Contrairement à d’autres secteurs de l’économie qui ont souffert de la fermeture des services non essentiels, l’industrie forestière tire bien son épingle du jeu jusqu’à présent.

La nouvelle réalité engendrée par la pandémie est encore en phase transitoire et n’a pas atteint de plein fouet tous les secteurs d’activité. C’est notamment le cas pour l’industrie forestière qui profite actuellement d’une demande accrue et, par conséquent, d’une hausse de tarifs pour les consommateurs.

L’industrie a toutefois subi, elle aussi, des dommages qui, bien que certains aient été présents avant la crise, ont été accentués par celle-ci. Comme la grande majorité des industries, des ajustements s’imposent.

Rareté de l’offre et hausse des projets

Différents facteurs influencent la demande en bois. D’abord, l’arrêt des activités en mars dernier a eu pour conséquence de créer une certaine rareté, entraînant ainsi une hausse des prix. Cette rareté a été accentuée par :

  • une hausse de la réalisation de projets résidentiels;
  • la sensibilisation à l’importance de l’achat local;
  • la croissance des achats en ligne, nécessitant par la même occasion davantage de produits d’emballage ainsi que de palettes de bois pour le transport des marchandises.

Bien que cette importante hausse de la demande amène les usines à augmenter considérablement leur production, la croissance a aussi ses effets pervers. Pendant que les usines tournent à pleine capacité et que de nouvelles mesures de sécurité doivent être mises en place, les entrepreneurs négligent souvent de consacrer du temps à l’innovation.

Innover pour durer

De plus, la hausse de la consommation au Québec amène une baisse de la nécessité d’exporter notre bois vers d’autres marchés. Mais qu’adviendra-t-il de la consommation locale une fois la crise passée? Les Québécois consommeront-ils encore autant de bois que lors des premiers mois de la crise? Ces questions sans réponses créent une incertitude quant à la nouvelle réalité du marché; c’est pourquoi il est important pour l’industrie de placer l’innovation au cœur de ses priorités.

Attirer et conserver la main-d’œuvre

La chaîne de valeurs a aussi connu des changements importants qui ont des impacts directs sur les employés qui travaillent en forêt et qui doivent s’absenter du domicile familial plusieurs jours par mois. Durant le confinement du printemps dernier, ces travailleurs, comme beaucoup d’autres Québécois, ont passé plusieurs semaines près des leurs. Pour certains, et particulièrement pour ceux qui ont une famille avec de jeunes enfants, le retour en forêt a été difficile tant pour les travailleurs que pour leur famille. Le défi de main-d’œuvre que connaissait l’industrie avant la crise s’est donc accentué. Il est essentiel que les employeurs réussissent non seulement à recruter de jeunes travailleurs, mais également à les séduire pour les garder. Il s’agit d’un défi qui doit essentiellement être relevé pour la vitalité de cette industrie.

La crise de la COVID-19 a également devancé d’environ cinq ans les appréhensions de l’industrie par rapport à l’avenir du papier. Les papetières doivent rapidement s’adapter à cette nouvelle réalité.

Des exemples d’innovation payante

Groupe Lignarex inc., par exemple, a bien compris le défi qui l’attend au cours des prochaines années. Elle a totalement revu tout son cycle de production et consolidé sa chaîne de valeurs afin de solidifier les liens avec ses clients et fournisseurs. Granules L.G. inc., pour sa part, a misé sur l’innovation en optimisant son rendement par l’utilisation de la biomasse, un choix écologique et local. Voilà de beaux exemples de visions d’avenir!

Bref, la nouvelle réalité de l’industrie forestière est présentement en train de se définir. Il est temps de saisir l’occasion pour renforcer l’industrie et se donner une réelle filière forestière. Nous avons une ressource naturelle renouvelable d’une grande valeur. À nous de la valoriser autant qu’elle le mérite.

Article suivant

L’équipe IFRS de Grant Thornton International a publié le bulletin Hyperinflationary countries (disponible en anglais seulement) en guise de rappel des incidences comptables de l’application d’IAS 29, Information financière dans les économies hyperinflationnistes.

La norme IAS 29 requiert que les états financiers d’une entité dont la monnaie fonctionnelle est la monnaie d’une économie hyperinflationniste soient retraités pour refléter l’évolution du pouvoir d’achat général de cette monnaie, et ce, de sorte que l’information financière fournie soit plus utile. La norme dresse une liste des facteurs qui indiquent qu’une économie est hyperinflationniste.

En plus de fournir un rappel des incidences comptables de l’application d’IAS 29, la publication du bulletin Hyperinflationary countries présente le point de vue de Grant Thornton International selon lequel, jusqu’à nouvel ordre, la norme IAS 29 devrait être appliquée par les entités dont la monnaie fonctionnelle est la monnaie des pays suivants :

  • L’Argentine;
  • Le Soudan (et le Soudan du Sud);
  • Le Zimbabwe;
  • Le Venezuela;
  • L’Iran;
  • Le Liban.

Il est prévu que les entités dont la monnaie fonctionnelle est la monnaie de l’Iran et du Liban appliquent IAS 29 pour la première fois en 2020.

Article suivant

L’équipe IFRS de Grant Thornton International a publié le document Insights into IFRS 16 – Lease incentives (en anglais seulement).

Le document Insights into IFRS 16 – Lease incentives donne des indications concernant la comptabilisation des avantages incitatifs à la location par le preneur conformément à IFRS 16 Contrats de location.

Le fait d’octroyer des avantages incitatifs à la location est un moyen commun d’encourager un nouveau locataire à signer un nouveau contrat de location en vue de l’occupation des locaux vacants. Les avantages incitatifs à la location peuvent prendre différentes formes lors de la négociation entre le preneur et le bailleur.

Du point de vue du preneur, la comptabilisation des avantages incitatifs à la location conformément à IFRS 16 Contrats de location peut soulever des questions sur la manière de déterminer l’existence d’un avantage incitatif et sur le moment où le traitement comptable change en fonction de la manière dont l’avantage incitatif est accordé.

Le document Insights into IFRS 16 – Lease incentives vise à régler ces questions de comptabilisation pour le preneur.

Article suivant

Katy Langlais
Directrice | CRHA, MBA | Conseils en ressources humaines

Cette pandémie demande une grande flexibilité aux entrepreneurs et aux travailleurs, mais dans ce contexte difficile, le leadership positif est la clé.

La révision du modèle d’affaires, la prévision des nouveaux besoins de la clientèle et le positionnement d’une entreprise dans son marché exigent beaucoup de réflexion et d’ajustements de la part de la direction. D’ailleurs, le phénomène est comparé par les entrepreneurs à une partie du jeu Tetris, où il faut faire preuve d’agilité à tout moment pour ne rien rater alors que la situation est en constante évolution. L’imprévisible devient la norme.

L’agilité, on en parle, on lit sur le sujet, mais de quoi s’agit-il réellement et comment la favoriser?

Qu’est-ce que l’agilité?

Les dictionnaires associent l’agilité à la souplesse des danseurs et la vivacité d’esprit. Pour une entreprise, être agile signifie se remettre en question tout en assurant le développement de produits et de processus, et ce, de façon continue.

Plus que jamais, en ces temps d’incertitude, l’entrepreneur doit développer sa capacité d’anticiper l’avenir et rester sensible aux changements et aux signaux que lui envoient le marché et son organisation. Il a besoin de réagir rapidement pour adapter son entreprise aux évènements, à la nouvelle réalité. Tout en respectant les valeurs de l’organisation et des personnes qui la composent, il est nécessaire pour l’entrepreneur et son équipe de trouver leurs nouveaux repères.

Saisir les tendances et miser sur les projets structurants

Pour assurer leur pérennité, les entreprises doivent être à l’écoute et développer des projets structurants, c’est-à-dire des projets qui répondent aux priorités déterminées et ont un grand potentiel de croissance. La rapidité avec laquelle ces entreprises peuvent mettre en place ces projets fera une différence, d’où la nécessaire agilité dans leur façon de fonctionner.

Les dirigeants qui impliquent très tôt leurs employés dans l’idéation et la réalisation de ces projets contribueront à la mobilisation de leurs ressources et à l’engagement de celles-ci envers l’entreprise.

Bien sûr, il est essentiel de rester à l’affût et de détecter rapidement les nouvelles tendances sociétales afin d’adapter son offre de produits et ses pratiques d’affaires. À titre d’exemple, nos gouvernements et la population n’auront jamais autant parlé d’achat local à favoriser, d’autosuffisance et de développement durable.

Les employés, partenaires et clients regarderont avec admiration les entreprises qui auront su se tailler une place et naviguer en fonction des évènements.

Exercer un leadership positif avec agilité

Le leadership agile et positif prend ici tout son sens. Il s’agit de voir chaque enjeu comme une occasion de faire grandir l’entreprise et de renforcer l’esprit d’équipe. Cette pratique doit émaner de toute l’organisation et de tous les gestionnaires qui y travaillent.

Il importe d’observer les faits avec un pas de recul et d’un angle différent, et vos employés sont en bonne position pour vous offrir cette multitude de points de vue qui vous aideront à obtenir un portrait global de la situation. Les périodes de crise et de changements sont une occasion pour certains de vos travailleurs de se dévoiler. Ils constituent votre arc-en-ciel de solutions pour résister et avancer pendant cette pandémie. Prenez soin de les écouter et de les impliquer. Ensemble, on va plus loin, n’est-ce pas?

Prendre le temps de se poser pour mieux rebondir

Axer son leadership sur l’agilité positive, c’est aussi prendre le temps de s’arrêter un peu afin de redécouvrir ses valeurs d’entreprise et de s’assurer que ses décisions actuelles sont en adéquation avec celles-ci.

  • Respectez-vous vos valeurs et les transmettez-vous au quotidien à vos employés?
  • Êtes-vous cohérent et éthique dans vos façons de faire et vos actions?

Votre agilité peut parfois vous jouer des tours. L’efficacité et la rapidité dont il faut faire preuve pour répondre aux imprévus sont susceptibles d’altérer le jugement éthique si on n’y fait pas attention.

Afin de garder le cap malgré les changements d’orientation, rappelez-vous la mission de votre organisation et les raisons pour lesquelles vous avez mis tant d’heures à bâtir cette entreprise. Aujourd’hui plus que jamais, pour mieux retomber sur vos pieds, il vous faut revenir à votre identité organisationnelle et la transmettre à vos clients et employés. Autrement, l’image de votre entreprise pourrait en subir les contrecoups et en garder des traces à long terme.

Pour développer un leadership empreint d’agilité positive, il faut d’abord être en mouvement, voir les occasions qui se présentent et agir rapidement. Toutefois, n’oubliez jamais que vos équipes doivent bouger et avancer avec vous, de façon volontaire et tout aussi efficacement.

Si vous souhaitez faire le point pour mieux rebondir, communiquez avec nos équipes d’experts. Ils sauront vous accompagner pour mettre en place les meilleures pratiques adaptées à cette période de turbulence.

02 Nov 2020  |  Écrit par :

Katy Langlais est experte en recrutement et conseils en ressources humaines au sein de Raymond...

Voir le profil