L’ex-vice-première ministre du Québec, Nathalie Normandeau, se joint à Raymond Chabot Grant Thornton

- 13 janvier 2012
  • Imprimer

Montréal, le 13 janvier 2012 – C’est avec une immense fierté que le président et chef de la direction de Raymond Chabot Grant Thornton, M. Jean Robillard, annonce aujourd’hui la nomination de Mme Nathalie Normandeau, à titre de vice-présidente au développement stratégique chez Raymond Chabot Grant Thornton. « Pour nous, l’arrivée au sein de la firme d’une personnalité aussi talentueuse et dynamique que Nathalie Normandeau est un atout des plus précieux pour notre équipe et, surtout, pour nos clients qui pourront désormais compter sur sa riche expertise et sa maîtrise des enjeux économiques et politiques du Québec pour les accompagner dans leurs projets d’affaires », a indiqué Jean Robillard.

Mme Normandeau aura la tâche d’agir comme conseillère auprès de clients évoluant dans des secteurs économiques variés. « Il va de soi que mes connaissances de l’appareil gouvernemental et des régions du Québec, de leurs particularités et de leurs enjeux économiques et politiques, profiteront aux clients des quatre coins du réseau de Raymond Chabot Grant Thornton, réparti dans plus de 90 bureaux. Je suis ravie de me joindre à cette importante firme québécoise, car je pourrai ainsi continuer à m’investir dans la réussite de nos entreprises, partout au Québec », a affirmé la vice-présidente, développement stratégique, Nathalie Normandeau.

Contrairement à ce qui a été dit depuis hier par certains médias, Mme Normandeau n’aura aucun mandat spécifique lié au Plan Nord. D’ailleurs, Raymond Chabot Grant Thornton est au courant de certaines contraintes auxquelles Mme Normandeau est assujettie à l’égard du Code d’éthique et de déontologie des membres de l’Assemblée nationale et de la Loi sur la transparence et l’éthique en matière de lobbyisme. Autant Mme Normandeau que la firme, nous avons l’intention de nous y conformer.

« Avec tout le leadership qu’on reconnaît à Mme Normandeau, ses talents de mobilisatrice et de communicatrice, et son grand professionnalisme, il va sans dire que sa contribution auprès de notre équipe et de nos clients est un atout non négligeable. Au nom de tous les associés et de tous les employés, je tiens à lui réitérer toute notre appréciation d’avoir choisi Raymond Chabot Grant Thornton pour continuer à bâtir le Québec, en contribuant à la croissance de nos clients, des entrepreneurs d’ici. Je lui souhaite tout le succès mérité dans ses nouvelles fonctions », a conclu Jean Robillard.

Elle entrera officiellement en poste en mai 2012 et, bien qu’établie à Montréal, elle sera disposée à se déplacer partout au Québec, au besoin de la clientèle.

À propos de Raymond Chabot Grant Thornton

Fondée en 1948, la société Raymond Chabot Grant Thornton figure aujourd’hui parmi les chefs de file dans les domaines de la certification, de la fiscalité, des services-conseils, du redressement d’entreprises et de l’insolvabilité. Cette force repose sur une équipe de plus de 2 000 personnes, dont plus de 225 associés, réparties dans plus de 90 bureaux au Québec, dans l’est de l’Ontario et au Nouveau-Brunswick. L’étendue de son réseau en fait le leader de son secteur d’activités. Soulignons également que, depuis plus de 30 ans, Raymond Chabot Grant Thornton est membre de Grant Thornton International Ltd, offrant à sa clientèle l’accès à l’expertise de cabinets membres et de cabinets représentants dans plus de 100 pays.

– 30 –

Renseignements :

Francis Letendre
Conseiller, relations publiques
Raymond Chabot Grant Thornton
T. 514 390-4201
C. 514 554-1685
letendre.francis@rcgt.com
www.rcgt.com

5 commentaires
  1. J.G.Savard
    13 janvier 2012
    12:03

    Mme. Normandeau, est en conflit d’intéreêts.
    La loi de l’assemblée Nationnale, oblige ses anciens députés et ministre à ne pas occuper de postes qui sont en relation directe ou indirecte avec leur encienne fonction.
    Nous prenez-nous pour des valises?
    Situation inacceptable

    Jean-Guy Savard

    Répondre
  2. Noël Sicotte
    13 janvier 2012
    15:28

    J’ai pleinement confiance au jugement de Madame Normandeau. Je ne vois pas comment on peut parler de conflit d’intérêt, on ne sait même pas sur quels dossiers elle travaillera. Comment peut-on parler de conflit d’intérêt ? Elle ne commencera à travailler qu’en mai. Si on écoutait certaines personnes les ministres qui quittent leur poste n’aurait plus le droit de travailler.
    Madame Normandeau est une personne dynamique et compétente et elle sera sûrement un atout pour RCGT.

    Noël Sicotte

    Répondre
  3. Jacques Beauchamp
    16 janvier 2012
    18:05

    Il y a déjà eu des politiciens intègres, ils semblent de moins en moins nombreux!

    Répondre
  4. Simon Laplante
    16 janvier 2012
    19:05

    Je suis heureux qu’une bonne ministre comme elle trouve du travail dans une bonne compagnie. Les deux ont affirmé qu’elles respecteront les codes et les lois en vigueur…. Je lui souhaite beaucoup de succès dans son nouveau job. Bravo madame!

    Répondre
Commentez cet article