L’équipe IFRS de Grant Thornton International a publié le bulletin Insights into IFRS 16 – Understanding the discount rate (en anglais seulement).

La série Insights into IFRS 16 fournit des informations sur l’application d’IFRS 16, Contrats de location, dans des domaines clés.

Chaque édition mettra l’accent sur un aspect d’IFRS 16 afin de vous aider à vous préparer aux changements apportés par l’adoption de la norme.

Ce premier bulletin donne des indications concernant la détermination du taux d’actualisation.

Enjeu

Selon la norme IFRS 16, des taux d’actualisation sont nécessaires pour évaluer l’obligation locative d’un preneur à la valeur actualisée des paiements de loyers. Des taux d’actualisation sont également utilisés pour déterminer le classement des contrats de location par un bailleur et pour évaluer l’investissement net d’un bailleur dans un contrat de location-financement.

Le bulletin explore les différentes méthodes prescrites dans IFRS 16 pour déterminer les taux d’actualisation et présente des points de vue pour vous aider à comprendre les méthodes.

Article suivant

Emilio B. Imbriglio
Président et chef de la direction | FCPA, FCA, M.B.A, CFE, IAS.A

Des chefs d’entreprise ont partagé leur vision entrepreneuriale avec notre président et chef de la direction, Emilio B. Imbriglio, lors d’entrevues exclusives.

Toujours pertinents, leurs propos méritent notre attention. Voici la deuxième d’une série de trois entrevues.

Dans ces clips, Marc Dutil, président et chef de la direction de Groupe Canam inc., aborde plusieurs sujets, dont les impacts de l’économie, la gestion de crise, le rôle de la communauté et la stratégie.

 

La grande difficulté te sort de ta torpeur.

 

Notre firme est fière de présenter ces rencontres au sommet filmées dans un environnement spectaculaire et hors du commun : à ciel ouvert sur le toit de la Place Ville Marie.

Pour en entendre plus, visionnez ces capsules vidéo ci-dessous.

 

Les impacts de l’économie sur une entreprise

 

La gestion de crise

 

Marc Dutil sur le rôle de la communauté

 

Marc Dutil sur la stratégie

27 Nov 2018  |  Écrit par :

Emilio B. Imbriglio est associé et président et chef de la direction de Raymond Chabot Grant...

Voir le profil

Article suivant

Notre webinaire sur les récents développements dans les Normes comptables pour les entreprises à capital fermé (NCECF) du 21 novembre passé est maintenant en ligne.

En suivant cette session, vous aurez un aperçu sur :

  • les normes comptables récentes ou modifiées, incluant les modifications apportées aux chapitres
    1591, « Filiales », et 3051, « Placements », relativement à la méthode de la comptabilisation à la valeur d’acquisition;
  • les projets et activités du Conseil des normes comptables du Canada, dont celui sur les actions rachetables émises dans une opération de planification fiscale;
  • certains enjeux pratiques touchant les cryptomonnaies.

Chaque participant ayant suivi le webinaire aura la possibilité de se soumettre à un test en fin de session. Une attestation vous sera remise à la réussite de ce test et sera applicable pour vos heures de formation reconnues par l’Ordre des CPA du Québec (OCPAQ).

Cette séance est en français.

Accédez à la session ici.

Article suivant

Christian Menier
Associé | CPA, CA, M. Fisc | Fiscalité

Nous entendons parler régulièrement de REER, de CELI et de REEE. Bien plus qu’une série de lettres pigées au Scrabble, il s’agit de trois véhicules d’épargne bien différents.

Comment départager le tout? Comment choisir ce qui est bon pour moi? Pour répondre à ces questions, voyons ce qui se cache derrière ces lettres et regardons les principales caractéristiques propres à chacun.

REER

Le plus connu de tous, le Régime enregistré d’épargne retraite (REER) est un véhicule mis en place par le fisc pour favoriser les économies en vue de la retraite. Les cotisations permises dans ce régime sont limitées par des paramètres fiscaux précis, selon nos revenus gagnés et nos cotisations effectuées dans d’autres régimes de retraite. Les caractéristiques premières du REER sont :

  • Cotisations déductibles de nos revenus;
  • Non-imposition des revenus générés dans le REER;
  • Imposition des sommes retirées du REER.

CELI

Régime plus récent que son cousin le REER, le Compte d’épargne libre d’impôt (CELI) possède ses propres règles. Les cotisations permises sont limitées à un plafond annuel cumulatif, présentement fixé à 5 500 $. Si vous avez des droits de cotisation non utilisés des années précédentes (depuis 2009), ils seront reportés automatiquement. Ainsi, si vous cotisez à un CELI pour la première fois en 2018, vous pouvez verser jusqu’à 57 500 $ dans le régime. Les autres caractéristiques du CELI sont :

  • Cotisations non déductibles;
  • Non-imposition des revenus générés dans le CELI;
  • Non-imposition des sommes retirées du CELI.

REEE

Petit dernier et non le moindre, le Régime enregistré d’épargne-études (REEE) permet à un particulier de verser des cotisations au régime dans le but de financer le coût des études postsecondaires d’un enfant. Il n’y a aucune limite aux cotisations annuelles, mais le plafond cumulatif s’élève à 50 000 $. Les autres caractéristiques du REEE sont :

  • Cotisations non déductibles;
  • Non-imposition des revenus générés dans le REEE;
  • Les cotisations peuvent être remboursées au cotisant sans incidence fiscale;
  • Les revenus, versés sous forme de paiement d’aide aux études, sont imposables pour le bénéficiaire du régime (soit l’enfant aux études).

Contrairement au REER et au CELI, le REEE donne droit à des incitatifs gouvernementaux. En effet, les gouvernements fédéral et du Québec accordent une subvention pour chaque enfant bénéficiaire d’un REEE, de la naissance jusqu’à l’année de son 17e anniversaire. Le maximum annuel de l’aide financière est de 750 $ par bénéficiaire, soit 30 % des premiers 2 500 $ de cotisations versées annuellement. Les familles à faible et à moyen revenu peuvent bénéficier d’une aide supplémentaire. Chaque enfant a droit à un maximum cumulatif d’aide de 7 200 $ au fédéral et de 3 600 $ au Québec.

Conseil

Allez chercher le maximum d’économie en utilisant judicieusement chacun des véhicules financiers selon vos volontés d’épargne. Puisqu’ils ont leurs propres avantages, leurs objectifs doivent être bien analysés afin de prioriser le meilleur régime pour soi.

N’hésitez pas à demander conseil auprès de votre fiscaliste ou de votre conseiller financier pour effectuer les meilleurs placements qui soient.

22 Nov 2018  |  Écrit par :

Christian Menier est associé au sein de Raymond Chabot Grant Thornton. Il est votre expert en...

Voir le profil