’assurer la performance financière de l’entreprise.

Qu’est-ce que le coût de revient?

Par définition, le coût de revient est la somme de toutes les dépenses nécessaires à la production d’un bien et à la finalisation d’un service. Son calcul sert à:

  • maîtriser les coûts et éviter de vendre à perte;
  • identifier les produits et services rentables;
  • prendre des décisions stratégiques éclairées.

Pourquoi établir le coût de revient?

Connaître et maîtriser le coût de revient de ses services procure plusieurs avantages, soit :

  • déterminer le prix de vente des services;
  • prendre des décisions éclairées sur les contrats (car dans son processus de négociation avec le client, le gestionnaire est davantage en mesure de comprendre les marges disponibles);
  • reconnaître les services rentables et ceux qui ne le sont pas.

Dans plusieurs entreprises, le coût de revient est un outil de gestion négligé, soit par manque de temps, soit par manque de connaissances.

Ainsi, beaucoup de gestionnaires naviguent en eaux troubles et ne peuvent s’appuyer sur le coût de revient dans les nombreuses décisions stratégiques qu’ils doivent prendre.

Voici des éléments qui démontrent que vous auriez besoin de mettre à jour ou de revoir votre coût de revient :

  • Vous avez dû revoir vos priorités à cause de la pandémie;
  • Votre coût de revient a été mis à jour il y a plus d’un an;
  • Vous avez effectué des changements importants au sein de votre entreprise;
  • Vous avez élargi votre gamme de produits ou services et vous ne savez pas à quel prix vendre vos nouveaux produits ou services;
  • Vous n’êtes pas sûr d’avoir inclus tous les coûts pertinents dans votre coût de revient;
  • Votre marge de profit réelle ne reflète pas la marge de profit estimée au moment de la soumission.

Comment calculer le coût de revient

Afin d’évaluer le coût de revient d’un service, il faut comprendre que celui-ci est composé de plusieurs éléments :

  • Salaires;
  • Sous-traitance;
  • Frais d’exploitation;
  • Frais de vente;
  • Frais d’administration.

Lors de l’établissement du coût de revient, un des pièges les plus communs est d’évaluer le taux horaire d’une ressource en fonction des heures travaillées au lieu de prendre en considération les heures productives (vacances et autres jours de congé, pauses et formations).

Par exemple, si l’on considère un employé au taux horaire de 25,00 $ incluant les avantages sociaux, cela équivaut à un salaire annuel avec avantages sociaux de 52 000 $ par année. Cette charge annuelle considérée en fonction du nombre d’heures productives par année (52 000 $/1 660 heures pour notre exemple) donne un taux horaire productif de 31,33 $. C’est ce taux qui devrait être pris en compte lors de l’évaluation d’un contrat de service et non le taux horaire de 25,00 $.

Au cours de l’évaluation du coût de revient de vos services, vous serez confronté à plusieurs pièges. Un de ceux à éviter serait de remettre le projet à plus tard ou d’attendre d’obtenir de l’information précise à 100 % afin d’établir le coût de revient. N’oubliez pas que, comme votre entreprise, le coût de revient est un processus en constante évolution.

Afin de ne rien omettre et d’établir vos stratégies sur des données justes, communiquez avec nos experts. Ils seront heureux de mettre à profit leur expertise pour la relance et la pérennité de votre organisation.

07 Mai 2021  |  Écrit par :

Francis Boucher est expert en conseils financiers au sein de Raymond Chabot Grant Thornton.

Voir le profil

Article suivant

Mathieu Gauthier
Directeur principal | Conseils financiers

Vous avez un projet de croissance pour votre entreprise et vous êtes prêt à investir? Voici comment maximiser vos chances de financement.

Après une réflexion stratégique pour votre entreprise, vous avez trouvé le projet qui vous permettra d’atteindre votre objectif de croissance : achat d’une autre entreprise, construction d’un nouveau bâtiment, transformation 4.0, hypercroissance de vos opérations… Un emprunt auprès d’un partenaire financier sera sans doute nécessaire.
Le processus de demande de financement peut sembler facile, mais plusieurs étapes préalables sont requises pour assurer que votre demande soit bien comprise et approuvée.

Bien présenter votre projet à votre partenaire financier

Discuter avec le prêteur des grandes lignes de votre projet

La première étape est d’organiser un simple appel avec le représentant de votre partenaire financier. Cela peut paraître simple, mais cette étape vous aidera grandement à préparer le reste de votre projet. L’objectif de cet appel est de discuter avec le prêteur des grandes lignes de votre projet et de lui demander quelles sont les informations dont il aura besoin pour analyser une demande formelle de prêt.

Savoir quelles informations inclure dans votre demande

Une liste plus ou moins longue d’informations vous sera demandée selon votre relation avec le prêteur. Si vous êtes un client de longue date et que vous avez des interactions quelques fois par année avec votre prêteur, l’information requise touchera principalement votre projet. Si vous avez peu de contacts avec votre prêteur ou que vous êtes un nouveau client, davantage d’informations concernant l’entreprise et son historique seront requises.

Prévoir un échéancier

Profitez de votre appel pour établir un échéancier avec votre prêteur. À partir du moment où vous lui aurez remis toute l’information, combien de temps sera nécessaire avant d’aborder les étapes suivantes, soit la proposition de financement, l’approbation finale et le déboursement des fonds?

Si votre projet est bien structuré et que vous êtes en mesure de répondre aux interrogations de vos partenaires financiers, vous les mettrez en confiance et pourrez diminuer les délais du processus de financement.

Petit, moyen ou grand projet : évaluer tous les coûts

Tenir compte de tous les frais

La taille de votre projet va fort probablement influencer votre montage financier, et parfois même le nombre de prêteurs qui y participeront. Il est donc important de bien détailler les coûts reliés à votre projet, y compris les frais indirects. Par exemple, lors de l’achat d’un nouvel équipement, il faut considérer les frais de transport, d’installation, de disposition de l’ancien équipement, de formation de la main-d’œuvre et du prix d’acquisition.

Inclure les imprévus dans votre montage financier

Pour vous assurer de pouvoir faire face à des imprévus et de ne pas manquer de fonds pour réaliser votre projet, l’ajout d’une contingence dans vos coûts de projet est essentiel. Généralement, une contingence de 10% de l’ensemble de votre projet est suffisante pour vous assurer une certaine flexibilité en cours de route.

Maîtriser les chiffres

La majorité des informations requises par les prêteurs sont de nature financière; il serait donc important que vous maîtrisiez les chiffres de votre entreprise. Deux éléments seront particulièrement importants dans l’analyse de votre demande.

1. Évaluer votre capacité de remboursement

Votre capacité de remboursement est établie en fonction des fonds générés par les activités de votre entreprise qui sont disponibles pour couvrir vos obligations financières. Un des termes les plus utilisés dans le jargon bancaire est le BAIIA (bénéfice avant impôts, intérêts et amortissement). Le BAIIA est utilisé pour établir les fonds disponibles pour le remboursement de vos emprunts. Pour supporter un nouvel emprunt, votre entreprise devra générer suffisamment de fonds pour couvrir la totalité de vos paiements en capital et intérêts.

Estimer la profitabilité future

Il peut arriver que vos résultats historiques ne supportent pas l’ajout d’un nouveau prêt, mais que la réalisation du projet augmente la profitabilité future de votre entreprise. Il est fréquent pour un entrepreneur d’évaluer la croissance projetée en fonction de l’augmentation du chiffre d’affaires. Cependant, un prêteur sera plutôt intéressé par la croissance de la profitabilité (donc des fonds générés). Des ventes supplémentaires de 1 million $ qui ne créent pas d’augmentation du BAIIA n’aideront pas à l’approbation de votre demande de financement.

Certains partenaires financiers spécialisés se baseront uniquement sur votre capacité à générer des fonds pour évaluer votre demande de financement, sans tenir compte des garanties offertes par l’entreprise. Donc, la compréhension de l’impact de votre projet sur la profitabilité sera cruciale.

2. Connaître le fonds de roulement nécessaire

Le second élément à prendre en considération est le fonds de roulement de votre entreprise. Il est possible que le prêteur exige une mise de fonds de votre entreprise pour la réalisation du projet. Ces fonds vont souvent être prélevés directement des liquidités de l’entreprise. Pour connaître le montant maximal que vous pourrez utiliser à titre de mise de fonds, il vous faut connaître le fonds de roulement minimal nécessaire aux opérations de votre entreprise. En vous basant sur les variations historiques de vos liquidités, il sera possible pour vous d’établir un seuil minimal de liquidités servant à soutenir vos opérations. Les montants additionnels, nommés liquidités excédentaires, pourront être utilisés pour votre mise de fonds requise.

Réaliser des prévisions financières

Afin de vous aider à bien évaluer l’impact positif et les synergies de votre projet sur l’entreprise ainsi que vos besoins opérationnels en fonds de roulement, il sera important de réaliser des prévisions financières. Ces prévisions sont d’abord un outil vous permettant de valider vos choix dans la réalisation de vos projets. Elles serviront également de support aux informations fournies à vos partenaires financiers.

Évaluer vos garanties

Bien que votre entreprise ait connu de bons résultats historiques, elle n’est pas à l’abri d’une mauvaise année ou de situations pouvant affecter sa profitabilité. Afin de minimiser le risque de perte sur son prêt, le prêteur pourrait exiger de la part de l’entreprise des garanties tangibles. Le niveau de garantie disponible influencera directement la tarification du prêt.

Obtenir le rapport d’un évaluateur agréé

Les garanties disponibles représentent aussi un atout important pour une entreprise lors d’une demande de prêt. Les actifs tangibles de l’entreprise peuvent offrir un effet de levier dans votre montage financier. Afin de maximiser l’effet de levier disponible sur l’actif, il peut être nécessaire de faire préparer un rapport d’évaluation de la valeur marchande par un évaluateur agréé. Dans la majorité des cas, la valeur marchande d’un actif est supérieure à sa valeur comptable (valeur présentée dans les états financiers).

Important : dans vos communications avec votre prêteur, assurez-vous que celui-ci vous fournisse une liste d’évaluateurs agréés accrédités par votre partenaire financier. Certains prêteurs tiendront compte uniquement des rapports d’évaluateurs accrédités.

Lorsque l’entreprise présente peu de garanties tangibles, le prêteur pourrait demander un cautionnement personnel de l’actionnaire. Cette caution est souvent une source d’inquiétude pour l’entrepreneur face à son patrimoine personnel. Le but premier du prêteur avec un cautionnement personnel est de s’assurer que l’entrepreneur fera tout son possible pour redresser la situation financière de l’entreprise en cas de problèmes financiers. Le cautionnement représente une sécurité supplémentaire pour le prêteur afin que les efforts nécessaires soient faits par l’entrepreneur pour maintenir les opérations de l’entreprise et rembourser son prêt.

En suivant ces étapes, vous serez en mesure de présenter une demande de financement complète auprès des partenaires financiers et vous maximiserez vos probabilités de succès.

Le soutien d’une équipe expérimentée est un atout qui rassure les partenaires. De plus, s’entourer d’experts permet d’éviter de commettre des erreurs qui, en fin de compte, pourraient être coûteuses pour vous. Notre équipe en conseils financiers possède l’expertise pour vous accompagner tout au long du processus de financement de vos projets, de la planification initiale de votre demande jusqu’à la réception de votre financement.

04 Mai 2021  |  Écrit par :

Mathieu Gauthier est expert en conseils financiers au sein de Raymond Chabot Grant Thornton.

Voir le profil

Article suivant

« Ayez confiance. » C’est un message d’espoir que Me Lucien Bouchard a transmis aux gens d’affaires lors d’une rencontre avec le président de notre firme.

Tout en reconnaissant que nous traversons une période très difficile, remplie d’incertitude, l’ancien premier ministre du Québec juge que les entrepreneurs et la population en général ont tout lieu de rester optimistes.

« Il va y avoir une reprise qui pourrait être extraordinaire. Si l’on s’assure que les conditions sont mises en place, on bénéficiera d’une vraie relance », a dit Me Bouchard lors de ce tête-à-tête avec Emilio B. Imbriglio, président et chef de la direction de notre firme.

Me Bouchard se garde de prétendre lire dans une boule de cristal, mais, lorsqu’il sera de nouveau possible de socialiser, de travailler davantage en présentiel, de voyager, de faire des sorties culturelles et au restaurant en toute liberté, il prévoit « un mouvement d’enthousiasme » dans la population. « Et ce sera pareil sur le plan économique », a mentionné Me Bouchard, associé au cabinet d’avocats Davies Ward Phillips & Vineberg.

Son message aux entrepreneurs et aux jeunes est clair : il faut avoir confiance, être bien préparé et avoir la capacité de s’adapter. C’est la clé pour affronter les situations difficiles qui ne manquent pas de survenir dans la vie d’une entreprise, a d’ailleurs souligné Emilio B. Imbriglio.

Le Québec et le Canada regorgent de richesses et sont remplis de promesses, a insisté Me Bouchard. « Pour l’avenir de nos jeunes, c’est formidable! » a-t-il lancé.

Bien que notre économie soit en bonne position pour rebondir, il reconnaît que la situation des finances publiques soulève beaucoup de questionnements à l’heure actuelle. La donne a changé avec la pandémie et l’équilibre budgétaire n’est plus la priorité du moment.

« On comprend que les gouvernements sont actuellement incapables de prédire le retour à l’équilibre budgétaire. C’est donc une tout autre sorte de gestion financière qui sera requise au chapitre des finances publiques. Elle ne manquera pas d’être délicate », a-t-il précisé.

« Cela dit, il faut avoir confiance, car, depuis 2008, le monde de la finance internationale a appris à travailler en cohésion. »

Du même souffle, il souhaite que les gouvernements veillent à ne pas compromettre la relance économique en alourdissant le fardeau fiscal des entreprises et des particuliers.

Une leçon de leadership

Selon Me Bouchard, la pandémie de COVID-19 permet d’en apprendre beaucoup sur soi-même et nous rappelle à quel point les relations humaines sont capitales. C’est pourquoi il est essentiel de soigner nos liens avec nos proches et nos collègues. « La qualité de la chimie d’une équipe, c’est fondamental. »

La pandémie fait aussi ressortir toute l’importance du leadership. Me Bouchard salue l’assurance avec laquelle le premier ministre François Legault manœuvre dans cette crise, « qui est très différente de celle du verglas » que Lucien Bouchard a gérée lorsqu’il dirigeait l’État, en janvier 1998.

Pour lui, François Legault est « l’homme de l’heure ». Il était « bien préparé et prêt à assumer ces responsabilités » à la suite de ses expériences dans le secteur privé et en politique, où il a vécu « sa traversée du désert ». Par son niveau de préparation, son ardeur au travail et son sens pratique, M. Legault est un modèle de leadership, estime Me Bouchard.

« Les principales qualités d’un dirigeant d’entreprise, c’est d’être très bien préparé, d’avoir une grande capacité de communication et d’écoute, de rester calme » et de surmonter les difficultés avec une approche stratégique, a rappelé pour sa part Emilio B. Imbriglio.

Plusieurs grands enjeux

La pandémie a accéléré certaines tendances qui émergeaient déjà au sein des entreprises, comme le virage numérique dans le commerce de détail.

« Le virage numérique va s’accroître, c’est inévitable. Mais est-ce que tout le commerce traditionnel va disparaître (au profit du commerce en ligne)? Pas forcément. Il ne faut jamais oublier l’aspect humain », a dit Me Bouchard, qui croit que les consommateurs voudront toujours être conseillés en personne et visualiser certains achats sur place.

Me Bouchard a également abordé plusieurs autres enjeux d’importance lors de notre webinaire, dont les relations canado-américaines. « Il faut rétablir les liens d’amitié (avec les États-Unis), et que cela se traduise par des avantages économiques », a-t-il insisté, en rappelant la bonne entente qui régnait entre le premier ministre Brian Mulroney et les présidents républicains dans les années 1980.

L’environnement est un autre enjeu « critique », selon lui. « Cette préoccupation débouchera sur des solutions qui vont nécessiter des investissements considérables. » Cependant, c’est tout un défi de s’attaquer de front aux enjeux climatiques et de poursuivre en même temps la croissance économique. « Il faudra davantage compter sur la science, car c’est elle qui va nous permettre de développer des énergies vraiment renouvelables et économiques. »

Autre enjeu clé : la diversité. « Nous avons besoin d’immigrants. Il va falloir accepter l’interculturalisme, le pratiquer et le gérer convenablement », a-t-il souligné.

Quant à la présence des femmes dans des postes de décision, il voit des progrès et une réelle volonté de leur faire de plus en plus de place. Néanmoins, il ne pense pas que l’imposition de mesures coercitives (comme des quotas) soit la solution la plus efficace pour augmenter la représentation féminine. Il estime que l’équilibre « va résulter en grande partie de la création d’une masse critique de femmes qualifiées, un phénomène présentement indéniable et extrêmement positif ».

Article suivant

La situation financière de votre entreprise se détériore? Envisagez une restructuration afin de retrouver la voie de la rentabilité.

L’important est de ne pas attendre que la situation dégénère. Soyez proactif et réagissez avant qu’il ne soit trop tard.

Pour réagir de façon appropriée et à temps, vous devez être à l’affût des signaux d’alarme, sans les minimiser. Ces signes avant-coureurs sont multiples : croissance rapide, baisse de rentabilité ou pertes répétées, perte d’un client important, problème de qualité majeur, systèmes financiers peu performants, etc.

Ces événements de vie d’une entreprise, lorsqu’ils ne sont pas traités de manière adéquate, aboutissent à un manque de liquidités, dont les conséquences sont nombreuses :

  • difficulté à payer les factures et les salaires;
  • non-respect des conditions de financement;
  • ratios financiers qui se dégradent;
  • information financière de l’entreprise manquant de précision et qui n’est pas à jour;
  • taux de roulement du personnel en forte augmentation.

Il est important de rester à l’affût des signes avant-coureurs et d’agir le plus promptement possible pour éviter une crise de liquidités majeure. Plus le temps passe, moins il y a d’outils pour aider l’entreprise.

Poser un diagnostic

Avant tout, il faut faire le point et poser un diagnostic réaliste de la situation.

1- Analyser la situation

Analysez la situation opérationnelle par activité ainsi que la structure financière. Cet exercice vous aidera à repérer l’origine de vos problèmes. Il faut tout vérifier, service par service, employé par employé, en révisant au besoin les dépenses, les tâches et les processus opérationnels. Vérifiez également que votre équipement est en bon état de marche et performant.

2- Consulter les employés

N’oubliez pas de consulter vos employés : ils vous renseigneront sur certaines lacunes et vous proposeront des solutions.

3- Établir les prévisions d’encaisse

Ensuite, établissez des prévisions d’encaisse à court terme (trois mois) ainsi que votre capacité d’emprunt. Le nerf de la guerre dans une restructuration, ce sont les liquidités, car elles vous donneront le temps nécessaire pour redresser votre entreprise. Ces prévisions à très court terme sont cruciales. Elles vous indiqueront le délai à l’intérieur duquel vous devrez agir avant que les fonds manquent.

4- Évaluer la viabilité à long terme

Enfin, évaluez la viabilité à long terme de votre entreprise en établissant des prévisions financières mensuelles (pour la première année) et annuelles. Envisagez différents scénarios : ils serviront à déterminer votre marge de manœuvre et à intervenir pour dégager une marge suffisante, au besoin.

Demander de l’aide

Une restructuration est une opération complexe et exigeante. Vous en aurez plein les bras à gérer les urgences et les activités quotidiennes.

Faites-vous accompagner par un expert

Ainsi, il est hautement recommandé de vous faire accompagner par des spécialistes en restructuration. Ils analyseront votre situation avec le recul nécessaire et vous guideront efficacement dans une démarche qui est sans doute nouvelle pour vous.

Entourez-vous d’une équipe de gestion de crise

Parallèlement, formez une équipe de gestion de crise et simplifiez la gouvernance pour être plus agile.

Assurez-vous du soutien de votre banquier

Autre point clé : communiquez rapidement avec votre banquier. Expliquez-lui ce qui se passe et parlez-lui de votre stratégie pour redresser la situation. Assurez-vous d’obtenir son soutien.

Portez attention à vos partenaires

De même, portez une attention spéciale aux relations et aux communications avec vos fournisseurs, vos clients et vos employés. Ce sont des acteurs clés dans la réussite de votre restructuration.

Les clés de la réussite d’une restructuration incluent la rapidité des actions, le fait de ne pas être complaisant et de s’attaquer aux vrais problèmes, ainsi que la fluidité des communications avec tous les intervenants.

Mesures de restructuration

Ensuite, vous devrez élaborer et mettre en œuvre diverses mesures de redressement. Elles sont de nature opérationnelle ou financière.

Mesures opérationnelles :

  • Révision du plan d’affaires;
  • Réduction des dépenses, en passant au peigne fin chaque service de l’entreprise. Attention de bien analyser l’impact de chaque réduction. Par exemple, quel sera l’effet d’une diminution de votre budget de publicité sur vos ventes?
  • Fermeture des divisions non rentables, après une analyse détaillée de la rentabilité de chacune de celles-ci;
  • Analyse de la rentabilité des contrats en vue de résilier ou de modifier ceux qui ne sont pas rentables. Par exemple, vous pourriez réduire le nombre de produits vendus à un client pour ne conserver que ceux qui sont rentables;
  • Abandon d’un produit ou d’un service non rentable ou marginal pour vos objectifs d’affaires;
  • Révision de vos processus opérationnels;
  • Renégociation des baux de vos locaux;
  • Négociation de nouvelles conditions d’emploi ou conventions collectives avec les employés.

Pour que ces mesures soient efficaces, établissez un plan d’action et des objectifs précis, faites des suivis périodiques et modifiez votre plan au besoin.

Notez que les mises à pied, ainsi que la résiliation d’ententes commerciales ou de baux commerciaux, peuvent être très coûteuses et compromettre la restructuration de vos activités.

Mesures financières :

  • Révision de la gestion du fonds de roulement afin de dégager des liquidités rapidement pour avoir le temps de restructurer l’entreprise. Cherchez à allonger les délais de paiement aux fournisseurs et à réduire les délais de paiement de vos clients (par exemple, en leur offrant des rabais);
  • Restructuration de la dette, en renégociant le remboursement des prêts sur une plus longue période et les taux d’intérêt;
  • Vente de surplus d’actifs et liquidation de stocks excédentaires.

Deux approches de restructuration

Il faut s’entendre avec ses créanciers plutôt que de faire faillite si l’on veut assurer la continuité de l’entreprise.

Deux approches sont possibles :

  • l’approche informelle, hors des procédures légales;
  • l’approche formelle, dans le cadre de la Loi sur la faillite et l’insolvabilité (LFI) ou de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies (LACC).

Approche informelle

  • Les procédures sont confidentielles. Il est donc possible de négocier un accord avec un créancier sans que les autres créanciers sachent les conditions de l’entente;
  • Elle s’applique à des situations simples;
  • Elle consiste à convenir d’arrangements avec un seul ou un petit groupe de créanciers aux intérêts similaires. Par exemple, cela peut être la renégociation de contrats;
  • L’entreprise a un plan d’affaires et de réorganisation détaillé et complet (échéancier, coûts de la restructuration, etc.).

Approche formelle

  • L’entreprise doit être insolvable, mais avoir le potentiel de redevenir rentable grâce à un plan de redressement. Être insolvable signifie ne plus satisfaire à ses obligations lorsqu’elles arrivent à échéance, ou avoir un passif plus élevé que l’actif;
  • Les procédures sont publiques et encadrées par la LACC (pour les entreprises qui doivent plus de 5 M$ à leurs créanciers) ou la LFI;
  • Cette approche permet de protéger vos actifs de toute saisie par vos créanciers;
  • Pour recourir à l’une de ces lois, il faut faire appel à un syndic autorisé en insolvabilité, qui vous accompagnera lors des procédures.

Le dépôt des documents légaux nécessaires par le syndic déclenche automatiquement un gel des passifs et des procédures des créanciers. Vous aurez alors le temps d’élaborer un plan de restructuration avec l’aide du syndic.

Vous établirez aussi une proposition ou un arrangement avec vos créanciers. En moyenne, les propositions acceptées représentent de 8 % à 10 % des sommes dues.

La proposition est ensuite soumise au vote des créanciers (seuil de 50 % + 1 en nombre et les deux tiers en valeur des créances) pour que la proposition soit acceptée. La proposition lie l’ensemble des créanciers. Précisons qu’une forte majorité des propositions sont acceptées.

Si la proposition est acceptée, les administrateurs pourraient ne plus être responsables des dettes gouvernementales impayées (taxes de vente, etc.).

Vous avez des questions ou vous avez besoin de conseils pour redresser la situation financière de votre entreprise? Communiquez avec nos experts dès aujourd’hui.