07 Nov 2018
Pier-Paul Belzil-Lacasse
Premier directeur principal | CPA, CA, CIRP, SAI | Redressement et insolvabilité

Un récent article du Journal de Québec sur les finances personnelles du nouveau ministre de la Famille, Mathieu Lacombe, a beaucoup fait réagir.

De nombreux détails y figurent, mais essentiellement, en raison d’une situation familiale, il a cumulé des dettes et, pour s’en sortir, il a fait une offre à ses créanciers.

Pour Pier-Paul Belzil-Lacasse, premier directeur principal et syndic autorisé en insolvabilité, la situation de M. Lacombe est loin d’être unique. Selon lui, dans la région de l’Abitibi-Témiscamingue seulement, près de 400 personnes par année font une proposition au consommateur.

Pour en savoir plus sur cette solution à l’endettement, regardez l’entrevue accordée par notre expert à TVA Nouvelles le 25 octobre dernier.

07 Nov 2018  |  Écrit par :

M.Belzil-Lacasse est premier directeur principal au sein du cabinet RCGT. Il est votre expert en...

Voir le profil

Article suivant

07 Nov 2018
Pier-Paul Belzil-Lacasse
Premier directeur principal | CPA, CA, CIRP, SAI | Redressement et insolvabilité

Quel avenir pour les services financiers? Quelles solutions et quels plans d’action les institutions financières doivent-elles mettre en place face aux défis de l’innovation libre et de l’intelligence artificielle?

Dans un monde en constante transformation, les technologies financières bouleversent les modèles d’affaires usuels des institutions financières en offrant des solutions technologiques mieux adaptées aux besoins de leurs clients. Avec l’arrivée de nouvelles technologies, comme l’innovation libre et l’émergence de l’intelligence artificielle, leur modèle d’affaires est amené à se transformer.

Face à ces nombreux défis, Emilio B. Imbriglio, président et chef de la direction de Raymond Chabot Grant Thornton, agissait en tant que modérateur d’un panel international de conférenciers lors du Forum FinTech le 30 octobre dernier.

Ce panel était composé entre autres de :

  • Kelly Peeler, chef de la direction et cofondatrice de NextGenVest.com, qui aide les étudiants à gérer leurs paiements par l’envoi de textos grâce à l’intelligence artificielle et à des conseillers humains. Elle figure aux palmarès 30 Under 30 de Forbes, 100 Most Creative People in Business de Fast Company et 100 Most Intriguing Entrepreneurs de Goldman Sachs en plus d’avoir été nommée ambassadrice #StartTheSpark par la Maison-Blanche;
  • Christopher Oster, chef de la direction et cofondateur de CLARK, une plateforme digitale facilitant l’achat de nouvelles assurances tout en gérant les contrats déjà existants;
  • Sébastien Fiaux, fondateur et chef de la direction de SFJ Technologies, une entreprise qui aide ses clients à générer d’importants retours grâce à la science et à des modèles mathématiques sophistiqués;
  • David Souaid, président et cofondateur du groupe financier Evolocity, qui propose des solutions basées sur la technologie pour offrir des fonds de roulement aux PME canadiennes;
  • Kathryn Petralia, présidente et cofondatrice de Kabbage inc., une plateforme complètement automatisée qui permet aux clients de bénéficier de liquidités pour leurs petites entreprises en quelques minutes;

Cette conférence était l’occasion de mettre en lumière leurs activités et d’échanger sur les défis auxquels fait face l’industrie financière – notamment la recherche de sources d’innovation technologique pour s’assurer modernité et compétitivité dans un marché où la concurrence est vive et les compétiteurs sont nombreux.

L’intelligence artificielle représente de nouvelles occasions d’affaires, tout en améliorant l’efficacité et le service auprès des clients. S’assurer une institution compétitive à la fine pointe de la technologie, tout en répondant efficacement aux aléas du marché et aux besoins et attentes des clients et d’un secteur en plein essor concurrentiel, est primordial.

Aujourd’hui, nous entrons dans une nouvelle ère de transformation technologique où tout est possible. À nous de jouer et de saisir les occasions qui se présentent à nous!

07 Nov 2018  |  Écrit par :

M.Belzil-Lacasse est premier directeur principal au sein du cabinet RCGT. Il est votre expert en...

Voir le profil

Article suivant

05 Nov 2018
Pier-Paul Belzil-Lacasse
Premier directeur principal | CPA, CA, CIRP, SAI | Redressement et insolvabilité

Le modèle d’affaires et la proposition de valeur doivent évoluer pour assurer la croissance de l’entreprise et éviter de devenir obsolètes selon Suzanne Breton, directrice principale et experte en stratégies et modèles d’affaires.

La recette du succès d’aujourd’hui ne sera pas nécessairement celle de demain. Et une réflexion devrait s’effectuer en continu, pas seulement lorsque l’entreprise se retrouve en crise. De plus, il faut regarder autour de soi.

« Une entreprise n’évolue pas en vase clos, elle doit faire une vigie continuelle du marché. Elle ne peut plus se limiter à sa région, son pays ou son industrie. La concurrence est mondiale et transversale », rappelle notre spécialiste au sein du service Conseil en management.

Pour lire l’article en entier, consultez l’édition de septembre du magazine PAX (pages 14 et 16).

07 Nov 2018  |  Écrit par :

M.Belzil-Lacasse est premier directeur principal au sein du cabinet RCGT. Il est votre expert en...

Voir le profil

Article suivant

26 Oct 2018
Pier-Paul Belzil-Lacasse
Premier directeur principal | CPA, CA, CIRP, SAI | Redressement et insolvabilité

Pôle mondial de la recherche en intelligence artificielle, le Québec accuse un retard important quant à l’application en entreprise de cette technologie. Pourquoi?

En fait, plusieurs perceptions erronées persistent : « trop cher », « trop compliqué », « trop difficile », « pas assez payant » ou encore, « pas le bon moment ».

Plusieurs entrepreneurs ont été échaudés par des promesses que l’innovation technologique n’est pas parvenue à tenir depuis le début du siècle, selon Éric Nguyen, directeur principal de la pratique en intelligence artificielle chez Raymond Chabot Grant Thornton.

« L’innovation n’est pas une fin en soi, dit-il. Il faut qu’elle amène de la valeur à l’entreprise, soit en accroissant les revenus ou en réduisant les dépenses. Or, les innovateurs se sont souvent trop intéressés par le passé au développement de solutions qui n’amenaient pas de bénéfices tangibles. »

Pour approfondir vos connaissances sur cette facette de l’intelligence artificielle, consultez l’article de La Presse+ paru le 22 octobre dernier.

07 Nov 2018  |  Écrit par :

M.Belzil-Lacasse est premier directeur principal au sein du cabinet RCGT. Il est votre expert en...

Voir le profil