Le développement durable n’est plus une option. Votre entreprise est-elle prête à intégrer les facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) dans sa gestion?

Le G7 a approuvé une éventuelle divulgation obligatoire d’informations relatives aux changements climatiques dans les rapports financiers selon le cadre établi par le Groupe de travail sur l’information financière (GIFCC).

Le communiqué du G7 du 5 juin 2021 signale une autre approbation importante du GIFCC (en anglais : TCFD), où le groupe a déclaré son soutien « à l’adoption obligatoire de la divulgation financière liée au climat qui fournit aux participants du marché des renseignements cohérents et utiles à la prise de décisions » fondée sur les recommandations du GIFCC. Un conseil international des normes de durabilité pourrait être mis sur pied avant la COP26 en novembre et ceci laisse entrevoir un soutien mondial pour la divulgation obligatoire.

Le cadre recommandé par le GIFCC, publié pour la première fois par le Conseil de stabilité financière en 2017, touche quatre domaines clés visant à intégrer le risque lié au climat dans le système financier et dans toutes les sphères de la gestion d’une organisation. Elle encourage les entreprises et les institutions à adopter une approche globale des défis climatiques en les intégrant dans les structures de gouvernance existantes, ainsi que dans leur gestion stratégique et dans leur gestion des risques et de la performance et à divulguer les informations sur les mesures prises.

Tenir compte des changements climatiques dans son modèle opérationnel

Au départ, les recommandations du GIFCC offraient un cadre à l’adhésion volontaire, mais les attentes des régulateurs et des investisseurs ont accru la pression sur les entreprises pour qu’elles adoptent ces recommandations et rendent compte de leur application. Les lignes directrices et les recommandations de l’Union européenne encouragent déjà activement l’alignement sur le GIFCC. Au Canada, CPA Canada appuie d’ailleurs la divulgation basée sur le GIFCC depuis un certain temps.

Au-delà de la simple communication de données sur la durabilité, les recommandations du GIFCC obligent les entreprises à prendre en compte les impacts plus larges des changements climatiques sur leur modèle opérationnel et sur leur gestion des risques. Cela nécessite une contribution de tous les services, l’élaboration de scénarios appropriés et l’adhésion de la direction. Cette approche intégrée est la clé pour assurer un avenir durable aux entreprises et, avec le lancement de la Taskforce for Nature Related Financial Disclosures le 10 juin 2021, également soutenue par le G7, ce modèle tendra à devenir la norme.

Compte tenu de l’évolution rapide de la réglementation, ainsi que des risques et des occasions liés aux changements climatiques qui sont déjà présents, le meilleur moment pour commencer votre démarche pour répondre aux recommandations du GIFCC, c’est maintenant. Notre équipe de conseil en management combine l’expertise et l’expérience nécessaires pour vous aider à relever ces nouveaux défis liés à la gestion des risques, au développement durable et aux enjeux ESG.

Article suivant

Katy Langlais
Directrice | CRHA, MBA | Conseils en ressources humaines

Bien qu’il soit toujours recommandé, le télétravail n’est plus obligatoire. Un retour progressif dans les bureaux est envisagé. En mode hybride ou non?

Telle est la question, en effet, car à peine stabilisées dans ce tourbillon qui appelle à s’adapter à une nouvelle réalité, les entreprises concernées doivent réfléchir à la planification du retour au bureau. Plusieurs organisations se questionnent sur le mode qu’elles adopteront : hybride, c’est-à-dire une proportion de travail à distance (télétravail) et une proportion de travail présentiel (au bureau), ou à plein temps au bureau?

Le travail en mode hybride, avantages et inconvénients
Le mode de travail hybride, comment s’adapter

Le travail en mode hybride, avantages et inconvénients

La situation dans laquelle les gestionnaires se retrouvent aujourd’hui est sans précédent et il n’existe malheureusement pas de recette éprouvée. Les entreprises se doivent d’analyser les avantages et les inconvénients des formules proposées afin d’opter pour la solution qui convient le mieux à leurs besoins organisationnels dans le cadre de cette nouvelle réalité. Ils doivent également s’autoriser une certaine souplesse pour rectifier la pratique et l’améliorer en cours de route, si nécessaire.

Selon un sondage CROP réalisé en mai 2021 pour l’Ordre des CRHA-CRIA du Québec, 38 % des travailleurs aimeraient poursuivre leur travail à temps plein en télétravail, 24 % aimeraient avoir la flexibilité de choisir et 18 % aimeraient un mode hybride suggéré par l’employeur. En complément, une proportion de 23 % considère que la valeur ajoutée à se déplacer au bureau le serait pour des rencontres et des réunions d’équipe.

De façon globale, c’est le modèle hybride qui représente la formule la plus intéressante, car elle permet aux employeurs et employés de bénéficier des avantages du télétravail tout en atténuant les inconvénients. Pour nourrir votre réflexion, voici d’abord un aperçu des avantages et inconvénients relevés pour le télétravail et dont vous devez tenir compte dans votre réflexion.

Avantages du télétravail pour les employés

  • Gain de temps et de productivité;
  • Plus grande autonomie dans la réalisation du travail;
  • Diminution du stress (moins de pression directe de certains gestionnaires, moins d’agresseurs physiques tels que le bruit et les discussions de coin de porte);
  • Économie des coûts de transport, de stationnement, de restaurant;
  • Meilleure qualité de vie et mieux-être (conciliation loisirs, bien-être, famille);
  • Pensée environnementale due à la diminution des transports.

Avantages du télétravail pour les employeurs

  • Réduction des charges mensuelles (ex. : loyer);
  • Productivité accrue (aucune perte de temps dans les transports, dérangements imprévus, etc.);
  • Diminution du présentéisme et réduction de l’absentéisme;
  • Accès à un plus grand bassin de candidats potentiels (personnes éloignées, personnes à mobilité réduite);
  • Meilleure rentabilité;
  • Pensée environnementale;
  • Attractivité et rétention des talents (meilleure expérience employé).

Inconvénients du télétravail pour les employés

Inconvénients du télétravail pour les employeurs

Consultez notre dossier thématique sur le télétravail pour en savoir plus sur ses différents aspects et vous aider à améliorer vos pratiques de travail à distance.

Le mode de travail hybride, comment s’adapter

Si vous optez pour un mode de travail hybride, voici les principaux éléments à mettre en place et à ajuster.

Adapter les outils de travail

Plusieurs entreprises se sont tournées rapidement vers le télétravail sans nécessairement avoir les outils permettant aux employés de travailler de façon efficiente. Des problématiques telles que le matériel informatique mobile non disponible, le réseau Internet, l’accessibilité difficile à l’information en raison d’un stockage physique et non numérique en sont des exemples. Voici quelques pistes d’action :

  • Définir ou bonifier la liste de matériel requis par poste, selon les rôles et responsabilités, tout en considérant les facteurs d’ergonomie (ex. : casque d’écoute, tablette, ordinateur portable, chaise ergonomique, écrans, etc.);
  • Analyser les systèmes informatiques actuels et voir s’ils conviennent selon la formule d’organisation du travail retenue (ex. : système de gestion intégré pour assurer l’intégrité et la disponibilité des informations nécessaires à l’exécution du travail).

N’oubliez pas de tenir compte de la cybersécurité, un élément désormais incontournable, tant dans les locaux de l’entreprise que lors du travail à distance.

Formaliser la structure de communication

Nombreuses sont les organisations dont le système de communication compte sur des échanges informels et est basé sur le présentiel. En adoptant un mode de travail hybride, il faudra davantage formaliser et structurer les communications internes pour s’assurer que les informations souhaitées circulent de manière bidirectionnelle et sont relayées à tous les gens concernés.

De plus, les organisations devront établir des critères pour déterminer les types de rencontres qui doivent se tenir en présentiel et celles qui peuvent être tenues à distance. Les objectifs de la rencontre, les sujets à aborder, les personnes visées par la rencontre et le nombre de participants requis pourraient être les critères choisis. Voici quelques pistes d’action :

  • Identifier la liste des rencontres actuelles et bonifier celle-ci pour s’assurer de couvrir tous les niveaux de gestion (ex. : rencontre d’équipe, comité de gestion, comité de direction, lancement de projets, idéation, projet kaizen, etc.);
  • Déterminer les principaux objectifs de la rencontre, les participants et le mode de déroulement recommandé (en présentiel ou à distance).

Ajuster les pratiques liées à la gestion des ressources humaines

Lorsqu’il est question d’organisation du travail, l’ensemble des pratiques de gestion des ressources humaines s’en trouve affectées. Les organisations qui adopteront un mode hybride devront sans aucun doute ajuster leurs pratiques pour s’assurer qu’elles sont cohérentes avec l’orientation choisie.

Dès le départ, les entreprises devront clarifier leurs attentes envers les travailleurs (télétravail versus présentiel) par la consultation sous forme de sondage et la mise en place d’une politique formelle de télétravail. Voici également d’autres exemples :

  • Ajuster le processus d’accueil et d’intégration des nouveaux employés pour que ceux-ci puissent rencontrer leurs nouveaux collègues et développer un sentiment d’appartenance envers l’organisation dès leur arrivée;
  • Ajuster le mode de communication utilisé lors des évaluations de rendement des employés (rencontre en présentiel ou en virtuel). Idéalement, les rencontres se font en face à face, mais le gestionnaire pourrait aussi avoir à s’adapter à l’endroit et à la façon de mener cette rencontre;
  • Revoir les critères d’évaluation du rendement. L’évaluation de la performance devra être davantage orientée vers l’atteinte d’objectifs liés aux résultats et à la participation sur différents projets. Dans le passé, les évaluations 360 étaient fort populaires, mais elles étaient très difficiles à réaliser (évaluation par les gestionnaires, pairs, clients et fournisseurs). L’élément d’évaluation par les pairs pourrait cependant devenir intéressant, puisque le travail en mode virtuel exige des habiletés de communication et d’interaction différentes dans le travail à distance;
  • Préserver la santé et le mieux-être des employés en adoptant une politique de droit à la déconnexion.

Bien que le mode hybride représente un défi pour les organisations, cette révolution comporte plusieurs avantages et marquera certainement un tournant dans le monde du travail. Que vous décidiez ou non d’adopter cette approche, vous devrez rester à l’écoute de vos employés pendant cette période d’adaptation et faire preuve de souplesse et d’ouverture.

Nos experts peuvent vous accompagner lors de cette réflexion et au moment de la mise en place de pratiques gagnantes et mobilisatrices avec vos équipes.

Cet article a été rédigé en collaboration avec Éloïse Labrecque, conseillère en management.

07 Juil 2021  |  Écrit par :

Katy Langlais est experte en recrutement et conseils en ressources humaines au sein de Raymond...

Voir le profil

Article suivant

L’équipe IFRS de Grant Thornton International a publié le document Insights into IFRS 13 – Fair Value Measurement (en anglais seulement).

IFRS 13 Évaluation de la juste valeur explique comment mesurer la juste valeur en fournissant des définitions claires et en introduisant un ensemble unique d’exigences pour presque toutes les évaluations à la juste valeur. Il précise comment mesurer la juste valeur lorsqu’un marché devient moins actif.

IFRS 13 s’applique aux éléments financiers et non financiers, mais ne traite pas ou ne change pas les indications relatives aux circonstances exigeant son utilisation.

La publication Insights into IFRS 13 – Fair Value Measurement résume non seulement la norme IFRS 13, mais elle fournit également des commentaires détaillés sur divers aspects de l’application d’IFRS 13 du point de vue d’un préparateur travaillant aux côtés d’un expert en évaluation.

Article suivant

L’avenir de l’industrie de la construction repose essentiellement sur l’innovation et la collaboration entre tous les participants du secteur.

C’est ce qu’a expliqué Pierre Pomerleau, président-directeur général de Pomerleau inc., lors d’un rendez-vous tête-à-tête avec Emilio B. Imbriglio, président et chef de la direction de Raymond Chabot Grant Thornton, présenté cette fois par l’Association québécoise des entrepreneurs en infrastructure (AQEI).

Pierre Pomerleau a indiqué que son industrie « progresse à vitesse grand V ». Elle utilise de plus en plus d’outils technologiques, elle cherche continuellement à améliorer ses façons de faire et se tourne vers des modes de collaboration innovants.

« L’innovation fait partie de l’ADN de Pomerleau depuis longtemps et est la clé de voûte pour relever l’ensemble des défis en construction », a-t-il dit. C’est la clé pour travailler plus efficacement et rapidement, de façon plus durable, mais aussi pour tirer profit de chaque dollar investi dans les projets.

« L’innovation, c’est tellement important. Si l’industrie pouvait améliorer l’ordonnancement des projets de seulement 10 %, on épargnerait des centaines de milliards de dollars à l’échelle mondiale », a dit Pierre Pomerleau.

« Le secret le mieux gardé en matière d’innovation, on le trouve dans l’industrie de la construction », a d’ailleurs souligné Emilio B. Imbriglio.

Cultiver l’innovation

Pierre Pomerleau a rappelé qu’il est important que tous les acteurs de l’industrie, petits et grands, montent dans le train de l’innovation. Nul besoin d’avoir un projet d’innovation d’envergure : il suffit de cibler les processus clés pour son entreprise.

Pour cultiver l’innovation, il faut en parler et la favoriser au sein de son organisation. « Il faut d’abord avoir une infrastructure d’innovation. L’innovation doit venir de partout dans l’entreprise. Les gens sur les chantiers doivent sentir qu’ils ne sont pas prisonniers de procédures et qu’ils ont le droit d’avoir de nouvelles idées. Et l’organisation doit avoir la capacité de reprendre ces innovations et de les diffuser dans l’ensemble de ses chantiers. »

Pomerleau s’est ainsi dotée en 2018 d’une fondation pour l’excellence opérationnelle FOX, qui a pour but d’optimiser la performance organisationnelle au sein de l’entreprise en diffusant les innovations à valeur ajoutée sur tous les chantiers Pomerleau.

L’entreprise a aussi récemment lancé le aXLab Pomerleau, en partenariat avec la Factry, sur leur campus à Montréal. Ce laboratoire permettra de tester une multitude d’innovations et effectuera une veille technologique mondiale, a expliqué Carolyne Filion, gérante – Innovations, R&D et projets spéciaux, de Pomerleau.

Autre innovation : au début de l’année 2020, Pomerleau a été la première entreprise de construction au monde à utiliser le robot à quatre pattes, Spot, qui navigue de manière autonome sur un chantier. Il peut ainsi atteindre des zones dangereuses et effectuer des tâches sans valeur ajoutée pour le personnel.

Par ailleurs, Carolyne Filion a rappelé qu’au cours des 10 dernières années, le processus BIM (Building Information Modeling) a été la clé de voûte de l’innovation dans le domaine des bâtiments. Il a permis de standardiser les données dans toutes les étapes d’un projet et d’avoir une meilleure collaboration entre les parties prenantes. C’est maintenant au tour du secteur des infrastructures civiles d’entrer dans un processus semblable de standardisation des données, avec le Civil Information Modeling (CIM).

Collaborer pour progresser

La pandémie a servi d’accélérateur, selon Pierre Pomerleau. Elle a montré à quel point l’industrie peut s’adapter à l’évolution rapide des besoins grâce à l’innovation et à la collaboration.

« On s’est rendu compte, pendant la pandémie, que si les donneurs d’ouvrage publics et les entrepreneurs travaillaient plus en collaboration, on pouvait faire des miracles », a-t-il affirmé. Il a donné l’exemple des cinq cliniques pour la COVID-19 construites en seulement neuf mois par son entreprise en 2020.

Il est convaincu que toute l’industrie gagne à travailler en partenariat, comme le montre le mouvement « Entrepreneurs engagés », regroupant de nombreux acteurs de l’industrie. Ceux-ci ont rapidement mis en place des mesures sanitaires strictes et uniformes sur les chantiers afin que le coronavirus ne se propage pas parmi les travailleurs, de façon à assurer la poursuite des activités.

Pierre Pomerleau croit qu’on verra de plus en plus de projets de réalisation collaboratifs, comme les modes construction-financement et les partenariats public-privé, « parce que ça amène une tension créative » au bénéfice des projets et des communautés desservies. Cela porte ses fruits, comme l’a montré l’exemple de la dernière phase de construction du nouveau CHUM.

« Tous les gouvernements cherchent maintenant comment favoriser les modes de réalisation collaboratifs. On ne reviendra jamais aux modes de construction en silo, c’est une évidence. Chaque projet a son mode de réalisation. Il faut considérer chaque projet en fonction de sa spécificité. Déterminer le mode de réalisation est la décision la plus importante dans un projet », a-t-il ajouté.

L’entrepreneur souhaite que les administrations publiques réalisent des projets en mode alternatif plus petits, afin que les acteurs plus petits puissent y participer et « se faire la main » sur les nouveaux modes de construction. Il a également souligné l’importance d’appuyer les entrepreneurs de plus petite taille, afin de « s’assurer que toute la chaîne d’approvisionnement soit vivante », comme les gouvernements l’ont fait pendant la pandémie.

Par ailleurs, Pierre Pomerleau juge que les donneurs d’ouvrage publics doivent trouver des moyens d’encadrer les projets sans nuire à l’agilité et à l’innovation. Ils doivent être plus souples dans leurs processus d’appels d’offres et à l’égard des innovations proposées par les entrepreneurs. Ils doivent ainsi permettre aux modes de réalisation alternatifs d’évoluer.

Dans le mot de clôture, pour sa part, Caroline Amireault, avocate et directrice générale de l’AQEI, a souligné que, depuis quelques années, les entrepreneurs d’ici se désintéressent des projets du secteur public. Une récente consultation menée par Raymond Chabot Grant Thornton pour l’industrie de la construction démontre que 72 % des entrepreneurs se permettent d’écarter les donneurs d’ouvrage publics en fonction des conditions qu’ils offrent. Les raisons de cette perte d’intérêt sont des contraintes majeures et un partage des risques déséquilibré, mais heureusement, « on sent un vent de changement », expliquait Caroline Amireault.

« Notre époque va être marquée par des changements réglementaires, et je trouve cela extrêmement positif », a dit Pierre Pomerleau.

Répondre aux grands défis de l’heure

C’est aussi en innovant qu’on peut être plus efficace et relever le défi du manque de main-d’œuvre. Pomerleau, qui a recruté 350 personnes depuis un an, s’efforce de bien former, d’intégrer et d’outiller ses employés, tout en misant sur la diversité et l’inclusion.

« Il faut aller chercher les talents où ils sont et les stimuler en leur donnant des tâches à valeur ajoutée. » Les nouveaux outils technologiques permettent justement de les soustraire des tâches répétitives et sans valeur ajoutée.

L’innovation permet également de s’attaquer aux défis environnementaux, avec la mise au point de nouvelles façons de construire, l’utilisation plus efficace des matériaux et leur recyclage. « En trouvant des façons innovantes de sauver la planète, on fait aussi des économies; c’est rentable », a soutenu Pierre Pomerleau.

Il a donné l’exemple du projet de déconstruction du pont Champlain, sur lequel son entreprise travaille en priorisant la préservation de l’environnement, ainsi que la valorisation des matériaux.

Enfin, l’innovation est un élément essentiel de la conception de villes intelligentes, qui commence par des constructions intelligentes. Pomerleau mise notamment sur le concept d’infrastructures et de bâtiments empathiques, c’est-à-dire conçus pour être parfaitement adaptés aux besoins des utilisateurs.

En forte croissance

Pomerleau est la plus importante entreprise de construction au Québec et un chef de file de l’industrie au pays. Comme l’industrie en général, elle est en forte croissance. Elle pilote actuellement près de 300 chantiers partout au Canada.

Pomerleau est une entreprise familiale fondée il y a 57 ans par Hervé Pomerleau, père de l’actuel PDG. Dans l’immédiat, l’entreprise se concentre sur le Canada et mise sur une croissance organique, mais Pierre Pomerleau se dit ouvert à des acquisitions au cours des prochaines années. Sa filiale Borea Construction est le leader canadien en énergie renouvelable et s’intéresse aux projets éoliens en Nouvelle-Angleterre.