15 Oct 2018
Louis Roy
Associé | CPA, CA | Conseils numériques et technologiques

Faut-il investir dans les monnaies virtuelles comme le bitcoin? Bien que les avis soient partagés, les experts s’entendent sur le fait que la prudence s’impose.

De plus, pour plusieurs, le grand intérêt des cryptomonnaies n’est pas tant leur valeur monétaire que la technologie qui leur permet de fonctionner comme devise numérique, c’est-à-dire la chaîne de blocs (blockchain). Dans cette base de données publique sont inscrites toutes les transactions effectuées en bitcoins dans le monde.

Cette technologie peut être adaptée à presque toutes les sauces et est « particulièrement intéressante pour tout ce qui touche la traçabilité des produits », indique Louis Roy, leader blockchain chez Raymond Chabot Grant Thornton. « Dans une chaîne d’approvisionnement, plusieurs entreprises peuvent partager un registre décentralisé au lieu d’avoir chacune le leur. La chaîne de blocs renforce alors la sécurité informatique et réduit les frais administratifs. ». La gestion des droits d’auteur et la finance sont d’autres secteurs prometteurs pour l’utilisation de la chaîne de blocs.

Pour en savoir plus, consultez l’article publié dans l’édition de novembre du magazine Protégez-vous (cet article est un contenu payant).

15 Oct 2018  |  Écrit par :

Louis Roy est associé au sein de Raymond Chabot Grant Thornton. Il est votre expert en...

Voir le profil

Article suivant

15 Oct 2018
Louis Roy
Associé | CPA, CA | Conseils numériques et technologiques

Raymond Chabot Grant Thornton est ravie d’être partenaire, encore une fois cette année, du prestigieux concours Les Mercuriades 2019 de la Fédération des chambres de commerce du Québec.

Notre firme présente de nouveau le Mercure Entrepreneuriat Raymond Chabot Grant Thornton. Ce prix récompense une entreprise qui a mis en place une stratégie gagnante de croissance de ses activités, qui a élaboré un plan de relève efficace, ou encore qui a réussi le transfert entre des générations de chefs d’entreprise. Les PME et les grandes entreprises peuvent soumettre leur candidature.

Pour en connaître davantage sur les différentes catégories, dont celle du Mercure Entrepreneuriat, cliquez ici.

Soumettez votre dossier de candidature (inscription gratuite) avant le 19 décembre 2018 sur le site des Mercuriades de la FCCQ.

15 Oct 2018  |  Écrit par :

Louis Roy est associé au sein de Raymond Chabot Grant Thornton. Il est votre expert en...

Voir le profil

Article suivant

12 Oct 2018
Louis Roy
Associé | CPA, CA | Conseils numériques et technologiques

S’offrir du bon temps en Floride constitue le rêve de bien des Québécois au moment de la retraite. Mais pour que ce rêve ne se transforme pas en cauchemar, on doit savoir à quoi s’en tenir sur le plan fiscal, surtout si l’on y a acquis une propriété.

Avant toute chose, mieux vaut consulter des spécialistes de la fiscalité américaine.

Mylène Tétreault, directrice principale en fiscalité américaine, rappelle l’importance de bien saisir le principe de résidence fiscale américaine. Fixé à 183 jours sur trois ans, ce principe suit la règle de calcul cumulative suivante : 100 % des jours pour l’année en cours; le nombre de jours multiplié par un tiers pour l’année précédente; et le nombre de jours multiplié par un sixième pour l’année d’avant.

Pour en savoir plus sur les aléas fiscaux reliés à la possession d’une propriété aux États-Unis, consultez l’article publié dans le Magazine Prestige du 28 septembre dernier.

Et pour aller de l’avant avec confiance avec l’achat d’une propriété au pays de l’oncle Sam, n’hésitez pas à faire appel aux services de nos fiscalistes qui maîtrisent sur le bout de leurs doigts les lois fiscales qui s’appliquent aux États-Unis ainsi que sur la scène internationale!

15 Oct 2018  |  Écrit par :

Louis Roy est associé au sein de Raymond Chabot Grant Thornton. Il est votre expert en...

Voir le profil

Article suivant

10 Oct 2018
Louis Roy
Associé | CPA, CA | Conseils numériques et technologiques

Le 24 septembre 2018, Raymond Chabot Grant Thornton rendait publique une étude novatrice sur la fiscalité de la famille.

L’analyse a permis de démontrer que dans plus de 70 % des situations étudiées, les règles fiscales ne sont pas neutres dépendamment du profil social de la famille, du statut juridique de l’union et de la classe économique de la famille. Plusieurs familles canadiennes se retrouvent donc confrontées à faire des choix en fonction de la fiscalité et non en fonction de leurs propres besoins.

Les bris de neutralité dégagés dans l’étude et qui se retrouvent dans l’application de plusieurs règles fiscales actuelles viennent ainsi modifier le comportement de plusieurs familles, ce qui vient influencer les choix familiaux et est défavorable à bon nombre de ces familles.

Raymond Chabot Grant Thornton appelle les parlementaires, tant fédéraux que provinciaux, à revoir les modalités fiscales de la famille dans le cadre d’une révision en profondeur afin que les règles reflètent la dynamique des familles d’aujourd’hui.

L’étude a été reprise, jusqu’à maintenant, par plusieurs médias et continuera de faire l’objet de représentations de la part de la firme. Regardez ci-dessous l’entrevue de Luc Lacombe accordée à Mario Dumont à LCN.

Consultez également ces articles qui traitent de l’étude : Les Affaires; Conseiller.ca; Journal de Montréal et Journal de Québec; Finance et Investissement; Advisor.ca.

15 Oct 2018  |  Écrit par :

Louis Roy est associé au sein de Raymond Chabot Grant Thornton. Il est votre expert en...

Voir le profil