La façon dont un dirigeant communique a un impact important sur la rétention et la mobilisation de ses employés.

Dans le mot communication, il y a le mot « commun », qui réfère à l’idée de partage. Il est important de se rappeler que communiquer et informer ne sont pas la même chose.

Un message, deux styles

Pour illustrer deux styles de communication très différents, on peut utiliser une métaphore basée sur deux animaux diamétralement opposés : le crocodile et l’éléphant.

On reconnait le crocodile dans un superviseur qui parle tout le temps et apporte toutes les solutions, sans chercher à comprendre les causes d’une situation donnée. La grandeur de sa bouche surclasse significativement celle de ses oreilles, il parle beaucoup et écoute peu. Ses commentaires acérés peuvent être blessants et si on s’oppose a lui, il peut mordre.

Le superviseur qui favorise l’écoute active se présente plutôt sous les traits de l’éléphant. Il pose des questions ouvertes, demande des avis, reformule et cherche à comprendre la situation et le point de vue de l’autre avant d’agir. Ici les oreilles prennent toute la place. L’employé se sent respecté et considéré. L’éléphant admet qu’il peut se « tromper ».

Écouter d’abord pour mieux parler

Dans notre pratique de conseil en gestion, nous rencontrons parfois des superviseurs du style crocodile, surtout s’il s’agit d’un nouveau gestionnaire qui souhaite faire ses preuves. Les conséquences sur ses employés vont certainement causer de la frustration et amener une démotivation (à quoi bon énoncer mon idée, il n’écoute pas!) et éventuellement un départ de l’employé vers une autre organisation où ses compétences et opinions seront considérées. Se savoir écouté valorise l’employé sans entrainer de coûts pour l’organisation.

Trop parler et élever la voix lorsqu’on se sent incompris peut envenimer la situation au lieu de la clarifier. Dans ce cas, mieux vaut avoir «  un éléphant dans la pièce  »! Savoir quand se taire et écouter attentivement – sans préparer sa réponse en même temps! – favorise une communication efficace.

Cinq trucs pour mieux communiquer

  1. Écoutez attentivement ce qu’on vous dit, sans vous laisser distraire. Si vous n’avez pas le temps ou êtes préoccupé, dites-le ou remettez la discussion à plus tard.
  2. Soyez attentif au langage non verbal, par exemple les expressions du visage ou les attitudes corporelles. Votre interlocuteur ne doit pas se sentir comme une proie face au crocodile!
  3. Cessez de penser à votre réponse pendant que l’autre personne parle.
  4. Reformulez, en vos propres mots, ce que la personne exprime, afin de valider votre compréhension. Employez des formulations telles que «  Si je te comprends bien, tu dis que…  » ou encore «  à ce que je vois, tu n’es pas à l’aise avec cette solution…  ».
  5. Utilisez des tests psychométriques pour prendre conscience des différentes façons d’être. Nos traits de personnalité déterminent en partie nos comportements et attitudes. Par exemple, une personne en situation d’autorité avec une personnalité extravertie et possédant un bon leadership pourra avoir tendance à s’exprimer plus et à prendre le plancher avec ses employés et collègues.

Comme d’autres compétences, les habiletés de communication peuvent se développer, avec des efforts et de la pratique. Dans le monde du travail d’aujourd’hui, elles demeurent essentielles pour tout superviseur, peu importe son niveau hiérarchique, et contribuent à son succès dans ses fonctions.

Article suivant

Nous commençons cette troisième édition de l’année 2018 en examinant le nouveau document de travail d’envergure de l’International Accounting Standards Board (IASB) qui porte sur les instruments financiers présentant des caractéristiques de capitaux propres.

Ce document contient des propositions qui modifieraient le processus de classement des instruments financiers émis par une entité dans les passifs financiers ou les capitaux propres.

Nous poursuivons ensuite en jetant un oeil sur la possibilité que l’économie de l’Argentine soit déclarée hyperinflationniste au cours du deuxième semestre de 2018 et sur les incidences de cette possibilité. Les répercussions comptables du fait qu’une économie de cette ampleur soit considérée hyperinflationniste aux fins des normes IFRS se feraient probablement sentir bien au-delà de l’Argentine et nous encourageons les clients exerçant des activités dans ce pays à commencer dès maintenant à se préparer pour le changement.

Plus loin dans ce bulletin, vous trouverez des nouvelles relatives aux IFRS chez Grant Thornton ainsi qu’une récapitulation des développements concernant l’information financière. Nous terminerons avec un sommaire des dates d’application de récentes normes qui ne sont pas encore en vigueur et une liste de publications de l’IASB soumises pour appel à commentaires.

Pour plus d’information, consultez le document ci-dessous.

Article suivant

Pierre Fortin
Associé | CPA, CA | Conseil en management

Les villes sont en mutation et de nombreux défis attendent les administrations municipales au cours des prochaines années. Il est essentiel de bien s’y préparer.

Avec l’adoption de la loi 122, le gouvernement vise à donner plus d’autonomie aux municipalités. Sanctionnée en juin 2017, cette loi reconnaît les administrations municipales à titre de gouvernements de proximité.

Un des principaux objectifs est de rendre chaque ville imputable de ses modèles de gestion et de ses décisions, face à ses citoyens. Afin de favoriser la pérennité de votre ville, il faut d’abord en saisir les enjeux pour, ensuite, déterminer les objectifs à atteindre et réaliser vos engagements.

L’élu et ses rôles

Les rôles et responsabilités des municipalités se sont complexifiés au fil des ans. Les relations entre le gouvernement québécois et les municipalités ont été redéfinies et les pouvoirs ont été redistribués.

Partie prenante de l’appareil démocratique québécois, les municipalités doivent démontrer leur implication dans leurs principaux rôles :

  • Assurer la prospérité économique;
  • Garantir une responsabilité environnementale;
  • Soutenir une cohésion sociale;
  • Administrer de façon efficace et efficiente.

À travers chacun de ces rôles, la municipalité doit prendre en considération des facteurs majeurs.

Assurer la prospérité économique

En matière de santé économique, vous devez poser un regard avisé sur le service de la dette afin d’éviter qu’une hausse des taux d’intérêt ne vienne compromettre l’ensemble de votre plan d’action.

De plus, l’arrivée de l’ère numérique et de l’intelligence artificielle transforme les modes de fonctionnement. Que ce soit en matière de gestion et d’exploitation, de communication interne et citoyenne ou pour favoriser l’accessibilité aux services aux citoyens, le numérique propose des améliorations concrètes des systèmes en place.

Garantir une responsabilité environnementale

Depuis plusieurs années, l’environnement représente un enjeu des plus préoccupants. Dans un contexte de développement durable, la ville doit tenir compte des préoccupations écologiques et adopter une démarche concertée. Les changements climatiques, l’émission de gaz à effet de serre, l’érosion des berges, entre autres, sont des éléments inquiétants dont la progression doit être rapidement endiguée. Afin d’en diminuer l’incidence environnementale, les municipalités doivent déployer des efforts collectifs et obtenir des résultats tangibles.

Soutenir une cohésion sociale

L’évolution démographique a des répercussions sur toutes les sphères sociales touchant une municipalité. Les intérêts et les besoins des citoyens, comme de la clientèle touristique, se diversifient. Afin de mieux s’adapter au changement, les villes doivent élaborer un plan d’attractivité et d’optimisation des services destinés aux citoyens.

Plus que jamais, les gens souhaitent prendre part à la recherche de solutions et aux prises de décisions. Pour favoriser la participation citoyenne, il devient impératif d’user de créativité afin de rejoindre la population.

On observe également une pénurie de main-d’œuvre au sein des villes québécoises. Tôt ou tard, l’impact sera important. Il est donc primordial d’établir des stratégies de préparation de la relève, d’attraction d’employés et d’immigration.

Administrer de façon efficace et efficiente

Un défi de gouvernance auquel toutes les organisations municipales seront confrontées, un jour où l’autre, est l’arrimage des visions des élus avec la capacité de l’administration à mettre en place cette vision. Une réflexion stratégique et la mise en place d’un plan d’action à long terme sont des éléments-clés de réussite.

De plus, une saine gouvernance assure la transparence envers les citoyens, tant en matière budgétaire et en octroi de contrats que d’accès à l’information.

Confrontées à tous ces enjeux, les municipalités doivent saisir les occasions de se transformer au bénéfice des citoyens.

Au cours des prochaines semaines, les conseillers du groupe de conseil en management de Raymond Chabot Grant Thornton publieront une série d’articles pour vous donner quelques idées innovantes en lien avec ces enjeux.

10 Sep 2018  |  Écrit par :

Pierre Fortin est associé au sein de Raymond Chabot Grant Thornton. Il est votre expert en conseil...

Voir le profil

Article suivant

Alerte de votre conseiller – Août 2018

L’équipe IFRS de Grant Thornton International a publié IFRS Viewpoint – Accounting for crypto assets – mining and validation issues (en anglais seulement).

La série IFRS Viewpoint fournit des informations sur l’application des IFRS dans des situations complexes. Chaque édition mettra l’accent sur un aspect des normes dont l’application est difficile ou pour lequel il existe peu de directives.

Cette édition fournit des indications sur les enjeux liés aux mineurs et aux valideurs de chaînes de blocs, notamment la comptabilisation de la cryptomonnaie transférée qui a été gagnée par les mineurs et les valideurs à titre de frais de transaction, ainsi que la comptabilisation de la nouvelle cryptomonnaie créée par les mineurs.

Le problème

À l’heure actuelle, aucune IFRS ne fournit de directives précises sur la comptabilisation des cryptoactifs. Ce bulletin IFRS Viewpoint tente de faire la lumière sur les questions comptables qui sont soulevées pour les mineurs et les valideurs lors du minage et du maintien de la chaîne de blocs conformément aux IFRS. Il fait suite au bulletin IFRS Viewpoint – Accounting for cryptocurrencies – the basics.