12 Avr 2019

Pour assurer leur pérennité et leur croissance, les PME québécoises devront relever plusieurs défis d’envergure à court et moyen termes, particulièrement en matière de main-d’œuvre et d’investissement technologique.

C’est ce qui se dégage d’un sondage de Raymond Chabot Grant Thornton réalisé récemment auprès de 300 dirigeants d’entreprises québécoises. Les principaux défis auxquels ils devront s’attaquer au cours des trois prochaines années portent sur le recrutement et la rétention de personnel ainsi que sur le virage technologique et la compétitivité, révèle l’enquête menée par la firme Léger.

Dans l’immédiat, la compétitivité du marché et l’accélération du traitement de l’information sont des enjeux pour la plupart des entreprises.

Cap sur la croissance

Bonne nouvelle : les PME du Québec ont été assez actives pour assurer leur croissance dans un contexte de compétitivité accrue au cours des deux dernières années. Ainsi, 62 % d’entre elles ont effectué une ou des opérations de développement. Les plus fréquentes touchent la diversification des produits et services offerts (37 %), l’établissement de partenariats stratégiques avec d’autres entreprises (31 %) et la pénétration d’un nouveau marché (27 %).

Quelque 8 % des PME ont accéléré leur développement en réalisant une acquisition, une opération qui implique des défis majeurs. Ceux-ci portent notamment sur la capacité d’intégration − citée comme principal défi par 26 % des entreprises acquéreuses − l’implantation d’une culture et de valeurs communes (20 %) et la gestion du personnel (17 %).

L’expansion internationale a été un moyen de croissance pour 10 % des entreprises. Plus de la moitié d’entre elles (55 %) ont développé leur présence aux États-Unis, 47 % en Europe et 15 % en Chine. Dans la majorité des cas, l’opération a porté ses fruits : 81 % des dirigeants affirment qu’elle a été fructueuse.

Par ailleurs, 10 % des entreprises qui n’ont pas encore développé le marché international envisagent de le faire d’ici cinq ans, une proportion qui grimpe à 22 % chez les entreprises de 100 employés et plus.

Sondage 2019 Enjeux entreprises

Innovation

L’innovation est cœur de la compétitivité, entend-on souvent. En la matière, 65 % des entreprises considèrent leur niveau de maturité assez ou très avancé par rapport à leurs concurrents. Toutefois, 41 % affirment ne pas avoir de ressources financières à l’interne pour développer l’innovation. D’ailleurs, la moitié des dirigeants se disent mal informés des ressources financières existantes pour soutenir leurs efforts en ce sens.

Sondage 2019 Enjeux entreprises

Virage numérique

Le sondage révèle également qu’un peu plus de la moitié des PME (57 %) n’ont pas investi dans le virage numérique au cours de la dernière année, lequel constitue pourtant leur troisième enjeu en importance. Les investissements les plus fréquents touchent l’infonuagique (17 %), l’implantation ou la modification de programmes informatiques (12 %), ainsi que l’intégration de logiciels de gestion (11 %).

L’accélération du traitement de l’information (pour 51 % des PME), la sécurité des données clients (43 %) et la robustesse des systèmes informatiques (35 %) sont autant d’enjeux technologiques majeurs, selon les répondants.

Sondage 2019 Enjeux entreprises

Alors que le Québec se positionne comme un leader mondial en intelligence artificielle (IA), une entreprise sur dix a déjà intégré des technologies d’IA (6 %) ou envisage de le faire prochainement (5 %). Fait intéressant : dans le secteur de la construction, la proportion d’entreprises québécoises ayant déjà implanté des projets en intelligence artificielle grimpe à 20 %, indicateur possible de la volonté de l’industrie de rattraper son retard en matière de productivité.

Sondage 2019 Enjeux entreprises

Main-d’œuvre et culture organisationnelle

Soulevés par 57 % des PME, les enjeux liés à la main-d’œuvre constituent le principal défi pour les trois prochaines années. Afin de résoudre cette problématique, les entreprises québécoises misent pleinement sur la formation et le développement des compétences (83 %).

En effet, plus de la moitié des dirigeants interrogés ont créé de nouveaux outils de formation (61 %), augmenté les dépenses de formation (57 %) ou mis en place un programme de développement des employés (55 %) depuis cinq ans. Un peu plus de 40 % des entreprises ont également instauré des mesures incitatives pour la poursuite des études. Ces chiffres grimpent significativement chez les entreprises de 100 employés et plus.

Responsabilité sociale et environnement

Un des défis auxquels font face les PME est la nécessité évidente de se tourner vers des pratiques responsables. En effet, une forte proportion de dirigeants (90 %) juge important de faire affaire avec des fournisseurs socialement responsables.

Les entreprises prennent déjà des moyens afin d’y arriver. Depuis cinq ans, plus de la moitié des PME interrogées ont mis de l’avant des actions visant à utiliser moins de papier (83 %) et moins de verres en plastique ou en styromousse (71 %), ou pour réduire leur empreinte écologique (53 %). Quatre entreprises sur dix (42 %) se sont dotées d’une politique environnementale.

De plus, afin de contribuer au bien-être collectif, 46 % des dirigeants sont impliqués bénévolement auprès d’une organisation, et 22 % des PME ont un programme de bénévolat qui permet au personnel de donner du temps à des organismes de bienfaisance.

Des réussites inspirantes

Vous vous reconnaissez dans ce sondage, car votre entreprise fait face à quelques-uns ou plusieurs de ces grands enjeux? La réussite de leaders d’exception vous inspirera des moyens de relever ces défis avec brio.

Pour découvrir les meilleures pratiques en matière d’innovation, d’expansion internationale, de transactions d’entreprise et de leadership, nous vous invitons à consulter les histoires à succès des finalistes des Prix Personnalité de l’année.

Méthodologie de l’étude : Sondage téléphonique auprès de 300 dirigeants d’entreprises québécoises de 10 à 499 employés, février 2019.

Article suivant

11 Avr 2019

Nancy Jalbert, associée en conseil en management et responsable du 4.0 chez Raymond Chabot Grant Thornton, fait partie du groupe d’experts qui s’est envolé vers l’Allemagne pour la Foire de Hanovre (Hannover Messe), afin de découvrir ce qui se fait de mieux au point de vue technologique dans le secteur manufacturier.

Les entreprises manufacturières à travers le monde constatent l’impact croissant des transformations technologiques sur les processus de fabrication, l’expérience client et la gestion des ressources humaines. Ce mouvement de transformation à l’échelle mondiale, décrit comme la 4e révolution industrielle, force les entreprises à innover pour maintenir leur niveau de compétitivité et satisfaire aux exigences grandissantes du marché actuel.

C’est dans ce contexte que le ministre de l’Économie et de l’Innovation, M. Pierre Fitzgibbon, a dirigé l’organisation d’une mission permettant à plus de 130 participants en provenance de dix régions du Québec d’approfondir leurs connaissances sur les plus récentes tendances de l’univers du 4.0.

En partenariat avec la Chambre de commerce et d’industrie Nouvelle-Beauce pour la région de Chaudière-Appalaches, la mission a offert la chance à une délégation de spécialistes et d’entrepreneurs du Québec d’assister à la Foire de Hanovre, le plus grand salon de la technologie industrielle au monde, qui accueille plus de 5 000 exposants hautement spécialisés, entre autres dans les domaines de la robotique, de l’intelligence artificielle, de la réalité virtuelle, de l’entretien prédictif et des solutions interconnectées. Ce rassemblement est le lieu de prédilection pour découvrir en avant-première mondiale les plus récentes innovations industrielles.

La croissance économique passe par la transformation numérique

« La Foire de Hanovre est un salon impressionnant et la qualité des exposants qui s’y retrouvent surpasse toute attente. Il s’agit d’une véritable mine d’or d’information, mentionne Nancy Jalbert. Les exposants proposent aux visiteurs une toute nouvelle façon de voir et de comprendre les avancements technologiques. Ils repoussent les limites du possible et démontrent de façon concrète jusqu’où les entreprises manufacturières sont en mesure d’aller aujourd’hui pour optimiser leurs produits et services. »

Il est primordial pour les organisations d’emboiter le pas rapidement. En effet, on dit que 85 % des Européens ont opté pour le virage numérique au sein de leur entreprise comparativement à seulement 25 % des Québécois. On démontre également qu’au Québec, un peu moins de la moitié des organisations du domaine de la manufacture savent en quoi consiste l’industrie 4.0 (voir cette étude du Cefrio). Les dirigeants doivent passer à l’action rapidement s’ils ont à cœur d’assurer la performance et la pérennité de leur organisation.

« Chez Raymond Chabot Grant Thornton, nous accompagnons déjà les entreprises d’ici dans leur transformation numérique par la réalisation d’audit 4.0 et avons effectué une tournée de conférence sur le sujet du 4.0 pour sensibiliser, démystifier et accompagner les entreprises du Québec dans leur virage numérique, souligne Nancy Jalbert. Nous sommes à même de constater que les entreprises veulent avancer, mais ce n’est pas assez. Cependant, je demeure très optimiste lorsque je vois la diversité des acteurs stratégiques de cette délégation et le niveau d’engagement du Québec dans la transformation numérique. »

Alors que certains dirigeants sous-estiment l’impact du virage numérique sur le secteur manufacturier, d’autres sont dépassés par l’ampleur que prend le mouvement et l’importance des changements organisationnels qui sont à prévoir.

L’accompagnement de conseillers d’affaires spécialisés peut permettre aux dirigeants de faire un premier pas vers le changement. Une démarche personnalisée et concrète permet de déterminer quels sont les besoins précis de l’organisation en fonction de son niveau d’avancement technologique et d’apprivoiser le grand virage numérique.

Hanovre délégation Chaudière-Appalaches

Délégation Chaudière-Appalaches. Crédit photo: Agence Webdiffusion

Article suivant

11 Avr 2019

Cette année encore, Raymond Chabot Grant Thornton est partenaire des Grands prix de la relève d’affaires du Regroupement des jeunes chambres de commerce du Québec.

Cet événement célèbre les réalisations de ses membres, de jeunes entrepreneurs influents, visionnaires et dynamiques, à travers le Québec.

Soumettez votre candidature avant le 3 mai 2019 dans l’une des 12 catégories, notamment celle de Repreneur de l’année (Transfert d’entreprise) commanditée par notre firme.

Les candidats sont évalués selon leurs réalisations, la pertinence de leur vision, les retombées dans leur secteur d’activité, leur implication dans le développement socio-économique du Québec, leur leadership, l’innovation et leur apport dans leur domaine d’activité.

Notre firme est fière de collaborer au succès des jeunes leaders d’ici qui, par leur professionnalisme et leur détermination, contribuent à l’essor du Québec et à la réussite de ses organisations.

Le gala aura lieu le 14 juin 2019. Au plaisir de vous y voir!

Article suivant

11 Avr 2019

Raymond Chabot Grant Thornton agit à titre de conseiller financier exclusif auprès de Nature’s Touch dans le cadre d’un refinancement.

Fondée en 2004 et établie à Montréal, au Québec, l’entreprise Les Aliments Congelés Nature’s Touch est un fournisseur de fruits surgelés de premier ordre au Canada. Après des débuts très modestes, la société n’a ménagé aucun effort pour continuer à offrir à ses clients des produits de la plus haute qualité.

Aujourd’hui, Nature’s Touch compte plus de 450 employés et traite environ 120 millions de livres de fruits surgelés chaque année dans trois usines situées stratégiquement à Montréal, au Québec, à Abbotsford, en Colombie-Britannique, ainsi qu’à Front Royal, en Virginie.

La société est également un dépositaire de marque, puisqu’elle a obtenu la licence nord américaine pour la production des fruits surgelés Welch’s en 2010. De plus, elle exploite ses propres marques, soit Nature’s Touch et Nature’s Touch Organics. Nature’s Touch propose un éventail de plus de 100 produits différents, qui comprennent des fruits surgelés, des mélanges pour smoothie et des légumes, et ce, dans les marchés classique et biologique.

Nature’s Touch a fait appel à l’équipe de vente, acquisition et financement d’entreprises de Raymond Chabot Grant Thornton pour examiner et optimiser sa structure financière.

Raymond Chabot Grant Thornton a agi en qualité de conseiller financier exclusif auprès de la société, qui dispose désormais d’une structure simplifiée, adaptable et souple, afin de saisir de nouvelles occasions d’affaires dans un secteur très actif.

Raymond Chabot Grant Thorton tombstone banner

Nature’s Touch conclut un refinancement pour soutenir la croissance

« Nous avons eu le plaisir de collaborer avec Mark, Yasser et leur équipe dans le cadre de notre processus de refinancement. Malgré un échéancier très serré, leur équipe a été en mesure de répondre à toutes nos demandes, ce qui nous a aidés à conclure la transaction dès que possible, affirme Maxime Boutin, chef de la direction financière de Nature’s Touch. Leur connaissance du marché a été un atout important pour l’amélioration de notre structure financière. »

Pour savoir comment Raymond Chabot Grant Thornton peut répondre aux besoins de votre entreprise, veuillez communiquer avec notre équipe de vente, acquisition et financement corporatif.

À propos de Raymond Chabot Grant Thornton

Raymond Chabot Grant Thornton figure parmi les chefs de file canadiens dans les domaines de la certification, de la fiscalité, des conseils financiers et du redressement d’entreprises et de l’insolvabilité. Notre équipe de premier ordre de services-conseils en financement d’entreprises axée sur le marché intermédiaire offre des conseils sectoriels sur les fusions, les acquisitions et les dessaisissements, ainsi que les marchés des capitaux propres et les marchés de titres d’emprunt.

Grâce à notre connaissance sectorielle approfondie dans le cadre de chaque opération, nous soutenons les stratégies et les priorités de nos clients en matière de financement d’entreprises. Société membre de l’organisation Grant Thornton International et homologue canadien de Grant Thornton LLP, Raymond Chabot Grant Thornton a plus de 2 500 employés et fait partie de l’un des plus importants réseaux de services professionnels au monde, qui compte plus de 50 000 employés répartis dans plus de 135 pays.

Équipe de transaction :

Mark Rossi
Yasser Waly
Simon-Marcotte-Légaré
Marc-Antoine Le Denn
Walid Safi