Le télétravail offre plusieurs avantages, mais comporte des risques trop souvent ignorés. Prenez vos précautions pour éviter le burnout.

À ce jour, plusieurs travailleurs ignorent toujours pour combien de temps ils devront continuer à effectuer leur travail à domicile. Afin d’éviter l’épuisement, il faut savoir détecter les signes avant-coureurs et agir rapidement.

Nous vous proposons quelques pistes de réflexion qui pourront vous aider dans votre nouveau quotidien de télétravailleur.

Burnout : les causes

Le burnout est un état constant d’épuisement émotionnel, mental et physique causé par un stress prolongé et non résolu. Parmi les causes liées à l’épuisement professionnel, il y a le sentiment d’être « dépassé » en raison d’un horaire de travail exigeant, ou encore une incapacité à répondre aux demandes incessantes qui s’accumulent.

La difficulté d’adaptation à de nouvelles fonctions ou à un contexte différent peut également mener à l’épuisement. Sachez que n’importe qui — entrepreneurs, propriétaires d’entreprise, employés, pigistes — est susceptible de vivre un burnout.

Selon une étude américaine, parmi les nombreux facteurs qui prédisposent un individu à l’épuisement professionnel, on peut pointer une surcharge de travail et les heures consacrées au travail qui s’étirent en contexte de télétravail. Ces facteurs peuvent avoir de nombreux effets négatifs sur les personnes, tels que :

  • l’augmentation significative du stress;
  • le manque de temps libre (équilibre travail-vie personnelle);
  • des limites floues entre le travail et la vie personnelle;
  • des performances inférieures à la moyenne (faible productivité);
  • le présentéisme;
  • l’insatisfaction envers l’emploi (roulement de personnel);
  • la maladie mentale ou la dépression;
  • la détérioration de la santé physique (absentéisme).

Comment prévenir l’épuisement

Malgré les avantages du travail à distance, les travailleurs doivent aussi faire face à des défis et les gestionnaires sont désormais confrontés à des éléments nouveaux.

D’une part, ils doivent veiller à assurer à distance une gestion optimale et efficace, et d’autre part, ils doivent composer avec des employés qui ne sont pas familiers avec le travail à distance.

En discutant avec des entrepreneurs et des propriétaires d’entreprises, on constate une méconnaissance et un fort sentiment d’impuissance face à cette nouvelle réalité hors du commun.

Pour bien des gens, travailler une à deux journées par semaine de la maison s’avère accommodant. Cependant, le télétravail à temps plein n’est pas facile pour tous. Certains individus se trouvent préalablement dans des conditions non favorables ou des contextes particuliers.

Nos analyses révèlent d’ailleurs que les personnes plus vulnérables ou ayant davantage de difficultés à s’adapter aux changements d’environnement ou de méthodes seront plus affectées et vivront davantage de perturbations sur le plan du bien-être émotionnel et physique.

Surveiller les symptômes de stress

Un moyen d’éviter l’épuisement professionnel est de connaître – et ainsi pouvoir reconnaître – les signaux d’alarme qui pourraient subtilement se manifester. Parmi les plus fréquents, on retrouve :

  • la démotivation par rapport au travail;
  • l’irritabilité, les colères spontanées;
  • une attitude cynique et un sentiment de frustration;
  • le sentiment d’incompétence;
  • le goût de s’isoler;
  • un sentiment d’échec, une baisse de la confiance en soi;
  • de l’anxiété;
  • de la difficulté à se concentrer, des pertes de mémoire;
  • des difficultés à prendre des décisions, de la confusion.

L’épuisement professionnel affecte tout le monde, peu importe le contexte social, l’âge ou le titre professionnel. Si vous sentez que quelque chose ne va pas et que des symptômes d’épuisement professionnel apparaissent, il est grand temps que vous changiez votre façon de travailler.

Pour les gestionnaires, il est essentiel de surveiller attentivement chaque membre de son équipe pour déceler tout signe avant-coureur d’épuisement professionnel et pouvoir réagir en amont auprès de la personne en difficulté.

À titre d’employeur, vous avez la responsabilité d’offrir un environnement de travail où il fait bon vivre, même si cet objectif s’avère plus difficile à réaliser à distance. Ce principe s’applique également aux travailleurs : vous devrez être à l’écoute de votre environnement et utiliser toutes les stratégies mises à votre disposition pour assurer votre bien-être (physique et mental).

Prendre des pauses

Le travail à la maison apporte plusieurs avantages, dont plus de flexibilité. À vous de profiter des bienfaits que celle-ci procure. Ne vous mettez pas trop de pression quant à votre charge de travail. Lorsque vous travaillez à distance, vous pouvez définir votre horaire et travailler à votre propre rythme.

Bien que vous deviez respecter un cadre général de travail, ce dernier ne doit pas rimer avec rigidité. Vous pouvez facilement devenir trop absorbé par le travail et finir par travailler en continu pendant des heures, ce qui peut éventuellement conduire à l’épuisement.

Prenez de courtes pauses durant la journée : mangez des collations, étirez-vous lorsque vous commencez à vous sentir à l’étroit, faites une promenade à l’extérieur de votre maison, effectuez un mini entraînement ou du yoga. Une courte pause de cinq minutes toutes les demi-heures est recommandée pour vous aider à rester concentré sur une plus longue période de temps et améliorer votre productivité. Une courte pause procure aussi à vos yeux un peu de repos et permet d’éviter les maux de tête.

Porter attention à l’ergonomie

Tous n’ont pas à la maison un bureau confortable aménagé de façon ergonomique. Cependant, le travail de la maison ne doit pas signifier travailler toute la journée du lit ou du canapé. Passer de longues heures dans une position inadaptée va invariablement causer des tensions musculaires. Peut-être que votre corps commence déjà à vous démontrer qu’il serait temps de rectifier la situation.

Aussi, que votre poste de travail soit ergonomique ou non, il n’est pas recommandé de rester de longues heures assis devant son ordinateur. Variez vos positions et votre posture et, comme nous l’avons mentionné, faites de petites pauses fréquentes. Programmez au besoin une alarme pour vous le rappeler. Levez-vous, étirez-vous et marchez.

Il va de soi qu’un espace dans la maison qui est exclusif au travail peut aider à tracer la ligne entre votre vie personnelle et professionnelle. De plus, il fait comprendre aux membres de votre famille que vous avez du travail à faire et que des interruptions fréquentes peuvent affecter votre productivité. Dans la mesure du possible, ne transposez pas votre travail dans la chambre à coucher ou dans le salon; ces environnements doivent demeurer des aires de repos.

Ressources humaines RH RCGT

Planifier vos journées

Vous avez l’impression de toujours déborder d’un cadre de travail normal? Vous travaillez tous les soirs et les fins de semaine pour rattraper une trop grande charge de travail et pour prendre connaissance des courriels qui s’accumulent? Ce n’est pas normal.

Vous devez établir vos limites et encadrer votre travail. Une astuce : travaillez de façon planifiée en déterminant des plages horaires et respectez ces dernières. En ne planifiant pas vos journées de travail, il y a de fortes chances pour vous de travailler au-delà des heures régulières, une situation qui peut mener à un potentiel épuisement professionnel.

De plus, si vous jugez que vous avez une charge de travail excessive ou supérieure à ce que vous avez l’habitude de gérer, exprimez vos inquiétudes à votre gestionnaire.

Favoriser les interactions

Travailler seul à la maison, sans collègues ni interactions sociales, peut créer un sentiment de solitude et d’isolement. Les personnes dites extraverties y sont particulièrement sensibles. Toutefois, même à distance, vous pouvez communiquer avec vos collègues, gestionnaires et autres partenaires professionnels.

Planifiez des appels vidéo, passez un appel téléphonique, discutez spontanément avec d’autres membres de l’équipe pour rester connecté. Vous pouvez échanger avec eux sur des dossiers professionnels, vous livrer à une conversation informelle et faire des blagues pour soulager votre stress. Profitez des nombreux outils technologiques à votre disposition pour rester en contact avec votre réseau.

Mettre à profit les outils technologiques

Profitez des outils technologiques à votre disposition pour revoir vos façons de faire et favoriser la collaboration au sein de votre équipe. Ainsi, la gestion de projets deviendra plus efficace et vous éliminerez une source fréquente de stress.

L’utilisation de technologies désuètes ou inefficaces peut entraver l’avancement des dossiers, en plus de démotiver les utilisateurs. Des outils reconnus de gestion de projet et de collaboration vont faciliter la tâche des travailleurs, qu’il s’agisse de la gestion du temps, de l’affectation des tâches, de la préparation de rapports personnalisés, ou de la visualisation de fichiers.

Maintenir un équilibre

Un autre facteur de risque pour les travailleurs à distance est assurément l’isolement complet. Ne devenez pas un ermite. Déjà, vous devez composer avec l’absence des habituelles interactions sociales et physiques de vos collègues.

Déconnectez-vous du travail à la fin de la journée et consacrez du temps à vos proches. Sortez en famille le soir, jouez avec les enfants dans un parc, dînez dehors, allez courir. Ne laissez pas le travail à distance envahir votre temps personnel. Conservez un équilibre entre travail et vie personnelle afin de maintenir intact votre moral et préserver votre santé globale.

L’épuisement ne s’attrape pas, il se vit

Demeurez vigilant face aux signaux et mettez en pratique ces différents conseils. Développez une stratégie globale de bien-être afin de préserver votre qualité de vie, tant personnelle que professionnelle pendant cette période extraordinaire.

Souvenez-vous qu’un bon équilibre entre le travail et la vie personnelle, ainsi que des contacts réguliers avec vos collègues et avec votre entourage vous permettront de composer avec les défis du travail à distance.

Vous souhaitez être mieux outillé pour accompagner vos équipes de gestionnaires en ces temps exceptionnels? Vous craignez que certains de vos employés soient susceptibles d’épuisement professionnel? N’hésitez pas à communiquer avec nos experts pour de précieux conseils adaptés à votre réalité.

Article suivant

Le 28 mai 2020, l’International Accounting Standards Board (IASB) a publié Allégements de loyer liés à la COVID-19 (modification d’IFRS 16) (ci-après « la modification »).

La modification introduit une mesure de simplification dans IFRS 16 Contrats de location qui permet aux preneurs d’éviter de déterminer si un allégement de loyer accordé en raison de la COVID-19 constitue une modification du contrat de location. Dans le cas où cette mesure de simplification est appliquée, de tels allégements de loyer ne constituent pas une modification du contrat de location au sens d’IFRS 16. Il n’y a aucune modification pour les bailleurs.

La pandémie de COVID-19 a alourdi le fardeau financier pour les entités du monde entier. Par conséquent, les bailleurs ont peut-être accordé aux locataires des allégements de loyer ou s’apprêtent à le faire.

Ces allégements peuvent prendre la forme de congés de loyer et de réductions temporaires, qui seront probablement suivis de paiements de loyers plus élevés par la suite. Dans certains pays, les gouvernements exigent ces allégements, alors que dans d’autres, ils se contentent de les encourager. Or, ces allégements auront une incidence majeure pour les preneurs, particulièrement dans les secteurs de la vente au détail et de l’hôtellerie où, dans bien des cas, les entreprises ont été forcées de fermer leurs locaux pour un certain temps.

Article suivant

La santé et la sécurité des travailleurs sont une préoccupation importante pour toutes les entreprises. Toutefois, les balises dans un cadre de télétravail restent à définir.

Il est primordial pour les organisations de bien comprendre les enjeux de cette pratique relativement nouvelle et d’adapter leur politique pour couvrir les risques dans le contexte particulier du télétravail.

Selon la Loi sur la santé et la sécurité du travail, certains droits et obligations sont délimités de manière générale, tant pour les employeurs (voir article 51 de la Loi) que pour les salariés (voir article 49 de la Loi).

Par exemple, un employeur se doit d’assurer la protection du travailleur, d’utiliser les méthodes et techniques nécessaires afin d’identifier et de maîtriser les risques. Il doit également informer adéquatement le travailleur de ces risques.

Quant au travailleur, il a l’obligation, entre autres, de respecter les politiques de prévention mises en place par son employeur et de prendre les mesures qui s’imposent pour protéger sa santé et sa sécurité.

Ces mesures générales doivent être adaptées et personnalisées selon le milieu et la nature du travail. La pratique du télétravail a été accélérée avec la venue de la pandémie et plusieurs questions se posent auxquelles il faut apporter des réponses afin de respecter les obligations légales.

L’importance d’une politique de gestion du télétravail

Une politique de gestion doit inclure les enjeux de santé et de sécurité et est essentielle pour bien définir les exigences liées au cadre du télétravail et mieux orienter la mise en place de solutions de prévention.

Tous les aspects touchant la santé et l’intégrité physique doivent être abordés, tels que l’aménagement des lieux de travail et l’ergonomie.

Ergonomie

Le bureau à domicile doit répondre aux mêmes normes de santé et sécurité que dans les locaux de l’employeur. Les éléments du mobilier de la pièce de travail doivent être de qualité suffisante et répondre aux normes reconnues, pour éviter des troubles musculosquelettiques ou des risques d’accident. L’éclairage doit être ajusté pour travailler sans risque et l’écran d’ordinateur ne devrait pas réfléchir la lumière.
Les normes à suivre peuvent être consultées sur le site du Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail (CCHST) et être adaptées à votre contexte de travail.

Déclaration des incidents

L’employé en télétravail doit signaler tout inconfort et incident afin que l’employeur puisse remédier au problème avant que celui-ci prenne trop d’ampleur. En tant qu’entrepreneur, assurez-vous que vos salariés ont pris connaissance de votre politique et savent à qui s’adresser pour souligner une éventuelle source de risques.

Risques psychosociaux

Les organisations doivent également tenir compte des facteurs de risque pouvant nuire à la santé mentale des employés, tels que l’isolement, ainsi que de différents problèmes comme la perte de motivation et la diminution du sentiment d’appartenance à l’entreprise.

À la maison, les travailleurs sont seuls, la plupart du temps. Les interactions avec les collègues se font plus rares en dehors des réunions virtuelles. Il en découle parfois une perte de repères et la réduction de la vue d’ensemble, ce qui rend plus difficile la compréhension globale des actions à l’intérieur même des équipes.

L’employeur doit prévoir des moyens, technologiques ou autres, pour surmonter ces obstacles, favoriser les interactions et détecter les signes de détresse s’il y a lieu. Les chefs d’équipe devraient, par exemple, avoir accès à des outils de détection des troubles psychologiques chez les travailleurs et maintenir un contact régulier avec ces derniers.

Moyens d’évaluation et de maîtrise des risques

Afin d’encadrer la pratique et de faire un suivi approprié des risques en santé et sécurité, les entrepreneurs peuvent mettre en place différentes mesures, selon ce qui se prête le mieux à leur situation :

  • Prévoir une grille d’autoévaluation;
  • Produire des questionnaires en santé et mieux-être;
  • Assurer la facilité d’accès aux superviseurs et gestionnaires;
  • Rendre disponibles des ressources d’aide pour les employés à distance
    (conseiller en santé et sécurité, ergonome, consultation soutien psychologique, etc.);
  • Inclure des ressources matérielles ou un accès facilité à ces ressources (gyms, appareils, ressources en ligne).

Il reste encore beaucoup d’éléments à cerner concernant le télétravail et ses risques. Les politiques actuelles sont en voie d’adaptation afin de mieux orienter les employeurs et les salariés lors de l’implantation de cette nouvelle réalité qui existait peu, ou pas du tout, au moment où les précédentes politiques ont été mises sur pied. La Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) est également en voie d’adapter ses interventions en fonction de ce contexte particulier.

Les entrepreneurs sont invités à analyser la situation qui leur est propre et à être proactifs en matière de prévention au bénéfice des travailleurs et de l’entreprise.

Cet article a été rédigé en collaboration avec Mathieu Couture de chez Médial.

Article suivant

L’équipe IFRS de Grant Thornton International a publié le document intitulé COVID-19 – Accounting Considerations for CFOs: Events after the Reporting Period (en anglais seulement).

Si les répercussions généralisées de la COVID-19 ont commencé pendant la période de présentation de l’information financière, elles seront reflétées dans les états financiers de l’entité pour cette période.

Toutefois, dans la mesure où les répercussions généralisées de la COVID-19 ont eu lieu pendant la période postérieure à la clôture de l’entité (c’est-à-dire la période entre la fin de la période de présentation de l’information financière et la date de l’autorisation de publication des états financiers), la direction doit déterminer la façon dont les développements importants survenus après la fin de l’exercice doivent être reflétés dans les états financiers de l’entité pour la période faisant l’objet de l’audit ou de l’examen.

La publication Accounting Considerations for CFOs: Events after the Reporting Period aborde les questions suivantes :

  • Dans quelles situations les répercussions de la COVID-19 sont-elles considérées comme étant un événement postérieur ne donnant pas lieu à ajustement?
  • Dans quelles situations les répercussions de la COVID-19 sont-elles considérées comme étant un événement postérieur donnant lieu à ajustement?

La publication fournit également des exemples d’informations à fournir applicables pour chacun des cas.